Le hors sujet (signalement)

Il est des articles qu’il est toujours bon de lire ou de relire et qu’on a parfois envie de partager et de discuter. Ici, c’est le lieu depuis lequel le chercheur parle qui a retenu mon attention et les déplacements qu’il propose, le concept de hors sujet aussi, même s’il me semble justement que c’est le sujet et qu’il n’a pas d’à-côté1

“Les débats publics virent irrésistiblement au hors sujet, en raison notamment des attaques ad hominem qui se pratiquent et des rapprochements thématiques qui s’opèrent dans l’espace public. La déformation, par rapport au thème initial de films, est quasi systématique au cours du processus de réception dans les médias. Mais les modalités et le sens de cette déformation, les stratégies de rapprochements thématiques nous renseignent sur les rapports significatifs entre les différents champs de production culturelle (art, science, journalisme, etc.), le champ politique et le champ intellectuel. Les débats sur les films historiques, parce qu’ils portent sur des questions d’identité et d’expériences vécues, suscitent de vives réactions de la part d’un public d’intellectuels. Sur le long terme, ceux-ci développent un discours de moins en moins politique, de plus en plus spécifique – en l’occurrence cinématographique –, mais aussi axiologique et scientifique. Néanmoins, par l’intervention des journalistes, le hors sujet politique et sociologique reste la modalité dominante de la réception publique des œuvres.” lire la suite

Gabor Eross, “le hors sujet des rapprochements thématiques dans l’espace public”, Questions de communication, n°4, 2003, p. 313-324.

Il est également possible de lire en ligne Le « champ » politique comme espace public : culte de l’Histoire, cultures de la mémoire. Discours et silences autour du cinéma2 ou de consulter cet entretien durant lequel il revient sur la question du hors sujet.

Extraits: “J’ai trouvé qu’à propos des films historiques, il y a beaucoup de débats passionnés qui les concernaient, mais où il était en fait peu question des films eux-mêmes. Il était beaucoup plus question de rattacher le film à un espace de discours pré-existant, de rattacher le film à des débats intellectuels pré-existants. Et, sous prétexte de parler d’un film qui représente soi-disant tel ou tel événement3, on parlera, plutôt que du film, de cette époque ou de cette période, ou même, par une sorte d’association d’idées parfois très libre, étonnamment libre, parfois surprenante et choquante dans certains cas, on parlera de choses qui nous viennent à l’esprit ou plus justement de choses qui sont à l’ordre du jour dans l’espace public ou dans le champ intellectuel (pour garder ce cadre conceptuel). En France  un film dans les années 80 sur l’Holocauste, la Shoah, ça sera quoi ? ça sera un film qui, dans le champ intellectuel, permettra d’une part de mener des débats passionnés pour savoir si on en parle trop ou toujours pas assez (…) des positions bien connues qui s’affrontent. (…)  Ce sera l’occasion de parler de tout autre chose [que du film], c’est ce que j’ai appelé le hors sujet. La modalité de base, la modalité majeure de la réception d’un film historique au sein de l’espace public ou au sein du champ intellectuel, ce ne sera pas du tout en termes d’histoire, ni en termes cinématographiques, mais ce sera en termes de hors sujet. On rattache le film et plus généralement tout produit culturel (livre, roman…), on va le rattacher à une tradition de discours, de débats.”

  1. on regrettera juste humblement cette phrase dans la conclusion, “Ce qui est évident pour l’esthète ou le cinéaste blessé ne l’est pas pour les autres intervenants d’un débat public.” Ainsi, que l’ensemble des mentions qui renvoient à l’idée du côté esthète-apolitique-du-créateur-seul-contre-tous, mais une nouvelle fois c’est aussi ce qui permis au chercheur de proposer son déplacement. []
  2. on retiendra la phrase, “Ce que nous « recevons » la plupart du temps, c’est la réception des films et non pas les films directement” []
  3. ou telle ou telle époque []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.