Du cadrage théorique comme fait routinier – Signalement

Comme son titre l’indique, l’article de Françoise Boch, Francis Grossmann, Fanny Rinck (LIDILEM, Grenoble III, 2009) intitulé: Le cadrage théorique dans l’article scientifique : un lieu propice à la circulation des discours, porte sur la notion de “cadrage théorique”, soit sur les quelques lignes, souvent introductives, durant lesquelles le chercheur propose d’inscrire et en général de démarquer sa recherche de ce qui a déjà été publié sur le sujet qu’il va ensuite aborder1. Notant que : “ce qui est frappant, c’est la manière dont une discipline reconstruit son histoire, à l’aide de formules qui escamotent les ambiguïtés de son évolution, ou qui, inévitablement, simplifient son parcours.” , ils rappellent que “le renvoi au déjà-là du champ ne doit cependant pas être envisagé sous le seul angle de la transparence ; ne serait-ce que sous l’effet de la sélection dont procède la mention d’une source, le cadrage dans l’article n’est jamais neutre et fournit une vision du champ, en reconstituant son histoire ou son état d’avancement.” Ainsi cet article de linguistique2 constitue un bréviaire permettant de dénaturaliser ce fait routinier qu’est le “cadrage théorique”3. On remercie particulièrement les auteurs de l’avoir rendu accessible en ligne (sous la forme d’un document Word) :

“Cette contribution propose d’aborder la question de la circulation dans le cadrage théorique de l’article de recherche, en partant du constat que le genre de l’article requiert tendanciellement de se livrer à un état des lieux de la question traitée. (…)” lire la suite.

  1. Cette notion est parfois proche de celle d’état de la question. []
  2. dont on peut simplement regretter qu’il porte strictement sur un corpus d’articles… de linguistique, alors que la démonstration aurait pu être tout autant pertinente sur des recherches menées en sociologie, en histoire, etc. Les auteurs précisent toutefois que “l’équipe norvégienne autour du projet  KIAP (…) a bien montré que l’enjeu de démarcation ne se manifestait pas de la même manière selon les disciplines (…)” []
  3. Les auteurs en appellent à la “responsabilité sociale et épistémologique” du chercheur. En conclusion, ils indiquent que cleui-ci’ “doit s’interroger sur la manière dont il contribue lui-même à la “mise en circulation” des discours, et ce, paradoxalement, à travers le masquage même qu’il opère.” []

Une réflexion sur « Du cadrage théorique comme fait routinier – Signalement »

  1. Merci pour cet article très intéressant, aisément transposable à d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.