Elections législatives: les quatre invités de Michel Denisot.

Lors des élections législatives de juin 2012, les candidats du principal parti d’extrême droite français se sont présentés sous l’étiquette du rassemblement bleu marine. Les personnalités qui l’ont représenté dans les médias généralistes ont partout insisté sur les concepts de nation et de patrie, de nationalisme et de patriotisme. Ils ont rappelé (à juste titre) que ces notions ne sont a priori ni de gauche, ni de droite. Il n’a plus été question pour eux de se revendiquer de l’extrême droite. L’objectif de ce mode de communication est de débuter (ou de conclure) une reconfiguration de l’espace politique français. Il s’agit de la dite dédiabolisation du Front national engagée par sa direction.

Dans le cadre de cette note, il ne s’agit pas de proposer une analyse des résultats ou des conséquences de cette politique, mais à partir d’un cas, d’observer comment celle-ci est représentée à la télévision. L’émission prise comme exemple est le Grand Journal de Canal + du lundi 11 juin 2012. Dans cette émission comme dans de nombreuses autres les résultats ont été présentés de deux manières, soit en projection de sièges pour le second tour, soit en termes de pourcentage de voix au niveau national. Dans ces deux cas, le rassemblement bleu marine a été placé à l’extrême droite de l’écran. Une autre infographie, représentant les personnalités de droite en ballotage a elle, intégré deux candidats d’extrême droite (Bruno Gollnisch et Florian Philippot qui est présent au Grand journal), si bien qu’alors que sur le plateau Rachida Dati (UMP) indiquait ne pas partager les valeurs du Front national, des représentants de l’UMP et FN étaient identifiés comme étant également de droite. Il y a là une première hésitation.

La question de la représentation des différents partis est ensuite posée par les auteurs des Guignols. La marionnette de François Bayrou est venue s’étonner un peu naïvement de l’absence de candidat du centre sur le plateau. La marionnette de PPDA lui a répondu que s’il manquait un parti c’était les Verts et non le Modem… qui a été dissout par les électeurs. Le visage du représentant de la majorité présidentielle (Benoît Hamon) et celui du représentant de l’ancienne majorité (Rachida Dati), sont visibles alternativement dans le coin inférieur droit de l’image. Ils sourient avec un cynisme bon-enfant à cette nouvelle. La présence d’une quatrième personnalité politique sur le plateau est l’objet d’une blague de potache et non d’un questionnement.

Cela conduit à regarder non plus les infographies, mais les personnalités politiques présentent sur le plateau. Il y a à droite, Rachida Dati, à gauche, Benoît Hamon et au centre Florian Philippot, le représentant du rassemblement bleu marine. Pendant toute l’émission celui-ci ne prend que rarement la parole. Il est pourtant physiquement placé au centre de toutes les discussions entre gauche et droite. Le mouvement auquel il appartient est la troisième force politique du pays en termes de voix. Sa présence sur le plateau n’est donc pas illogique. Mais pourquoi l’avoir placé au centre? Ce choix de la part de l’équipe du Grand journal n’illustre-t-il pas l’effectivité pour ce média de la reconfiguration de la vie politique initiée par le Front national?

Le fait qu’en plus des représentants des deux grands partis, seul un représentant du rassemblement bleu marine soit présent pose également question. Si ce mouvement politique est arrivé en troisième position en termes de voix, en termes de sièges potentiels, le Front de gauche et les Verts, sont placés sensiblement avant celui-ci. Le Modem est crédité du nombre équivalant de sièges potentiels. Pourquoi ce choix? Le format de l’émission impose-t-il que trois invités seulement soient présents sur le plateau? Aucunement, mais les organisateurs du débat ont préféré inviter un expert (Dominique Reynié), plutôt qu’un représentant du centre, du parti écologiste ou du Front de gauche. Cela a donné lieu à certains échanges surréalistes dans lesquels l’expert en politique de l’émission (Jean-Michel Aphatie), s’est retrouvé à discuter les analyses d’un autre expert.

Pour résumer, en plaçant les représentants de l’UMP et du PS autour de celui du Front national, le Grand journal, ne prend pas seulement acte de la reconfiguration du paysage politique français, il y participe1. Les chroniqueurs peuvent ensuite critiquer les choix défendus par Florian Philippot, durant l’ensemble de l’émission, il aura été placé en position d’arbitre. Physiquement présent sur le plateau, il aura incarné la seule alternative au PS et à l’UMP. Les électeurs du centre, des Verts et du Front de gauche apprécieront.

Les illustrations de cette note sont des captures d’écran du site internet de l’émission.

  1. Au lendemain du premier tour de la présidentielle les représentants de l’UMP et du PS avaient étaient les deux seuls invités de la première partie de l’émission et le représentant du FN les avait rejoint par la suite. Il avait était placé entre les deux représentants du PS et de l’UMP. L’émission du 11 juin 2012 ne constitue donc aucunement une nouveauté radicale. Elle est cependant un symptôme d’une transformation plus globale []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.