De l’articulation entre histoire orale et archive

« The study of visual culture proposes that if the world is indeed a stage, as William Shakespeare suggested, and each individual a performer, then when we evaluate the performance, we have to take into consideration not only the script, but also the bodies of the actors, the lighting and the set design, the makeup and costumes, the layout of the venue, the appearance of the advertising posters, and the printed pictures that accompany reviews. All of these elements work together to produce meaning »

Michael Ryan, Cultural Studies, Wiley-Blackwell, Chichester, 2010, p. 137

L’objectif principal de l’axe cinq du projet Archiver à l’époque du numérique durant la seconde partie de l’année 2012 est de concevoir l’archive numérique de la  pièce de la troupe de théâtre Dora Wasserman (DWYT), intitulée Les sages de Chelm. Cette opération consiste, en partie, à numériser des artéfacts (scripts, partitions, photographies, affiches, etc.) déjà mis en archive. En plus de cela, il a été décidé de manière concertée de mener des entretiens – sonores et filmés – avec la dizaine d’archivistes bénévoles qui ont conçu le fonds d’archive du DWYT. Ces sources orales constitueront une partie d’un projet plus large. En effet, la démarche engagée a pour finalité la conception d’une plateforme en ligne qui permettra la coprésence de métadonnées écrites, de reproductions de documents contemporains des mises en scène successives de la pièce (1970-2008) et d’entretiens.

Cela ne va pas sans poser plusieurs questions d’ordre méthodologique qu’il ne s’agit pas d’ignorer. Pourquoi intégrer à l’archive – plus de quarante ans après les premières représentations de cette pièce – les paroles subjectives des acteurs de l’histoire? Les oublis, les reconstructions, les émotions ne vont-ils pas influencer négativement la perception des documents ? La mise en archive, numérique ou non, ne correspond-elle pas au temps de la mise à distance, de la normalisation apaisée et apaisante des traces du passé ? La prise en compte des sentiments, de la passion aux rancœurs, a-t-elle sa place dans les archives ? La présence de voix contemporaines ne risque-t-elle pas de désordonner un fonds déjà classé ? Documents et mémoires n’appartiennent-ils pas à deux temporalités hétérogènes et irréconciliables ?

Ces oppositions terme à terme entre document et mémoire, subjectivité et supposée objectivité, passé et présent, ordre et désordre, constituent des objections qui peuvent être dépassées pour plusieurs raisons. Tout d’abord car tous ceux dont le métier est d’étudier le temps présent, soit la période dans laquelle les acteurs de l’histoire sont encore vivants, savent qu’ils ont à faire avec la mémoire. Depuis au moins une vingtaine d’années les chercheurs ont intégrés à leurs modèles cognitifs le rôle des groupes de mémoire, la présence de données subjectives et reconstruites en fonction d’enjeux divers qu’ils sont capables d’interpréter. Ensuite, car les usagers des archives savent faire la différence entre un document contemporain des faits et un entretien mené a posteriori. Les sociologues, les historiens de l’oralité et de la mémoire, les anthropologues du visuel, ont depuis plusieurs années développés des méthodes afin de résoudre ces apories apparentes. Les sciences sociales sont entrées dans une ère réflexive dans laquelle les documents ne sont pas considérés avant tout comme des fenêtres ouvertes sur le monde et sur le passé, mais comme des objets polysémiques et toujours problématiques. Enfin et c’est peut-être le plus important, la parole des acteurs de l’histoire permet un accès à des informations sur la pièce de théâtre mise en archive qui resteraient sinon, à proprement parler, inconnues. L’appréhension de la dimension sensible du passé (en plus des connaissances factuelles) est alors centrale. Cela rejoint, entre autres, les propos tenus par Jean-Marc Berlière et René Lévy en introduction de Le témoin, le sociologue et l’historien (2010) :

« Si les sources orales, parfois irremplaçables, sont toujours d’un grand intérêt, ce n’est pas tant – comme on l’imagine trop souvent – pour l’étude des faits sur lesquels les témoins, les acteurs, seraient supposés apporter lumière et vérité, que pour celle des mille détails que l’archive papier n’apportera jamais : l’atmosphère d’un service, les rivalités de personnes, les mentalités, les mille pratiques des métiers, les personnalités, un esprit de corps, une sensibilité ou une culture professionnelle, une langue, des habitudes dont, jamais, aucune archive écrite ne témoignera. »1

Ainsi, si des risques de mésinterprétation existent, ils sont largement contrebalancés par les gains d’intelligibilité permis. Cela conduit à expliciter les deux fonctions distinctes des paroles recueillies lors des entretiens.

Premièrement, elles sont des données. Prises comme des sources orales, les témoignages sont une des dimensions constitutive de l’archive numérique conçue dans le cadre du projet Archiver à l’époque du numérique. Dans ce cadre les archivistes bénévoles sont considérés comme les détenteurs d’un savoir vernaculaire portant sur la manière dont la pièce a été conçue et diffusée. Ils connaissent les us et coutumes de la troupe, les événements fondateurs aussi bien que les rumeurs. Ils se souviennent des décisions prises et des projets avortés. Ils se rappellent de quelle façon les répétitions se sont déroulées, pourquoi tel décors ou tel costume a été modifié et la raison de l’abandon de telle ou telle ligne du script ou de tel passage de la partition musicale. L’objectif principal est alors de connaître le rôle que la personne a occupé à l’époque et d’enregistrer ce qu’elle peut et veut en dire aujourd’hui.

Deuxièmement, les entretiens constituent des métadonnées. Si les archivistes bénévoles ne sont pas des « documents vivants » (formule malheureuse parfois utilisée par les chercheurs), leurs paroles peuvent, par contre, apporter des informations sur les documents. Ceux-ci ont une connaissance personnelle des usages et de la culture dans lesquels ils ont été produits. Ils ont acquis une intelligence pratique et sensible de chacun des artéfacts conservés. Cette seconde fonction des entretiens est liée au constat que numériser un document ne correspond pas seulement à l’encodage d’un artéfact en un fichier numérique. Un ensemble de métadonnées leurs est associé durant ce processus afin qu’ils soient compréhensibles et accessibles pour les usagers de l’archive numérique. Si ces informations sont d’abord d’ordre factuel (date, lieu, langue, etc.), elles ont aussi à voir avec les usages passés de l’artéfact. Les souvenirs individuels sont alors placés au centre du projet. En fait, le document numérisé, les données factuelles et la mémoire des acteurs de l’histoire, constituent les trois principaux éléments de ce qu’il est possible d’appeler une structure informationnelle. L’objectif principal des entretiens est alors de comprendre l’usage des artéfacts par les membres de la troupe de théâtre avant qu’ils ne deviennent des documents mis en archive.

Les entretiens sonores et filmés qui sont réalisés durant l’été 2012 correspondent au moyen choisi pour conserver la mémoire de ceux qui ont participé à la constitution de l’archive. Les six à huit archivistes étudiants2 du projet Archiver à l’époque du numérique travailleront de concert avec la dizaine d’archivistes bénévoles/ acteurs de l’histoire. Les entretiens menés sont de nature principalement qualitative. Il ne s’agit pas de mener un entretien directif, soit de poser des questions qui n’attendent qu’une seule réponse. Les informations factuelles relatives à chaque document, les métadonnées dites techniques auront été collectées au préalable. L’indexation sociale (crowdsourcing) ne nous semble pas nécessiter un enregistrement sonore des données. L’entretien ne vise donc pas à établir le moment où le document a été rédigé, à préciser le support, les dimensions, la langue, etc. Pour autant un entretien n’est pas une discussion libre et une grille normée constitue un guide essentiel au bon déroulement de ces entretiens semi-directifs.

Pourquoi enregistrer et filmer ces entretiens? Pourquoi monter des capsules qui seront rendues accessibles aux usagers de l’archive? La réponse à ces questions ne va pas de soi. En effet, une transcription de l’entretien et/ou une synthèse écrite pourraient permettre un accès aux données factuelles transmises par les acteurs de l’histoire. Ce choix est lié au caractère qualitatif de la démarche engagée. L’enregistrement sonore permet de percevoir le ton de la voix, les hésitations, les interactions, soit la manière dont une information est partagée. A cela l’enregistrement filmé ajoute notamment la prise en compte des gestes, des regards et des positions corporelles. La métaphore théâtrale filée dans la citation mise en exergue de ce texte correspond à l’identification des éléments qualitatifs susmentionnés. Elle s’applique ainsi au cas qui nous intéresse: un chercheur en sciences sociales et au-delà tout usager des archives en ligne est en droit – quand cela se justifie – d’avoir accès à des métadonnées qui ne soient pas seulement des textes. Les productions culturelles diffusées actuellement ne sont pas en priorité d’ordre textuel. Il n’est qu’à penser aux magazines, aux contenus en ligne, aux films, à la télévision ou encore aux pièces de théâtre. De même, les sources archivées dans le fonds du DWYT sont tout autant des textes, des photographies, des enregistrements sonores que des vidéos. Ainsi, les informations associées aux documents lors de la constitution de cette archive numérique seront des textes, des enregistrements sonores et des vidéos. La réalisation de manière systématique de telles capsules constitue une nouveauté, assez radicale, dans le domaine des archives. Pour cela, les méthodes développées aussi bien en histoire orale, en anthropologie visuelle, qu’en études culturelles ainsi que les technologies numériques disponibles seront utilisées en les adaptant aux enjeux de l’archivistique contemporaine.

Ce texte est issu d’un document de travail d’une vingtaine de pages réalisé dans le cadre de mon postdoctorat au CRI à l’Université de Montréal intitulé, Précis pour une approche pragmatique des entretiens autour de la pièce Les Sages de Chelm (mai 2012).

  1. Jean-Marc Berlière et René Lévy, Le témoin, le sociologue et l’historien, Nouveau Monde éditions, Paris, 2010, p. 21. []
  2. Rémy Besson (coordination), Marie-Hélène Constant, Julie Desautels, Annie Lecompte Chauvin, Marc-Antoine Lévesque, Emma Roufs, Sabrina Taran (auxiliaires de recherche), Ludovic Cureau et Claudia Polledri (membres associés). []

Une réflexion sur « De l’articulation entre histoire orale et archive »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.