L’ingénierie des archives orales – Florence Descamps

“Handicap de l’a posteriori, non-fiabilité de la mémoire, non représentativité, inquantifiabilité, subjectivité, artificialité de la source provoquée, incommodité d’utilisation, etc.”

Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 2

C’est par ces mots que Florence Descamps résume en introduction de son ouvrage les a priori encore aujourd’hui associés en France aux sources orales. A l’inverse d’un tel constat catastrophiste, cette note de lecture (plus proche d’une recension visant à la fidélité que d’une lecture critique) propose une synthèse des acquis méthodologiques dans ce domaine. Il s’agit à proprement parler d’une présentation de la seconde partie de l’ouvrage susmentionné (pp. 250-428). Les méthodes d’entretien, les objectifs, les enjeux de tels projets, les erreurs à éviter, les connaissances et compétences à acquérir seront résumés. Dans une optique résolument pragmatique et pratique, les notions et documents suivants seront introduits : maturation historique, corpus signifiant, lettre d’appel à témoignage, pacte d’entretien, formulaire de communicabilité, entretien prosopographique, etc.
Ce travail est mené dans le cadre d’un projet du CRI (Université de Montréal) intitulé Archiver à l’époque du numérique dans lequel la possibilité de mener des entretiens  avec des acteurs de l’histoire est abordée.

En incipit de cette partie intitulée l’ingénierie des archives orales Florence Descamps indique qu’il sera principalement question de la constitution d’archives orales dans des institutions (et non par un individu dans le cadre d’une recherche). La chercheure précise que, “nous nous plaçons ici dans le cas du lancement d’une campagne d’archive orales rétrospectives à but historique.”, soit que les entretiens menés ont un intérêt patrimonial pour l’institution et qu’ils servent de sources pour les chercheurs (p. 279). La suite de cette note est à lire en prenant en compte ce double choix de départ (de l’institution comme lieu et de la valeur historienne des archives orales).

Les conditions préalables

1/ Étude de faisabilité: l’existence d’une mémoire collective et d’une demande d’histoire doivent préalablement avoir été identifiées1. Il est à noter qu’à la base de ce choix, il y a souvent, “un questionnement sur l’identité, une interrogation concernant l’être et le devenir de l’organisation” (p. 259). Ainsi, l’institution doit avoir atteint une certaine maturation historique afin de favoriser la réalisation de sources orales. Le fait d’engager un tel processus constitue un facteur de cristallisation mémorielle (la dimension performative de la constitution de telles sources est à prendre en compte).

2/ La place des archives: la constitution et/ou le (re)classement des archives écrites de l’institution est souvent à réaliser en premier. Le plus souvent, une fois cette étape terminée les institutions ne soutiennent pas la phase suivante: l’exploitation et la valorisation du patrimoine archivistique (p. 265). Les archives orales sont essentielles à ce niveau-là, car elles “matérialisent le patrimoine humain et mémoriel de l’organisation” (idem). Leur constitution relève “d’une création volontaire, ex nihilo, et raisonnée d’archives d’un nouveau type” (p. 266). Ce choix résulte d’une prise de conscience de l’institution: “les archives écrites, surtout quand elles sont de nature à dominante juridique ou technique, ne peuvent pas tout restituer de la complexité du fonctionnement concret et humain de l’organisation” (idem). Les archives orales ne sont pas à concevoir comme un complément folklorique du classement des archives écrites. Elles nécessitent une ingénierie (une méthode, du temps, de l’argent).

3/ Acteurs du projet: un projet de sources orales naît d’un accord entre quelqu’un qui propose leur création (un éveilleur) et une personne qui a le pouvoir de concrétiser cette proposition (un décideur). Pour cela il faut que la maturité historique de l’organisation soit suffisante. Une fois un accord trouvé et la faisabilité du projet attestée un chef de projet est désigné. Il s’agit d’un historien ou d’un archiviste formé aux sources orales qui n’appartient pas à l’institution et qui aura suffisamment de temps à consacrer au projet. Un groupe de pilotage (chef de projet, décideur, archiviste de l’institution, expert du champ, etc.) peut alors être constitué (p. 281). Il approuve, discute, évalue, valide le projet lors de réunions régulièrement organisées. Par la suite, l’archiviste-oral mènera les entretiens que l’historien analysera après leur diffusion.

L’archiviste-oral peut être un étudiant. Les principaux avantages de ce choix sont leur neutralité par rapport au sujet et l’indulgence du témoin, qui sera plus pédagogue avec un étudiant qu’avec un professionnel du champ. L’inconvénient majeur de cette démarche serait le manque de connaissance du sujet. Une formation aux méthodes des archives orales et une courte session “histoire maison” dispensée par un membre de l’institution sont fortement conseillées (p. 300). Un apprentissage de 3 à 6 mois est nécessaire, après quoi les compétences se développent (p. 303). Les qualités demandées sont : la motivation pour le projet, le goût du travail individuel (intégré à une équipe), le goût des relations humaines, l’absence de timidité et le sérieux (p. 302). La taille idéale d’une équipe se situe entre 3 et 5 personnes (p. 303). Le chef de projet est amené à contrôler régulièrement la qualité des entretiens (idem). Des points méthodologiques, des partages d’écoutes des sources, des réunions permettant de trouver des solutions en commun seront à organiser entre les membres de l’équipe (p. 304).

La mise en place du système

1/ Les différents enjeux à prendre en compte sont, “une approche patrimoniale de conservation, une approche historique et scientifique, prévoyant une utilisation immédiate ou différée des documents oraux, une approche opérationnelle ou communicationnelle de valorisation des collections” (p. 281). Il existe des tensions entre les enjeux de l’institution (décideur entre autres) et ceux qui constituent l’archive (le chef de projet entre autres).

2/ La définition des objectifs. Deux grandes catégories sont identifiées. A/ Archives patrimoniales institutionnelles à exploitation différée (champ informationnel ouvert, entretien non directif…). B/ Témoignages oraux dans une enquête thématique à exploitation à court terme (définition d’une problématique, entretien directif ou semi-directif, nombre restreint d’informateurs…). Le choix de la “focale” est essentiel au déroulement de la campagne. Les décisions postérieures sont liées à ce choix premier : entretien avec les personnes les mieux informées (B), multiplications des points de vue (polyphonie: “réseau de paroles à reconstituer et à retisser autour de l’objet considéré”, p. 286, A).

L’idée centrale est qu’ “un corpus de témoins se construit à partir de l’analyse de l’objet de la recherche” (idem). Dès lors la définition “d’un corpus signifiant, doté d’une typologie riche et diversifiée” (idem) n’est pas le résultat de l’application d’une grille prédéfinie, mais établie en fonction de l’objet étudié. Ainsi, le nombre d’interviewés2 et l’épaisseur du questionnaire dépendent de choix qui sont à opérer au niveau du groupe de pilotage3.  Le chef de projet repère les témoins potentiels et confectionne une première liste. Un sous-groupe, le groupe-test, est alors défini. Le questionnaire ou canevas d’entretien sera testé avec ces personnes.

Une lettre d’appel à témoignage personnalisée est alors rédigée et envoyée. Sous le patronage de l’institution, elle présente les buts et moyens de la constitution de ces archives. Le sort ultime des enregistrements doit également être précisé. Cette lettre instaure le pacte d’entretien soit le “protocole encadrant la prise de parole, précisant la destination du témoignage, les droits et les devoirs de chacun des protagonistes.” (p. 293). Un temps doit être prévu pour des courriers de réponse, de relance et/ ou un contact téléphonique4. Pour de multiples raisons, la plupart des réactions à de telles demandes sont positives et l’usage d’un enregistreur lors de l’entretien ne pose pas de problème. Afin de s’assurer du succès de l’entretien, il est souhaitable d’effectuer un entretien préalable (par téléphone) et/ou d’en envoyer le canevas avant la rencontre (p. 295 et p. 344-345). Le respect d’une déontologie dont les principes ont été énoncés dans la lettre d’appel est ainsi appliqué dès ce moment-là. “La pédagogie et la transparence vis-à-vis des témoins” est essentielle (p. 298). Dans cette perspective un formulaire de communicabilité des entretiens est signé avant ou après le/les entretiens5.

La préparation intellectuelle de la campagne

1/ Un socle de connaissances solide doit être acquis par l’archiviste-oral. Il doit ainsi posséder dans l’idéal : A. Des connaissances générales en histoire contemporaines. B/ Des connaissances sectorielles en fonction du domaine de l’institution étudiée (une formation pourra être organisée). C/ Des connaissances concernant l’institution étudiée. Des archives écrites peuvent être mobilisées. Des fiches et dossiers thématiques pourront être constitués. D/ Des compétences concernant les techniques d’entretien. Une formation devra être mise en place. Elle peut être menée par le chef de projet. Le questionnaire, canevas, grille, scénario d’entretien, etc. sont alors présentés et discutés (pp. 311-312).

2/ Le choix de la méthode d’entretien. Ce choix dépend des objectifs définis précédemment. Une certaine souplesse, une hybridation entre les différentes méthodes et une adaptabilité en fonction des premiers résultats sont conseillées. Le terrain a son mot à dire (p. 329). Cinq grandes catégories sont identifiées. A/ Le questionnaire directif. Plus quantitatif que les autres, il vise à l’exhaustivité et à permettre de réaliser des statistiques. Dans ce cas, l’échantillon doit être représentatif. Les formulations et l’ordre des questions est fixé en amont de l’entretien. Des questions fermées sont favorisées dans l’optique du traitement des données. Ce mode d’entretien permet le recueil d’informations, mais peu d’interactions avec le témoin (p. 313). B/ L’entretien non directif. Peu prisée des historiens, pour des raisons de temps et de résultats difficilement quantifiables,  cette méthode consiste à laisser le témoin s’exprimer sans guide.

C/ L’entretien semi-directif est le plus souvent utilisé. Un certain nombre de questions sont posées à tous les témoins, d’autres seulement à certains en fonction des enjeux prédéfinis. L’objectif est de pouvoir croiser les informations communiquées par chaque témoin tout en prenant en compte les informations qu’il est le seul à posséder. L’ordre des questions n’est pas toujours le même. Les questions fermées sont moins favorisées, l’objectif étant prioritairement qualitatif. Une grille souple est définie en fonction de catégories (plus ou moins) larges et d’un canevas malléable. “L’entretien semi-directif implique une démarche participative de la part des deux interlocuteurs ainsi qu’une part d’improvisation” (p. 315). Le pacte d’entretien implicite est de nature cognitive, le témoin participe à l’élaboration du contenu (suivant en cela les enjeux présentés dans la lettre d’appel).

D/ Le récit de vie (entretien prosopographique) a la préférence de l’auteur. Proche de l’autobiographie en ce qu’il vise l’intériorité, la psyché du témoin, il s’en distingue car il est le résultat d’une situation d’interlocution, d’un dialogue (p. 316-317).  La différence principale avec l’entretien semi-directif est que l’objectif est moins cognitif qu’identitaire (sur le modèle littéraire des confessions). Il s’agit d’une tentative de rationalisation rétrospective d’un parcours, selon les termes de Daniel Bertaux (cité p. 318). Des récits de vie croisés peuvent être menés afin de comprendre à l’échelle interindividuelle une réalité sociale complexe. L’objectif visé est de permettre une “histoire vue de l’intérieur” (plus que forcément une histoire vue d’en bas, idem). Plusieurs entretiens (au moins 5-6) sont nécessaires le temps long étant utile afin d’établir une relation de confiance et de confidence propre à l’exercice de la maïeutique. Cette méthode permet d’appréhender les différents rôles sociaux, familiaux, professionnels, associatifs, etc. d’une même personne (p. 321). Une place est ainsi ménagée aussi bien à la présentation de la cohérence d’un parcours qu’au questionnement de celle-ci. Le temps et l’investissement nécessaires, sont, en plus de l’illusion biographique, les principaux désavantages de cette méthode.

E/ Le récit de carrière intégré. Il s’agit d’une méthode proche de celle du récit de vie qui peut cependant être adaptée en fonction des enjeux relatifs à l’histoire des institutions (p. 323). Un équilibre entre dimensions biographique et professionnelle est à trouver en fonction des objectifs et du pacte d’entretien établi. L’objectif est d’imbriquer la fonction exercée dans une institution au sein d’un parcours biographique plus large6 Enfin d’autres méthodes peuvent être suivies. Elles consistent, par exemple, à faire parler le témoin à partir d’une archive écrite ou visuelle, soit d’un support de mémoire. Le témoin doit être prévenu en amont. Un entretien n’est pas un interrogatoire. Cette méthode peut être adaptée afin d’éviter la “langue de bois”. Il ne faut cependant pas que le témoin se sente piégé (pp. 345-346)7.

La préparation et la conduite de l’entretien

1/ Du côté des sciences sociales. La méthode de constitution d’archive orale s’inspire des techniques mises en place en ethnologie (trouver le bon informateur, noter ce qui accompagne la parole, soit rédiger un journal de bord, etc.), en psychologie (établissement d’une relation privilégiée, empathie et capacité à désamorcer les angoisses, etc.), en sociologie (observation participante, définition des conditions de l’enquête dont le croisement des témoignages, etc.) et en histoire (question de la fiabilité notamment).

2/ La préparation individuelle de l’entretien. La rédaction d’une fiche biographique à partir de sources publiées ou d’archives écrites est souhaitable (p. 338). Une analyse critique de ces données avant l’entretien peut être réalisé. Une fiche concernant l’institution en question est également à concevoir (par le chef de projet). Le scénario de l’entretien est alors défini. Il s’agit de calibrer “approximativement le nombre et le contenu des séances, de manière à imposer un tempo relativement enlevé et volontariste à l’interview (idem). L’objectif est d’éviter l’entretien-fleuve. “On pourrait presque parler de dramaturgie de l’entretien !” (p. 339). Au terme des séances (dans le cas d’un récit de vie) un entretien-bilan peut être mené (idem). Une fois ce schéma déterminé, un cheminement de questions est établi. Il s’agit d’une grille qui permet d’identifier les grandes étapes de l’entretien. Une progression doit être pensée. Des mots-clefs et un ton a utiliser par l’archiviste-oral peuvent être identifiés (par le chef de projet). Les dimensions strictement biographiques (vie privée et carrière), relatives à l’institution, à l’histoire du secteur et à l’histoire nationale se trouvent entremêlées (mais non confondues).

3/ Mener l’entretien. La prise de contact et la présentation du projet constituent un moment capital où se noue le pacte d’entretien. Dans un premier temps il est possible que le témoin s’exprime de lui-même dans une sorte d’entretien-déclaration. Il n’est pas utile de l’interrompre. Les points abordés et les questions évitées sont alors notées par l’archiviste-oral (p. 347). Il s’agit d’une première version, le lieu de la construction/communication d’une image de soi par le témoin. Une manière de sortir de cette phase de l’entretien est de rechercher “les petits faits vrais” (Dominique Schnapper), soit de faire “décrire les lieux, les matériels, les gestes, les procédures, les acteurs, le contexte”, etc. Il est aussi possible que le témoin reste silencieux attendant les questions. Un fil biographique individuel est alors suivi en commençant par des questions ouvertes afin de permettre une sorte de “rodage” de la mémoire (p. 349). Le plus souvent le témoin aborde des points strictement liés à son action et l’archiviste peut alors, dans un second temps, poser des questions relatives au fonctionnement de l’institution (idem). Les questions visent à replacer le témoin dans le temps de l’action (par l’usage de formules comme “à l’époque”, etc.). Il faut également l’inviter à s’impliquer dans le récit en évitant les formules commençant par “ils” ou “on” et en favorisant le “je” et le “nous”.

Un des objectifs doit consister à faire décrire son environnement au témoin (lieu, espace, instruments, outils, procédures, règles, coutumes, rites, ambiances, atmosphères, pratiques les plus quotidiennes et en apparence anodines, p. 350). “Il faut faire décrire les acteurs, collaborateurs, les subalternes, la hiérarchie (…) faire abondamment illustrer par des exemples (…) faire expliciter l’implicite et l’allusif; jouer l’apparente naïveté et refuser d’entrer dans le constat de l’évidence” (idem). Si le récit est trop linéaire et consensuel, il est possible de proposer des arguments contradictoires (en indiquant par exemple, “on m’a dit que…”) ou en faisant usage de documents d’époque. Le rythme doit être choisi par l’archiviste-oral tout en respectant les digressions du témoin et sans avoir peur des silences (p. 351). Une attitude corporelle volontariste de la part de l’archiviste-oral et la pratique de relances sont encouragées8.

4/ Les difficultés et erreurs éviter. Il est possible que le témoin refuse de répondre à une question. Dans ce cas, “ne pas insister dans un premier temps puis revenir à la charge en “tournant autour du pot” et en accumulant des indices signifiants” (p. 353). Le fait de mener un entretien à deux ou d’effectuer une reprise (après une pause ou lors d’un second entretien) peut permettre de poser à nouveau une question (p. 355). Les erreurs, lapsus et autres mensonges, s’ils peuvent être relevés seront surtout étudiés lors de l’analyse de l’entretien par l’historien. L’archiviste-oral doit éviter autant que faire se peut de couper la parole du témoin, de formuler des jugements de valeur, d’exprimer une forme d’impatience devant des hésitations ou erreurs factuelles (idem). La confiance réciproque est le meilleur moyen de dépasser ces difficultés.

5/ Filmer l’entretien. Principalement utilisé dans une perspective ethnologique, cet aspect “peut se révéler très instructif et fournir une quantité d’informations d’ordre culturel et social” (p. 356). Le fait de filmer l’entretien est particulièrement adapté quand le témoin (ou l’archiviste-oral) “montre quelque chose et le commente” (p. 357). “L’image animée se révèle également très utile pour les pratiques corporelles et pour tout ce qui se rapporte aux gestes techniques ou aux gestes professionnels” (idem). Le film permet une meilleure critique de la source, soit entre autres de mieux appréhender les interactions entre témoins et archiviste-oral: “dans le cas d’un entretien filmé, les conditions de production du document s’imposent de façon tangible et matérielle” (p. 358). Il se peut enfin que les sources audiovisuelles soient plus faciles à valoriser que les sources uniquement sonores. Les problèmes principaux sont l’augmentation des coûts et le risque d’un refus lors de la demande d’autorisation de diffusion. Une solution consiste à ne filmer que certains instants de l’entretien (d’interaction avec des objets notamment).

Les conditions matérielles de l’entretien

1/ Le lieu. Plusieurs solutions sont possibles. A/ Le domicile de l’interviewé (plus grande familiarité, disponibilité d’archives privées). B/ Le bureau du témoin (s’il en a un). C/ Un bureau au sein de l’institution productrice des archives (relation plus professionnelle, cadre connu de l’archiviste-oral). D/ D’autres lieux sont possibles, notamment ceux fréquentés régulièrement par le témoin. Les interférences liées à chacun de ces lieux doivent être prises en compte par l’archiviste-oral (si possible en amont).

2/ Le temps de l’entretien. Il dure en moyenne entre 1 et 3 heures. Le moment idéal est le milieu de la matinée (p. 369). Dans le cas où plusieurs séances sont menés un rythme hebdomadaire est conseillé. Cela permet “d’écouter d’une fois sur l’autre” (p. 370).

3/ Choix du matériel. La malléabilité de l’enregistreur lors de l’entretien et la qualité et durée de conservation du support constituent les éléments principaux à prendre en compte. Au moins un enregistrement souche et une copie doivent être conservés. La migration du support (numérique) doit être, très tôt, envisagée. Un micro multidirectionnel sur pied de sol et un casque (nécessaire afin de contrôler le son pendant l’enregistrement) sont à prévoir (pp. 372-373). Une bande-annonce en début de piste doit être prévue. Elle contient: le numéro de “bande”, le numéro de l’entretien, le nom du témoin, de l’archiviste-oral, les date-heure-lieu de l’entretien, les caractéristiques du support et l’objet de l’entretien.

Vers la constitution d’un fonds d’archives orales

1/ Le dossier archivistique individuel. Il est composé de différents éléments. A/ L’enregistrement. B/ Des fiches chrono-thématiques, correspondant à un séquençage, de l’entretien doivent être réalisées. La correspondance échangée avec le témoin doit aussi être conservée.  C/ Les informations relatives au témoin collectées en amont. D/ La fiche d’analyse qui résume les conditions de l’entretien (lieu, heure, etc.) et les remarques (plus subjectives) de l’archiviste-oral. Le questionnaire (ou le scénario de l’entretien). Le journal de bord.  E/ Les sources : archives et autres entretiens consultés pour mener l’entretien. F/ La fiche de communicabilité est aussi à intégrer au dossier, ainsi que les transcriptions et résumés éventuels.

2/ Le statut juridique (en France). L’accord formel et explicite du témoin est nécessaire avant diffusion. Il est considéré comme l’auteur de l’entretien. Il est titulaire du droit moral et des droits patrimoniaux qui s’y rattachent. La fiche de communicabilité constitue de fait un contrat de cession de droits à titre gratuit, au profit des chercheurs (p. 379). Le droit d’auteur s’applique également à l’archiviste-oral dont il faut l’accord pour la diffusion des propos tenus lors de l’entretien (p. 380). Le témoin et l’archiviste-oral (ou leurs ayants droit, p. 391)  peuvent s’opposer à ce sujet (notamment quand il est question des droits patrimoniaux). S’il est reconnu que l’entretien constitue une forme originale, le droit d’auteur est alors attribué à celui qui a sollicité l’entretien. L’archiviste-oral salarié, et non l’employeur, conserve les droits en l’absence d’une cession explicite des droits patrimoniaux (les journalistes et la création d’une œuvre collective, par exemple un film, constituent des exceptions, p. 384). Un archiviste-oral fonctionnaire cède, lui, de fait ses droits patrimoniaux (si ce n’est moraux, p. 386). L’institution à l’initiative de la campagne se voit reconnaître le statut de producteur. Dans tous les cas, la définition précise de clauses de diffusion en amont de l’entretien est souhaitable (p. 390).

La fiche de communicabilité constitue une solution (imparfaite) à ces problèmes. Elle doit ainsi préciser “le cadre de conservation, les conditions de divulgation, de représentation et éventuellement de diffusion des témoignages, c’est un document juridique et contractuel” (p. 392). La cession éventuelle de droits patrimoniaux, le type d’utilisation, l’étendue de la diffusion, les délais éventuels de diffusion, les modes et supports d’exploitation sont définis dans ce document (p. 393). La formule-type suivante peut être utilisée: “dans un environnement patrimonial à but non lucratif, en soulignant les notions d’exploitation et de publication scientifique” et qu’un usage commercial conduira à une renégociation avec le témoin (idem). Il est aussi possible de stipuler que toute consultation de la source orale devra faire l’objet d’une demande auprès du témoin (p. 395).9

3/ Les instruments de travail. A/ Il est absolument nécessaire d’effectuer une cotation des enregistrements. “Un ordre numérique doublé d’un index alphabétique peut suffire” (p. 397). B/ Des instruments de recherche adaptés sont aussi à prévoir dès le début du projet. Un classement chronologique et nominatif doit être adopté, avant de concevoir un inventaire basé sur les fiches chrono-thématiques et un catalogue qui intègre une courte notice biographique (p. 397-398). L’ensemble de ces documents sont à réaliser en format numérique. L’objectif final est de permettre la “mise en réseau et liens hypertexte avec d’autres types de documents ou d’archives (papiers privés, photographies, notes d’archives administratives, manuscrits), associations séduisantes du son, du texte et de l’image.” (p. 398).10

Pour conclure, cette rapide synthèse, on ne saurait que trop insister sur la proximité entre ce dernier objectif et ceux du projet mentionné en incipit de cette note.

  1. Ce qui est intéressant dans cette étude de faisabilité, c’est d’étudier en quelque sort le contexte mémoriel dans lequel l’institution évolue”, 261 []
  2. L’auteur indique cependant qu’ “à partir d’une trentaine d’individus, s’il est homogène, un corpus de témoignages peut commencer à pouvoir être pris en considération”, p. 289. Dans tous les cas la constitution d’archive orale reste plus du côté d’une démarche qualitative que quantitative. L’usage des pourcentages restera donc le plus souvent d’ordre indicatif. L’âge idéal se situe entre 65 et 75 ans, p. 298. []
  3. sur proposition du chef de projet (et non du décideur) []
  4. Il est important de conserver une trace de ces premiers contacts dans un journal d’interview et/ou dans un dossier individuel, qui réunissent les informations associées à l’entretien (p. 295) []
  5. Le témoins peut alors faire valoir un délai de réserve qui lui aura été proposé en amont. []
  6. Le principe directeur est que “les informations qu’un individu est capable de livrer sur son environnement social sont intrinsèquement liées au parcours qu’il a suivi et aux expériences qu’il a connues tout au long de sa vie.”, p. 327. []
  7. Le témoin peut également choisir de s’exprimer sans interaction avec l’archiviste-oral. []
  8. Il peut s’agir de répéter le(s) dernier(s) mot(s) du témoin, de reformuler de manière synthétique ses propos, d’effectuer une objection, de demander une précision, de faire une suggestion []
  9. Pour un modèle-type, l’auteur renvoie au manuel dirigé par Chantal Bonazzi, Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, Paris, Archives nationales, 1990. []
  10. Cette partie de l’ouvrage se conclut en rappelant les conditions de conservation nécessaires à de telles sources (pp. 399-400) []

Une réflexion sur « L’ingénierie des archives orales – Florence Descamps »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.