Le cinéma de Walter Benjamin et de Siegfried Kracauer – signalement

Ce billet pour annoncer une double actualité autour du Cinéma de Walter Benjamin et de Siegfried Kracauer les 9 et 13 décembre 2011 au Goethe-Institut, 17 av. d’Iéna. 75116 Paris.

AVANT-GARDE OU CULTURE DE LA DISTRACTION ?
Vendredi 9 décembre, 18h

Table ronde organisée par Nia Perivolaropoulou (Université Duisbourg-Essen), avec la participation de Philippe Despoix (Université de Montréal); Gérard Raulet (Paris-Sorbonne, Paris IV) et Philippe Simay (École Supérieure d’Architecture, Saint-Étienne) Dans les écrits de Walter Benjamin et de Siegfried Kracauer, contributions majeures à la pensée de la modernité, la culture de masse, la photographie et le cinéma occupent une place centrale. Leurs réflexions sur la « reproductibilité technique » et les médias modernes aboutissent, dans les deux cas, à une mise en cause de la pensée esthétique traditionnelle, en même temps qu’elles croisent les problématiques des avant-gardes artistiques de l’entre-deux-guerres. À partir de la notion de distraction/Zerstreuung, qui leur est commune, il est possible de revenir sur leur confrontation avec les médias modernes et de s’interroger sur les affinités qui les lient. Mais tenter d’expliciter leurs convergences et divergences est aussi une manière de réfléchir sur leurs apports pour la pensée du cinéma et, au-delà, de la culture de masse aujourd’hui.

Films à l’issue de la table ronde
Hans Richter, FILMSTUDIE All. 1926, 4 min.
László Moholy-Nagy, MARSEILLE VIEUX PORT F, 1929, 9 min.
Jean Vigo et Boris Kaufman À PROPOS DE NICE F 1930, 25 min.
Présentés par Nia Perivolaropoulou
Le cinéma de Benjamin et de Kracauer, ce ne sont pas seulement Charlie Chaplin, Dziga Vertov ou encore Joris Ivens. S’inscrivant dans le sillage de la table ronde centrée sur la question de l’avant-garde et de la culture de la distraction, cette première soirée cinéma propose trois films qui, allant de l’abstraction à la figuration, jouent sur les rythmes et les mouvements en même temps qu’ils traitent des spécificités du film et de la perception cinématographique. Deux d’entre eux sont aussi des films sur des villes renvoyant par là à la réflexion des deux penseurs sur les affinités fondamentales qui unissent la ville et le cinéma.
Entrée libre – Réservation conseillée

DIE LIEBE DER JEANNE NEY / L’AMOUR DE JEANNE NEY

Mardi 13 décembre, 19h30Réalisation : Georg Wilhelm Pabst

All. 1927, intertitres français., noir et blanc, 113 min.
Avec Eugen Jensen, Edith Jehanne, Fritz Rasp
Accompagnement musical : Joachim Bärenz au piano
Présenté par Nia Perivolaropoulou
Inspiré d’une nouvelle d’Ilya Ehrenbourg, ce film, qui mélange politique et aventure romanesque, a suscité, au moment de sa sortie, bien des commentaires critiques, y compris de la part de Kracauer. Plus tard cependant, il a retenu l’attention de ce dernier par sa construction dramaturgique, le mélange d’acteurs professionnels et non professionnels, son esthétique hybride. Tout cela en fait aujourd’hui l’intérêt et peut nourrir la discussion des rapports entre cinéma et politique.
Réservation conseillée : tél. 01 44 43 92 30
Tarif 4€ ; TR 3€


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.