Continuité et surgissement – Rémy Besson.

Réalisé en 2009 par Ruth Zylberman, Dissidents. Les artisans de la liberté est un film conçu autour d’un maillage dense d’images d’archive et d’entretiens, tournés avec les acteurs de l’histoire – les dissidents – afin de construire un récit au centre duquel ils racontent eux-mêmes les faits passés auxquels ils ont participé. Pour autant, ces récits des témoins et les images d’archives qui leur répondent ne sont pas accessibles de manière immédiate. Cet article porte sur la mise en récit proposée par ce film et en particulier sur les jeux, observables au sein même de la forme visuelle, entre différents niveaux de temporalité (voir Appendice, note A). Dans cette optique, il s’agira moins de comprendre comment les dissidents ont perçu le temps pendant les faits passés, que d’appréhender la manière dont ils le racontent, au moment du tournage. On ne visera pas non plus à une étude des intentions de la réalisatrice, mais plus à percevoir la manière dont le temps travaille le film lui-même. L’accent sera alors mis sur les modalités de la mise en récit et sur les enjeux de la narrativité. La question de départ est donc : selon quelles modalités ce film propose-t-il un récit visuel d’un phénomène tel que celui de la dissidence, qui s’est développé dans l’ensemble de l’Europe centrale pendant la seconde moitié du vingtième siècle ? Lire la suite…

Article intitulé “Continuité et surgissement : Réflexions sur les régimes de temporalité dans le film, Dissidents. Les artisans de la liberté“. publié sur le site de L’Atelier international des usages publics du passé le 25 février 2011


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.