Pour un bloc-(notes/images)

Commencer un nouveau blog pose toujours la question des enjeux. Il me semble aujourd’hui que ceux-ci restent à quelques progrès près les mêmes que lors de l’ouverture du blog de L’atelier du Lhivic en avril 2008.  Je me permets ici de reprendre les mêmes  problématiques (billet : Comprendre les images en images) : comment et pourquoi écrire alors que nous étudions des images?  (…) Comment parler des images sans écrire ? (…) Comment rendre compte d’un plan par l’écrit ? Plus difficile, comment rendre compte d’un mouvement de caméra, d’un changement d’échelle de plan, de la virtuosité, comme de la banalité, d’un raccord ? Faut-il tenter de décrire le plus fidèlement possible en oblitérant la différence de nature entre image et écrit ? Faut-il renvoyer immédiatement à un photogramme – dans le texte, en annexe- ou au film lui-même ? Faut-il trouver un autre moyen ; essayer d’expliquer, de sensibiliser, sans pour autant laisser penser que nos mots peuvent rendre compte de leurs images ? Comment ne pas instrumentaliser les images, en les utilisant comme des illustrations à propos, mais bien plus les sélectionner afin qu’elles rendent compte de l’objet que l’on étudie ? Comment ne pas tomber dans le piège d’une appropriation forcément mutilante des images par notre pensée textuelle ? Comment ne pas donner l’impression que l’on croit que notre discours sur les images recouvre la réalité des pratiques en image du réalisateur/ photographe?

Aujourd’hui si les questions sont les mêmes, les outils eux sont bien plus performants – plateforme Culture Visuelle – et les pratiques sont également plus développées. Alors que nous essayions dans les premiers mois de mettre en ligne des articles – au sens universitaire du terme – il est maintenant admis et d’usage qu’un billet puisse aussi correspondre à un état d’une recherche en cours ou à un simple signalement (nouvelle exposition, sortie d’un film, publication d’un contenu en ligne ou d’un ouvrage, d’une revue, etc.), à l’annonce de nos prochains rendez-vous, à effectuer un compte-rendu en texte ou en image de ceux passés, etc.

C’est pourquoi je souhaite donner à ce premier billet  la forme d’une double citation à la fois textuelle et visuelle1 – ni programmatique, ni pour rechercher un parrainage – mais simplement comme un cadeau offert aux premiers lecteurs.

Première citation (en référence à une méta-fable de La Fontaine) :

“Mais qu’un jour, en un moment et pour un moment seulement, un faible, un assujetti, parce qu’il est malin et rusé, trouve le moyen de retourner la force du pouvoir contre le pouvoir, de la détourner contre lui, alors quel intense plaisir! Il ne contredit pas la force: c’est impossible. Il ne l’accuse pas: c’est inutile. Il ne demande pas que ce qui est juste soit fort: c’est utopique (qu’est-ce que le juste d’ailleurs?). Il fait en sorte – habileté artisane, art des moyens et des brèves machinations – que le pouvoir, par sa force même, se contredise, s’accuse, se déclare injuste, de façon très reconnaissable et sans dispute. Ce narrateur léger et habile racontera des histoires et non plus l’Histoire; il ne tiendra pas de discours critique sur le Récit mais il dira des récits dont toute l’efficace tiendra à ce que – pour un moment – il conte au pouvoir la façon dont le pouvoir se raconte et, du même coup, le piègera à son propre piège par le plaisir que le pouvoir y prend.”

Louis Marin, Le récit est un piège, Les éditions de Minuit, 1978, p. 10-11

Seconde citation (photogramme issu du film Le Ruban Blanc, Haneke et al., 2009) :

ruban4

De par sa composition – proche de celle d’un tableau – et son insertion à la fin du film cette image  arrêtée – qui rend compte d’un plan – représente symboliquement dans ce billet la manière dont le réalisateur met en place un ensemble de pièges afin de montrer les différents jeux de pouvoir qui structurent la micro-société autour de laquelle il construit son récit. Piéger : le spectateur qui regarde cette chorale de petits-saints-tueurs; piéger: l’instituteur-narrateur qui n’arrive pas à faire éclater la vérité; piéger surtout: les villageois qui restent assis-unis-soumis; piéger: le pasteur-manipulateur dans cet ultime plan où sa position centrale tend à créer un malaise chez le spectateur2 ; piéger comme modèle narratif en somme. Voilà ce qui me semble faire ré(ai)sonner la citation textuelle. Pourtant, “ce narrateur léger et habile” que décrit et avec lequel semble se confondre Louis Marin n’est pas le réalisateur du film car ce dernier en contrôle les moindres inflexions (du scénario au montage)3; encore un piège. Il ne s’agit pas plus de moi4- auteur de ce méta-récit – car depuis le début de ce billet je tente de vous piéger… alors même que vous ne représentez pas ici le(s) pouvoir(s). Cette recherche de l’ “art des moyens et des brèves machinations” ne correspond donc pas à l’identification d’un acteur, mais en une quête toujours renouvelée, d’un récit qui “pour un moment” fasse sens dans la mesure où il défait les sens socialement et culturellement construits et naturalisés.

Pour conclure, on notera que les problématiques liées aux mises en récit qui sont au centre des phrases de Louis Marin ainsi que représentées symboliquement par le photogramme sélectionné renvoient aux premières questions soulevées cette année au sein de l’atelier. Et finalement, c’est  très précisément là que résident les enjeux de ce blog :  écho de l’atelier, complément indispensable et donc blocs-(notes/images).

  1. On rappelle ici qu’un photogramme peut être cité au même titre qu’un extrait d’ouvrage suivant ainsi le droit de citation. Comme l’a rappelé André Gunthert: “La jurisprudence reconnaît aux photogrammes ou vidéogrammes de films la qualité d’extrait bref, constitutif de l’exception de citation. Dans les conditions énoncées par la loi, la publication de ces images ne suppose donc pas de demande d’autorisation préalable aux auteurs ou à leurs ayants-droits.” []
  2. Si les deux premiers pièges fonctionnent strictement au niveau du récit (de la diégèse) celui-ci se situe à un autre niveau. Alors que le récit va poursuivre son cours c’est comme une adresse au spectateur  que ce piège et ce plan sont construits. []
  3. Haneke en même temps qu’il déconstruit les différents pouvoirs agissant au sein de cette société, construit également un récit de pouvoir qui vise à orienter finement les réactions du spectateur. Si on peut considérer de manière extrême que tout réalisateur exerce ce pouvoir, il s’agit cependant d’insister sur le fait que c’est un trait saillant du style de Haneke. []
  4. Je n’oserais pas me présenter devant vous comme “un faible, un assujetti” ni encore moins comme étant “malin et rusé” []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.