La présentation de The Artist dans les média généralistes

Le vendredi 14 octobre l’émission présentée par Yann Barthès, intitulée Le petit journal a consacré un sujet au traitement médiatique du film The Artist de Michel Hazanavicius et al.. Plusieurs éléments de ce sujet sont particulièrement intéressants à relever pour qui étudie la manière dont la promotion et la réception critique jouent un rôle dans la diffusion d’un film.

Au-delà de la question de l’impact d’une telle couverture médiatique sur la fréquentation en salle, c’est l’existence d’une forme de récit portant sur les films dans les média généralistes qui est soulignée dans l’émission de Canal+.

Au début du sujet Yann Barthès commence par proposer une chronologie succincte de la diffusion de l’information. Il y a d’abord le dossier de presse, puis la presse généraliste et enfin la télévision. Dans le magnéto qu’il lance, plusieurs Unes de journaux sont montées, puis plusieurs extraits de journaux télévisés1. Le petit journal montre ainsi comment l’information circule d’un médium à l’autre. Il indique également l’influence de la promotion (la médiatisation), sur la réception critique par les journalistes (la médiation). Enfin, il rend compte du fait que ce qui est imprimé dans les journaux et ce que les journalistes présentent correspond globalement au contenu du dossier de presse.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ethIoZsnWTs[/youtube]

Dans l’extrait ci-dessus, les Unes de journaux sont celles du Parisien, de TV magazine, du Figaro et de L’Express2. Les extraits sont issus des émissions télévisées suivantes : le journal de TF1, le journal de France 3, le journal de France 2 et le journal de BFM TV. Il n’est pas question des émissions culturelles3, ni du web et encore moins de la presse cinéma (Première, Cahiers, Positif, etc.). Le récit du film tel qu’il est présenté correspond strictement à celui produit dans les média généralistes.

Le film est toujours présenté en des termes positifs. Yann Barthès insiste également sur le rôle de la répétition dans la production de ce consensus. En effet, quelque soit l’émission, l’accroche de chacune des séquences est identique, les mêmes termes sont utilisés (notamment : brillant et original), les mêmes plans du film sont montés, la même musique est sélectionnée. De plus, le récit de The Artist se fixe autour de quelques séquences du film, de la cérémonie de remise des prix à Cannes, de l’opposition entre cinéma muet et 3D, ainsi qu’entre couleur et noir et blanc. Enfin, le présentateur de Canal+ insiste sur le fait que la plupart des sujets portent sur un seul protagoniste du film. Il ne s’agit pas du réalisateur, du monteur, du scénariste, du producteur, mais de l’acteur principal: Jean Dujardin. Par la suite, le reportage du Petit journal montre qu’aussi bien les questions des journalistes et que les réponses de l’acteur sont toujours les mêmes. De nouveau, l’accent est mis sur la répétition.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Y2Q0i5oaDA0[/youtube]

Pour résumer, dans les deux extraits ci-dessus, une douzaine de points à avoir en tête quand on étudie la diffusion d’un film dans les média généralistes sont identifiés :

1/Un récit portant sur les films se joue dans les média généralistes (presse quotidienne et hebdomadaire généraliste et journaux télévisés). Si ce récit n’est évidemment pas autonome de celui produit dans les médias spécialisés,  il peut être étudié en soi. Il a sa propre temporalité, son propre rythme, son propre impact.

2/ Il y a une certaine forme de porosité entre promotion – communication – médiatisation et réception critique – information – médiation.

3/ Il y a une certaine forme de circulation de l’information entre la presse généraliste et les journaux télévisés. Le fait qu’en général la presse hebdomadaire soit diffusée avant les sujets à la télévision permet d’identifier le sens de la migration4

4/ La plupart du temps un nombre restreint de termes sont utilisés pour qualifier le film. Le plus souvent, l’accroche des différents présentateurs sont identiques.

5/ Au-delà des termes, la manière de présenter le film insiste sur deux ou trois thèmes particuliers.

6/ En plateau, les questions des journalistes (pôle information) et les réponses des protagonistes (pôle communication) sont le plus souvent les mêmes.

7/ La plupart du temps les mêmes extraits du film sont diffusés sur les différents journaux.

8/ Au-delà des extraits du film, les mêmes séquences sont la plupart du temps diffusées.

9/ Le plus souvent les média généralistes portent leur attention sur une ou deux personnes (l’acteur principal ou le réalisateur).

10/ Pour résumer, en plus des notions de circulation et de porosité, le concept clé à retenir est celui de la  répétition (points 4 à 9).

11/ Le film, entendu comme la forme visuelle n’est qu’un élément parmi d’autres du récit produit dans les média généralistes. L’actualité, la personnalité de l’acteur, du réalisateur, participent autant, si ce n’est plus au récit présenté.

12/ Le frottement et la complémentarité entre promotion (médiatisation) et réception critique (médiation) est à étudier. Il s’agit de prendre en compte que dans le cas de production à gros budget la médiatisation prend le pas sur la médiation. Ce type de frottement a également lieu pour des films dont le budget est plus restreint. Il s’agit de la modalité de fonctionnement du récit portant sur un film dans les média généralistes.

  1. et dans une moindre mesure d’émissions culturelles []
  2. sur la table []
  3. dans d’autres passages de la séquence du Petit journal une émission culturelle est présentée, mais ce sont bien les journaux télévisés qui sont mis en avant []
  4. par la suite il peut y avoir des effets dans l’autre sens. []

2 réflexions sur « La présentation de The Artist dans les média généralistes »

  1. Il faut dire que le film est porté par le producteur (admiré/contesté/jalousé) Thomas Langmann. Fils du défunt Claude Berri, Langmann suit les traces de son père pour devenir le nouveau nabab du cinéma français (hormis Luc Besson produisant des produits plutôt stéréotypés pour l’international). Il connait parfaitement comment fonctionnent les médias d’information français, et choisi (comme le font les grosses productions américaines) d’inonder les journaux papiers, télévisés et magazines (spécialisés ou non), afin de faire de la sortie son film un événement incontournable. Et pour couvrir autant de médias généralistes, le temps attribué à chacun est très limité. Les questions (et les réponses) restent alors les mêmes basiques, car les spectateurs ne sont pas tous cinéphiles ou techniciens du cinéma.
    Le fait de se concentrer aussi sur la seule figure de Jean Dujardin permet au public de masse d’identifier tout de suite le film. C’est d’ailleurs après son succès dans l’adaptation Brice de Nice qu’avait été lancé dans le cinéma français de la notion d’acteur “bankable” et son prix d’interprétation à Cannes et sa potentielle nomination probable à l’Oscar du meilleur acteur ne fera qu’amplifier ce phénomène autour de The Artist (cf. Marion Cotillard pour La Môme).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.