À l'image du texte

L’appel diffusé sur Calenda pour la journée d’étude du 27 novembre 2009 à la MSH-Alpes de Grenoble : A l’image du texte,  sous titré : élaborer, appréhender et exploiter un corpus croisé de sources iconographiques et textuelles, n’est plus d’actualité (rendu attendu le 23 octobre). Pour autant le texte présenté est en lui-même intéressant et c’est pourquoi je me permets de le reproduire ci-dessous. Les problématiques soulevées par les doctorants de Mme Dominique Rigaux, professeur d’histoire religieuse de la fin du Moyen Âge à Grenoble 2, correspondent en effet clairement aux questions qui animent les historiens du temps présent que nous sommes : « Dans quelle mesure est-il possible de faire dialoguer image et texte? (…) Comment l’élaboration d’un corpus croisé enrichit-il la connaissance historique ? Qu’est ce que l’image livre que le texte ne livre pas ? L’usage des sources iconographiques doit-il être limité à certaines problématiques ? Quel est le domaine signifiant propre à l’image ? Dans quel cas l’image est-elle opérante ? »

À l’image du texte

Élaborer, appréhender et exploiter un corpus croisé de sources iconographiques et textuelles

Depuis une trentaine d’années, les images retiennent de plus en plus l’attention des historiens, particulièrement celle des médiévistes travaillant sur le fait religieux. La place  croissante qu’occupent les représentations figurées dans l’Occident chrétien au Moyen Age, explique largement ce phénomène.

L’image, prise comme objet d’histoire, est abordée dans sa dimension globale. Témoin et produit, voire acteur, de l’histoire, elle s’inscrit dans un espace, une temporalité, un environnement socio-culturel spécifique. La fonction de l’image religieuse au Moyen Age, l’usage que peuvent en faire les historiens ainsi que les modalités requises pour l’élaboration d’un corpus  iconographique (à partir des notions de thème, hyperthème et d’approche sérielle) sont des domaines de réflexions qui offrent des  résultats solides et stimulants.

Cependant, les études iconographiques bénéficient aujourd’hui d’une certaine crédibilité sans pour autant jouir d’une totale légitimité qui ferait de l’image une source autonome au même titre que le texte. La plupart pour ne pas dire la totalité des corpus iconographiques sont accompagnés d’un corpus de sources écrites (théologiques, normatives, liturgiques, hagiographiques, notariales, ou comptables) ou au moins d’un ensemble de textes offrant un contre-point éclairant.  Mais les modalités d’emploi et les implications que suggère un usage croisé de sources iconographiques et textuelles au sein d’une même recherche historique sont rarement explicitées bien qu’elles présentent des enjeux cruciaux tant sur le plan épistémologique que méthodologique.

L’objet de cette journée d’études n’est donc pas d’examiner les rapports entre le texte et l’image dans leurs liens consubtantiels — qui ont souvent été étudiés — mais leurs rapports au sein de corpus construits ad hoc pour aborder un thème particulier. On tentera d’en dénouer les arcanes et  de poser quelques jalons visant à éclaircir cette zone d’ombre.

Deux axes majeurs d’analyse retiendront notre attention et guideront nos réflexions :

1. L’articulation des sources textuelles et figurées au sein d’un corpus :

A partir de quels critères (bornes chronologiques et temporelles, nature des sources) constitue-t-on un corpus croisé ? Dans quelle mesure est-il possible de faire dialoguer image et texte? Comment l’historien peut-il réduire l’écart formel et discursif qui sépare les sources iconographiques et textuelles ?

2. L’apport et la spécificité de l’image par rapport au texte :

Comment l’élaboration d’un corpus croisé enrichit-il la connaissance historique ? Qu’est ce que l’image livre que le texte ne livre pas ? L’usage des sources iconographiques doit-il être limité à certaines problématiques ? Quel est le domaine signifiant propre à l’image ? Dans quel cas l’image est-elle opérante ?


Une réflexion sur « À l'image du texte »

  1. Quelle forme de restitution sera proposée de cette journée ?
    Merci de nous tenir au courant car les questions posées m’intéressent de près.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *