Il devient difficile de payer 2 euros – Cahiers du cinéma (suite)

Dans un récent billet publié sur Cinémadoc, je m’inquiétais de la qualité des numérisations diffusées en ligne par les Cahiers du cinéma. Le fait d’avoir dû m’acquitter de la somme de deux euros pour une reproduction de qualité plus que moyenne me conduisant à m’interroger sur les rapports entre attentes et usages du numérique par les chercheurs.

Mais aujourd’hui, un nouveau problème se pose à celui qui veut consulter un article précis des Cahiers du cinéma. Suite à une recherche sur google :

S’il clique sur le mot clef archives la page suivant s’affiche :

S’il se rend sur le site des Cahiers et dans l’onglet principal sélectionne, de nouveau, archives, la page suivante s’affiche :

Il se rendra alors compte que seuls l’éditorial et le sommaire des derniers numéros sont aujourd’hui accessibles en ligne directement sur le site des Cahiers (voir erratum). Par contre, de nouvelles fonctionnalités sont apparues. Ainsi, sur la nouvelle version du site l’accès au compte Facebook et Twitter de la revue est possible par deux liens hypertexte ( colonne de droite, image de gauche ci-dessous), ainsi que la possibilité de partager les articles sur ces réseaux en ligne (en bas de l’article, image de droite ci-dessous).

Si on fouille un peu sur le site, il s’avère, en fait, que certaines critiques ont été mises en ligne au format html en intégrant des vidéos et une iconographie en couleur (cependant on n’a actuellement plus accès à une version numérisée de la revue dans sa maquette d’origine).

Il est fort possible que le message d’échec auquel on a été confronté soit lié à la mise en ligne d’une nouvelle version des archives des Cahiers du cinéma : affaire à suivre donc.

Erratum : suite à un message de Patrick Peccatte. Il est toujours possible d’accéder aux fichiers à deux euros… à suivre.


Une réflexion sur « Il devient difficile de payer 2 euros – Cahiers du cinéma (suite) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.