Masterclass “John Ford, Samuel Fuller, George Stevens : de Hollywood à Nuremberg” – 25/11


La 2ème séance des masterclass “Figurations cinématographiques de l’histoire” se déroulera au Jeu de Paume, vendredi 25 novembre 2011, 16h-18h.“L’archive cinématographique et le travail de montage. À propos du montage en cours du film JOHN FORD, SAMUEL FULLER, GEORGE STEVENS : DE HOLLYWOOD À NUREMBERG
avec Christian Delage, historien et réalisateur, et en présence d’Isabelle Poudevigne, monteuse.

En quoi la connaissance de l’histoire peut-elle s’enrichir du passage d’une forme d’écriture à l’autre ? Comment, à partir d’un matériau déjà montré dans une exposition, construit-on une autre forme de narration, en réalisant un documentaire ? Qu’est-ce que le travail à la table de montage permet de découvrir, de recomposer, de mettre en valeur ? Le film John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, de Hollywood à Nuremberg, actuellement en cours de montage, porte sur l’expérience de guerre de trois cinéastes américains et la manière dont ils ont rendu compte par l’image des combats et des violences dont ils ont été les témoins dans le Pacifique, en Afrique du nord et en Europe de l’ouest, entre 1941 et 1945. Deux d’entre eux, Ford et Stevens, étaient des professionnels confirmés et leurs images, passées de la fiction au  documentaire, ont été validées comme preuves à Nuremberg. Le troisième, Samuel Fuller, est devenu cinéaste pendant la guerre, et c’est son œuvre de fiction qui a été imprégnée de cette expérience fondatrice.

Depuis une dizaine d’années, les recherches de Christian Delage portent sur le statut de médiation et de preuve des images animées, particulièrement celles prises pendant la Deuxième Guerre mondiale et celles présentées lors des grands procès internationaux. Elles ont abouti à la publication d’un livre, La Vérité par l’image. De Nuremberg à Milosevic (Denoël, 2006), à la réalisation d’un film, Nuremberg. Les nazis face à leurs crimes (Arte, 2006), à l’écriture du parcours historique permanent d’un Mémorial (Compiègne, 2008) et à la conception d’une exposition, Filmer les camps (Mémorial de la Shoah, 2010).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.