Une numérisation à deux euros – Cahiers du Cinéma

Il y a quelques années, au début de ma recherche sur Shoah, j’ai lu l’entretien accordé par Claude Lanzmann aux Cahiers du Cinéma en 19851, dans la publication dirigée par Michel Deguy, Au Sujet de Shoah, sous-titré le film de Claude Lanzmann (Belin, 1990, p. 293-305). Quelques semaines après, je suis allé consulter l’original à la Bibliothèque du film (Bifi) ou la Bibliothèque Publique d’information (BPI), afin de prendre connaissance de l’iconographie et de la mise en page de l’article tel que publié en 1985. J’ai alors effectué un tirage numérique noir et blanc des cinq pages en question.

Hier, alors que j’effectuais quelques corrections pour un article, je consultais mes copies noir et blanc et je me suis dit qu’il serait souhaitable de consulter à nouveau l’original ou du moins une copie en couleur. Rivé à mon bureau, j’ai d’abord regardé combien me coûterait l’achat en ligne d’un original. Après une courte recherche sur Internet ,le prix, frais de port compris, s’est établi – au minimum – à sept euros. Muni de la référence exacte, je me rends alors sur le site des Cahiers du Cinéma et voit qu’une copie du seul article me reviendrait à deux euros. Après une petite hésitation, je me résous à la transaction : c’est le fait de pouvoir acquérir immédiatement une copie couleur déjà numérisée qui me décide. Le formulaire à remplir est simple2 et je reçois vite sur mon mail un lien vers un page du site. Première surprise, l’article de cinq pages ne correspond pas à un fichier pdf, mais à cinq fichiers différents d’une page3. Deuxième surprise, celle-là de taille, la copie est noir et blanc et d’une qualité bien inférieure à celle que je possède déjà (l’image ci-dessous correspond à la page 23).

capture d'image d'une page des Cahiers du Cinéma

Il serait simple de conclure sur un énervement bien compréhensible, mais peut-être que cette petite mésaventure révèle avant tout, l’évolution rapide des techniques de numérisation et des attentes des usagers-chercheurs. Elle actualise, ce qui la plupart du temps reste caché, c’est-à-dire que la consultation d’un document est permise par un processus technique (ici, numérisation et mise en ligne), ainsi que d’un accord tacite entre celui qui propose ce service et l’usager. Ici, ce qui est visible, c’est l’écart entre l’image attendue et l’image délivrée.

Ce matin, je demande à une amie qui possède une collection complète des dits Cahiers du Cinéma de m’envoyer un scan d’une qualité acceptable. Nouvelle surprise, il s’avère que l’original de la page était en noir et blanc – comme  l’ensemble des pages intérieures de ce numéro des Cahiers – c’est donc ma mémoire qui avait colorisé ces images4. La qualité est cependant bien différente, la question ne se situant donc pas tant au niveau de la couleur, que des paramètres de numérisation (noir et blanc vs. couleur, format et résolution de l’image) et de diffusion. L’image ci-dessous a été numérisée en couleur en 200dpi et au format jpg, puis mis en ligne sur Flickr, puis sur Cinémadoc.

La qualité est, en fait, encore assez éloignée de ce qu’on pourrait attendre. Il reste alors plus qu’a retoucher l’image, modifier la luminosité, le contraste, les courbes, l’exposition (notamment faire une correction gamma), ajouter un filtre (passe haut et atténuation du flou, le second uniquement sur les images), etc. pour obtenir un résultat proche de ce que l’on pourrait considérer comme l’image attendue (( cette notion est toute relative, culturellement construite, plus justement il s’agit de l’image que “naturellement” je m’attendais à recevoir le 8 mars 2011 en payant deux euros pour une numérisation. )) .

capture d'image des Cahiers du cinéma

  1. Claude Lanzmann, entretien réalisé par Marc Chevrie et Hervé Le Roux, “Le lieu et la parole”, Les Cahiers du Cinéma, n°374, juillet-août, 1985, p. 18-23. []
  2. je ne sais pas pourquoi on m’oblige cependant à donner un numéro de téléphone, en plus de mon mail et de mon adresse postale. []
  3. dommage pour la constitution de mes archives numériques, je vais ensuite imprimer les cinq pages, puis les numériser avec une photocopieuse numérique, qui va générer elle-même un fichier pdf de cinq pages. []
  4. je n’insiste pas sur ce point, mais il s’agit là aussi de noter un influence du support sur lequel on travaille. []

2 réflexions sur « Une numérisation à deux euros – Cahiers du Cinéma »

  1. Si la version à 7 euros est égale ou supérieur à la version de la copine reprise et améliorée, rien qu’en temps de travail, à 7 euros, c’était une bonne affaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.