Archiver l’avenir – Milad Doueihi

“La conversion en archive numérique est porteuse d’un potentiel prodigieux, mais aussi de problèmes et d’obstacles qui lui sont propres, et nous n’avons plus, je pense, la naïveté de croire à la promesse selon laquelle les nouvelles technologies vont constamment atténuer et simplifier les difficultés passées, à défaut de les résoudre.”

Incompatibilité et caractère résolument éphémère des formats, obsolescence généralisée des supports, systèmes inaccessibles, difficultés rencontrées lors des migrations nécessaires à la consultation, introuvable interopérabilité, croissance exponentielle des données collectées, informations à jamais perdues, marchandisation galopante, dangers pour le respect de la vie privée, plus grand contrôle par l’Etat, risque d’un monopole de Google dans certains domaines, sont autant d’indicateurs qui conduisent Milad Doueihi à faire le constat que “l’un des aspects les plus souvent négligés ou oubliés de la culture numérique est, en dernière analyse, la non-permanence ou la fragilité de l’information et de son support matériel” (p. 209). Ce constat pour le moins pessimiste – pour ne pas dire apocalyptique – est dressé dans le cadre d’un chapitre de La grande conversion numérique (2008) portant sur “Archiver l’avenir” (pp. 205-248).

Le chercheur, historien des idées, titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques à l’Université Laval, propose ensuite des solutions à ces problèmes principalement à partir de l’étude des imprimés: archivage partiel du web par la Wayback machine, archivage de parcours individuels par l’Historique web de Google1, législation internationale adaptée, usage de formats ouverts (interopérabilité et compatibilité), développement et convergence entre les projets de bibliothèques numériques et surtout prise de conscience citoyenne.

Dans le cadre de cette note c’est surtout les questions associées à la “conversion des archives traditionnelles aux formats numériques” (p. 211) qui nous intéresse. L’auteur demande: “comment les convertir pour qu’ils restent accessibles malgré la rapidité des changements de systèmes et de formats? Comment élaborer un mécanisme de nomination qui gardera sa cohérence à travers archives et réseaux? Enfin, comment authentifier ces objets?” (p. 237). Ces problèmes s’articulent, selon lui, autour d’un certain nombre de mots clefs tels que la nécessaire sélection de ce qui sera numérisé, l’organisation concrète de la coexistence des documents originaux et de leur version numérisée, le choix des plates-formes et des moteurs de recherche en ligne (accès), le respect de l’intégrité du document (sécurité), le statut de l’archive, l’ (in)accessibilité à la matérialité de la source (comment reproduire la texture d’un imprimé?2 ) et le choix de métadonnées.

Milad Doueihi indique qu’avec la numérisation généralisé des livres (et le développement des livres électroniques), il s’agit d’une “conversion radicale: celle du livre imprimé en un objet numérique dont l’interface première est la recherche et l’indexation. Le livre passe ainsi de l’état de composition relativement autonome et cohérente à celui de structure tabulaire et indexicale” (p. 229). Ce processus conduit à une absence de visibilité (pour l’usager) de “la différence entre numérique et numérisé, entre les objets qui, lorsqu’on les transfère dans l’environnement numérique, sont réellement transformés en autre chose, et ceux dont la construction et la conception doivent leur origine et une partie de leur intelligibilité à la matérialité de l’imprimé et de sa culture.” (idem). Cela conduit le chercheur à postuler que les usagers doivent acquérir des compétences numériques afin d’avoir une pratique réfléchie du patrimoine de la culture imprimée une fois que celui-ci sera numérisé.

Il poursuit, cette fois en pensant plus aux producteurs d’archives, en indiquant qu’ils vont devoir “mettre en œuvre des dispositifs de sécurité pour préserver l’intégrité des archives et gérer l’accès quand il faut protéger les droits; concevoir des interfaces adaptées à ces archives numériques et aux usages et manipulations prévisibles de leurs utilisateurs.” (p. 231). Selon lui, un choix décisif se pose à eux :

“doivent-ils se contenter de prolonger la pratique actuelle qui consiste à protéger un objet rare ou fragile en le remplaçant pour les consultations par une copie fac-similés, ou mettre à profit la technologie numérique et ses outils associant à l’objet numérisé une information supplémentaire, donc en orientant l’accès à cet objet et sa réception par le choix de ces outils et informations ajoutées? C’est une question grave, car cette pratique peur revenir, selon les choix opérés et leur généralisation, à imposer indirectement une certaine lecture et interprétation des documents historiques et des textes fondateurs. Il n’y a pas d’outils innocents ou neutres, notamment quand ils structurent et organisent directement le mode de lecture de textes et d’images.” (p. 233).

La seconde partie de cette citation est à nouveau teintée d’une irrépressible tendance au pessimiste. Ce chapitre par certains aspects étonnant3 introduit ainsi à une approche réflexive et critique de la numérisation des archives. Un autre des intérêts de ce texte réside dans le fait que Milad Doueihi ne pose pas la question d’un point de vue avant tout institutionnel ou techniciste et que, tout en s’intéressant à la technique, le chercheur s’interroge sur la place de l’archive dans la société (cadre culturel, juridique et politique notamment). La partie conclusive du chapitre qui constitue une réflexion sur la fonction de l’auteur à partir d’un personnage de Borges permet de comprendre que le pessimiste assumé du chercheur est, en fait, le révélateur de la prise de conscience d’une rupture :

“(…) la culture numérique coupe les ponts avec le cadre limité des concepts et des catégories dérivés de l’imprimé et de sa culture, et avec ceux qui régissent l’essentiel de notre économie intellectuelle, en proclamant, non la mort ou la disparition de l’individu et de sa voix, mais de nouvelles formes gouvernant leurs relations et leur apparence et transmission numériques.” (p. 252)

Si on doute du fait que notre “économie intellectuelle” soit aussi logocentrée que l’indique l’auteur, les enjeux et les risques qu’il souligne n’en demeurent pas moins ceux rencontrés lors de la numérisation d’archive. Les choses évoluent rapidement dans ce domaine (l’ouvrage date de 2008) et si les risques identifiés par le chercheur sont toujours d’actualité, les nouvelles formes qui gouvernent l’apparence, la transmission, l’accessibilité, l’intégrité, le statut et la matérialité des archives numériques permettent aussi des gains par rapport à celles non-numériques. En identifiant ce dernier point c’est à une réflexion sur l’avers des propos du chercheur que l’on invite le lecteur, afin qu’optimisme volontariste et pessimisme critique, conduisent ensemble à trouver des solutions pratiques.

  1. Dans ce second cas l’entreprise conserve le contrôle total de l’archive comme le rappelle l’auteur, p. 219. []
  2. Il fait ainsi le constat que “les imprimés et les autres objets non numériques sélectionnés pour être inclus dans les archives numériques naissantes posent une série de problèmes difficiles, qui sont fonction de la nature de chacun d’eux, de sa forme ou présentation et de sa matérialité.” (pp. 232-233). []
  3. notamment dans la mesure où il pose la question de la numérisation des archives presque uniquement à partir des sources écrites et du modèle du livre []

3 réflexions sur « Archiver l’avenir – Milad Doueihi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.