Le cinéma, du Dîner de cons à Suspiria

Vendredi 4 février, au Jeu de Paume s’est tenue la première Masterclass du cycle de cette année 2011. La séance, organisée par Chun-Chun Wang, a permis au directeur de la photographie Luciano Tovoli de faire découvrir à la quarantaine de participants les différents univers visuels à la création desquels il a contribué tout au long de ces cinquante années de carrière. En effet, si les premiers films de Tovoli sont dans le plus stricte style naturaliste italien des années 60, il s’est ensuite éloigné de cette esthétique, allant jusqu’à l’extrême sophistication dans le cas de Suspiria (Dario Argento, 1977).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_8zbV_fFkYs[/youtube]

S’il est revenu sur le couple réalisateur/ chef opérateur insistant sur les libertés et contraintes liées à chaque projet et sur le fait qu’un film est toujours une oeuvre collective, ce qui a particulièrement retenu notre attention c’est la manière dont il a expliqué qu’il est aussi difficile d’obtenir une lumière qui semble naturelle que d’opérer des choix radicaux en terme de tonalité lumineuse. Il a ainsi revendiqué le fait qu’un travail équivalent était nécessaire pour un directeur de la photographie afin de composer la lumière de certains plans du film de Francis Weber, Le Dîner de cons (1997), que celle de n’importe quel film d’Antonioni (Tovoli a été l’opérateur de La Chine, 1972 et de Profession Reporter, 1975).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_uV5Aj0WVzo&playnext=1&list=PL1ADAF308AA080B20[/youtube]


Une réflexion sur « Le cinéma, du Dîner de cons à Suspiria »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.