Séance du 16 mars 2011 – Histoire et littérature

Le mercredi 16 mars  (18h-20h bibliothèque du CEHTA à l’INHA), comme chaque année dans le cadre de l’atelier sur les enjeux de la narrativité dans le cinéma dit documentaire, une séance un peu hors-cadre sera consacrée à des objets qui ne sont pas visuels. L’idée est que si les objets diffèrent, les questionnements sont souvent les mêmes. En 2008, Sabina Loriga avait présenté un papier sur les usages de l’anachronisme et, l’année dernière, Felipe Brandi son travail sur l’historien Georges Duby.

Cette année, il s’agit de questionner les liens entre histoire et littérature, de la manière dont on s’interroge habituellement sur les liens entre histoire et cinéma. Sophie Milquet, doctorante de l’Université Libre de Belgique, présentera son travail visant à “comprendre de quelle manière la fiction romanesque peut être considérée comme un “lieu de mémoire”, en prenant pour support de réflexion Ana Non d’Agustin Gomez-Arcos (1977). Le roman se centrant sur les vaincus de la guerre civile espagnole, la notion de Pierre Nora sera à comprendre en un sens particulier, puisqu’elle est ici l’expression d’une mémoire non-institutionnalisée, longtemps confinée au silence. Il s’agira d’explorer les modalités concrètes selon lesquelles le roman devient un lieu de mémoire, en nous attachant aux représentations, mais aussi à l’esthétique déployée.”

Un rebond entre Nora et Ricoeur sera fait par Florence Botello (doctorante à Paris IV). Née d’une réflexion commune, cette communication historiographique tendra à interroger les usages et mésusages de la pensée du philosophe Paul Ricoeur sur l’histoire. Comme elle l’explique, “les travaux de Paul Ricoeur sont au cœur des réflexions sur la narrativité et sur la mémoire, tant du côté des historiens que des littéraires. Il semblerait même, au regard des études de ces dernières années (colloques, articles, introductions de thèse…) que la référence au philosophe soit devenue un passage obligé des sciences humaines. Sans aucunement remettre en question la pertinence d’une telle autorité et l’apport incontestable des travaux de l’épistémologue, cette courte intervention aura pour objectif d’interroger cette référence, en posant la question des modes intellectuelles, de la manière dont elles se manifestent dans les études scientifiques, et des stratégies auxquelles leur adhésion ou leur contestation peuvent répondre.”

Afin de préparer la séance, je vous invite à vous replonger dans Lieux de mémoire (Nora), dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli (Ricoeur), Histoire Littérature Témoignage (Jouhaud, Ribard et Schapira) ou dans la biographie, tout juste publiée, intitulée Pierre Nora, Homo Historicus (Perrin, 2011), de François Dosse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.