Publics de cinéma – Conserveries Mémorielles

Publics de cinéma. Pour une histoire des pratiques sociales est le douzième numéro de la revue de jeunes chercheurs Conserveries Mémorielles. Il a été coordonné par Myriam Juan et Christophe Trébuil, qui en ont, à ce titre assuré un article introductif, au caractère programmatique.  C’est ce texte précis qui fait l’enjeu de cette note, et non l’ensemble du numéro. Dans la longue filiation de la recension de l’ouvrage d’Edgar Morin, Le cinéma ou l’homme imaginaire, par Robert Mandrou, dans les Annales (1958), leur texte est écrit suivant une perspective d’histoire culturelle du cinéma, attentive aux pratiques sociales. Celui-ci s’inscrit dans un courant plus large visant à renouveler les études sur la réception. Dans ce cadre l’objet étudié est moins le film (entendu comme ce qui est “imprimé sur la pellicule”) que le cinéma (ensemble plus large constitué de la projection et des pratiques associées à celle-ci).

Le parti pris de départ des auteurs peut être explicité en citant Mandrou, “tous ces historiens du cinéma, artisans de solides monographies plus ou moins étoffées, ne nous permettent guère d’appréhender le rôle de cet art dans la civilisation de ce premier vingtième” (p. 142). Pour autant, depuis cinquante ans les choses ont changé, ce que les auteurs relèvent très rapidement. “La réception des images – phénomène psychologique et culturel dont l’identification est très incertaine –  a paradoxalement bénéficié  de quantité d’études.” Ce qui demeure, en 2012, l’angle mort des études sur le cinéma, ce sont les pratiques sociales des spectateurs, soit l’analyse de l’ensemble des réactions de ceux qui vont au cinéma, une fois sortis de la salle obscure. L’objet passionnant de ce numéro correspond aux “activités concrètes suscitées par le cinéma et la manière dont elles s’insèrent dans un ensemble d’actes extrêmement variés”.

Pour les deux chercheurs, ces pratiques ne se limitent donc pas a un lieu : la salle de cinéma. Au contraire, il s’agit de “placer l’expérience spectatorielle dans l’espace social, dans le contexte d’autres pratiques de la vie quotidienne”. Le cinéma est un fait social total, pour reprendre la formule  souvent utilisée par Christophe Gauthier et Dimitri Vezyroglou. Myriam Juan et Christophe Trébuil se demandent, pour leur part, comment ces pratiques, si visibles quand on se rend au cinéma, sont invisibles dans les travaux des chercheurs qui étudient le cinéma. Ils expliquent : “la normalisation des pratiques spectatorielles dans les salles a cependant conduit les critiques à se désintéresser presque totalement de ces dernières.” La réponse se trouve donc comme chez Mandrou dans l’aveuglement des sémiologues1, des critiques cinéphiles2 et des historiens du cinéma3. La recherche d’une solution nécessite, selon eux, une attention plus grande portée aux gestes des spectateurs. L’influence croisée de la sociologique et de l’anthropologie est ici tout à fait explicite. La question devient alors : comment les films ont-ils transformé notre manière de marcher, les styles de nos vêtements, les règles de politesse, le maintien du corps, etc. Un point particulièrement intéressant est que les deux chercheurs ne limitent pas leur étude au spectateur. Le cinéma influence également ceux qui n’ont pas vu tel ou tel film. Ces autres lieux où s’exerce l’influence du cinéma sont la consultation des revues, des affiches, des photographies et des cartes postales. L’exemple pris est celui d’une pratique ludique, véritable activité manuelle – un jeu de découpage/collage – proposée à ses lecteurs par un magazine dans les années 1920.

Si les auteurs indiquent, à juste titre, en conclusion, qu'”il existe de multiples témoignages et descriptions de ces pratiques, dont l’identification et l’étude ouvrent un vaste champ de recherche qui, jusqu’à présent, a été largement délaissé” les exemples cités mériteraient d’être plus diversifiés. Si le “courrier des lecteurs des magazines spécialisés” et “les blogs et forums de cinéphiles” sont mentionnés, d’autres cas pourraient être abordés. La seule demande qu’on souhaiterait faire ici est simplement celle d’un élargissement du spectre de ces pratiques. Les pistes évoquées sont passionnantes, les enjeux clairement énoncés, les questions soulevées et les manques identifiés tout à fait pertinents. Cependant, pourquoi ne pas aborder le rôle certainement essentiel du poste de télévision comme fédérateur d’activités sociales (des talk shows aux publicités, du bistro à la chambre à coucher) ? Le rôle des produits dérivés (des peluches pour bébé au jeux vidéos pour adulte) ? La place aujourd’hui essentielle des activités en ligne (du tchat aux remake amateurs) ?4  Enfin – et c’est là certainement un résultat négatif de l’opposition avec l’histoire du cinéma considérée comme classique – pourquoi ne pas parler des formes audiovisuelles elles-mêmes? Cela conduirait aussi à prendre en compte le fait que la frontière entre producteurs/réalisateurs de films d’un côté et spectateur/récepteur de l’autre se brouille de plus en plus aujourd’hui5.

On peut prendre un exemple particulier, qui m’est cher : celui du film La Cité de la peur. Comment interpréter l’influence durable de ce film sur les comportements des individus nés principalement au début des années 19806 ? Le film n’a pas été un succès au cinéma (les deux millions de spectateurs qui se sont déplacés en 1994 étant bien loin des attentes de l’équipe du film). L’influence du film s’explique, en grande partie, par l’appropriabilité des dialogues7. Spectateurs et non spectateurs du film font usage de ses “phrases chocs” dans leur quotidien. Cinéma et sociabilité sont appréhendés, à l’échelle d’une classe d’âge dans ce cas-là8. Durant la seconde partie des années 1990, les lieux dans lesquels s’effectue ce relais sont alors la cour de récréation, la salle de permanence ou la fin de soirée un peu arrosée entre amis. Mais qu’en est-il vingt ans après la première diffusion ? Les multiples diffusions à la télévision ont joué un rôle. La présence sans cesse répétée des acteurs sur les plateaux télé également. L’appropriation dans d’autres formes, comme ce fut le cas encore tout récemment dans Bref ( “Y a des gens qui m’énervent.” 19/03/2012; “J’ai aucune mémoire.” 22/03/2012; “J’ai grandi dans les années 90” 29/03/2012) ou une publicité radio pour McDonald’s, dans laquelle la phrase “j’te rappelle, ça va trancher” est utilisée9. Les échanges de VHS entre amis sont aussi à prendre en compte, ainsi que la circulation d’extraits sur Internet depuis quelques années et les reprises par des “spectateurs” devenus “acteurs” (voir ci-dessous).

Ces mentions éparses ne constituent en aucun cas une remise en cause de l’intérêt de la démarche engagée. Au contraire, elles se veulent autant d’invitations à creuser d’autres pistes et à retrouver le goût de l’image, pour parler comme Arlette Farge.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=HyezDTozfuA[/youtube]

  1. obnubilés par le film comme texte []
  2. obnubilés par les mouvements de caméra []
  3. qui ne perçoivent plus les spectateurs []
  4. Ce dernier point est d’ailleurs abordé dans un autre article du numéro à travers une étude du rôle des sites, forums, blogs, pages Facebook et listes de diffusion dans les pratiques des fans en ligne. []
  5. Dans l’article, les traces de réactions des spectateurs sont des écrits (d’un journaliste, d’un sociologue, d’un cinéphile) et non des formes audiovisuelles produites par des amateurs ou des professionnels ( ni d’ailleurs les propos de cinéastes amateurs ou professionnels). []
  6. Cette définition d’une tranche d’âge constitue une hypothèse de travail. Le choix d’une vidéo (ci-dessous) dont les “actrices” sont certainement nées à la fin des années invite à en penser les limites. []
  7. beaucoup plus que les gestes, même si ceux-ci sont aussi à prendre en compte []
  8. Un autre article du numéro aborde la question du rôle des films dans la transmission intergénérationnelle de valeurs communes. []
  9. Je tiens à remercier Caroline Giovos, membre du Grecip, pour ce signalement. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.