De la numérisation d’un artefact à la constitution d’une structure informationnelle

Ce texte intitulé De la numérisation d’un artefact à la constitution d’une structure informationnelle a été rédigé dans la perspective d’une intervention dans le cadre du séminaire général du projet Archiver à l’époque du numérique (CRI-Université de Montréal, 18 avril 2012).

Comme le titre de cette intervention l’indique, je souhaite partir d’une conception réduisant la numérisation à une opération technique avant d’intégrer les acquis de la philosophie de l’information et de proposer quelques éléments pour une numérisation adaptée au fonds Dora Wasserman  (Centre Segal). Dans le cadre du premier paradigme, numériser un artefact revient à passer d’une forme analogique (le script d’une pièce, une partition de musique, un enregistrement sonore, une photographie, etc.), l’original à un fichier digital, la reproduction. L’objectif (paradoxal) est de limiter au minimum les transformations apportées à l’objet premier. L’unique étape entre les deux états du document est pensée comme étant de l’ordre d’un encodage. Les questions qui se posent en termes de format, de qualité de la reproduction, de respect de l’intégrité du document notamment, sont complexes mais se limitent à cette seule dimension. Hors1 d’autres étapes composent la chaîne de la numérisation.2.

En fait la dimension technique ne se limite pas au seul encodage. Cet aspect participe d’un long processus impliquant une pluralité d’acteurs (archivistes, informaticiens, acteurs de l’histoire, etc.) qui va jusqu’à la conception d’une interface, soit ici d’un site web, qui permettra de valoriser le fonds. De nombreuses questions d’archivistiques – d’ordre épistémologique, éthique, philosophique –  sont alors à prendre en compte. Dans la perspective de la conception de cette archive en ligne un ensemble d’informations strictement normées (XML-EAD) – date, lieu, langue, dimension, type de support, mots-clefs, etc. – sont associées au document numérisé si bien qu’il s’agit moins une reproduction, visant à la fidélité que d’une représentation de l’objet initial3. Cette étape correspondant à l’indexation aboutit à la création d’une base de données, véritable support pour la suite du projet. A terme, interrogeable suivant différents critères, celle-ci a pour fonction de favoriser l’accès à l’archive en ligne par les usagers (étudiants, chercheurs, membres de la communautés yiddish montréalaise et professionnels du théâtre principalement).

Comme l’a souligné Milad Doueihi4, en associant à l’objet numérisé des informations supplémentaires les conditions de l’accès à l’objet se trouvent redéfinies. Les outils qui sont alors mobilisés ne sont ni neutres, ni innocents, ils structurent et orientent la lecture et l’interprétation des textes et des images numérisés. Les dangers (perte d’informations, accès contraint aux sources, etc.) liés à cette étape doivent être pris en compte. Dans le cas du fonds Dora Wasserman ces données sont – pour la plupart – connues des archivistes internes, mais n’ont pas été associées aux documents classés au sein de l’archive physique. Les archivistes qui vont numériser le fonds devront intégrer ces informations. Ils s’appuieront alors sur le savoir et le savoir-faire détenus par ceux qui ont créés ce fonds. Par la suite, l’agencement des fichiers numérisés et de ces informations au sein d’une interface, la constitution de séries, de liens permis par les mots clefs constitueront autant de gain d’intelligibilité liés à la numérisation5. Dans le cas du fonds qui nous intéresse, il est également possible de renseigner la mise en archive par les archivistes internes (2005-) et dans une optique réflexive d’intégrer des informations portant sur les choix effectués lors de la numérisation (2012-).

Enfin et c’est peut-être le point le plus important6, il est également possible d’ajouter aux documents numérisés et aux informations textuelles, des capsules audiovisuelles permettant la transmission des mémoires associés à ces documents. En effet, les archivistes internes sont aussi les acteurs de la troupe de théâtre et en cela les contemporains des documents mis en archive. Il est possible de trouver des dispositifs – enregistrements sonores et/ou entretiens filmés – leur permettant de s’exprimer à propos des usages passés de ces artefacts7. Enfin, au-delà du temps de la présence au Centre Segal des archivistes en charge de la numérisation un espace pourra aussi être aménagé afin que sur le site internet conçu pour valoriser le fonds des usagers puissent laisser des commentaires. Ainsi, l’indexation sociale (crowdsourcing) sera aussi intégrée comme un élément de l’archive.

Dans le cadre de ce second paradigme, la numérisation équivaut à la constitution d’une véritable structure informationnelle pour reprendre le terme de Barthes8. La reproduction de l’artefact au format numérique est l’une des données d’une représentation qui intègre des informations contextuelles sous forme écrite et la parole vive des acteurs de l’histoire. Cela conduit à remettre en cause la hiérarchie souvent acceptée a priori entre données – le document, l’artefact – et métadonnées – les informations associées a posteriori. Dans ce nouveau paradigme, celui d’une numérisation comme constitution d’une structure informationnelle, tous ces éléments sont tour à tour des données et des métadonnées. Le document archivé numériquement est tout à la fois et également, l’image de l’artefact, les paroles associées et les informations textuelles. L’archive numérique est le résultat, toujours dynamique, de l’agencement de ces documents archivés. Enfin, le temps de la numérisation est ouvert puisqu’il intègre le rôle des futurs usagers de la plateforme comme acteurs de l’archive.

  1. comme l’a exposé ce matin Cécile Obligi (BNF-Département des Arts du spectacle) []
  2. Comme l’indique Nathalie Casemajor Lousteau (postdoctorante associée au projet) « la numérisation d’un corpus documentaire n’est pas une simple traduction d’un support à l’autre, mais un processus de reconfiguration qui s’opère à travers une nouvelle mise en contexte et de nouvelles formes d’accès. », in « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication [En ligne], 36 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013. URL : http://edc.revues.org/index2532.html []
  3. Les données relatives à la numérisation elle-même du document sont également associées (date, résolution, appareil utilisé, etc.). []
  4. La grande conversion numérique (2008) []
  5. Ce point a été présenté par Virginie Soffer (Université de Montréal) lors de l’intervention précédente. []
  6. Eric Méchoulan (CRI, en charge du projet) et Jean-Marc Larrue (CRI, en charge de l’axe) ont tout deux insisté sur ce point lors de l’introduction de la journée. []
  7. Marie-Madeleine Mervant-Roux (Laboratoire ARIAS, CNRS) a parlé le matin même de dispositifs permettant d’enregistrer l’écoute en commun d’une archive sonore []
  8. On s’appuie dans ce cas explicitement sur la première partie de l’étude proposée par Patrick Peccatte sur le cas de la photographie en l’appliquant à l’archive de manière plus générale, « Note sur la structure informationnelle de l’information », Culture Visuelle, 3 février 2012, en ligne, URL : http://culturevisuelle.org/dejavu/1100 []

Une réflexion sur « De la numérisation d’un artefact à la constitution d’une structure informationnelle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.