Face à face entre Cheminots (2009) et Navigators (2001)

Cette note a pour objet un extrait de Cheminots (2009), de Luc Joulé et Sébastien Jousse. Ce film, résultat d’une résidence artistique offerte par le comité d’entreprise des cheminots de Provence-Alpes-Côte d’Azur, porte sur les transformations du mode de travail des employés des chemins de fer en France au début du vingt-et-unième siècle. Il s’inscrit en cela dans une tendance plus large d’un certain cinéma documentaire engagé français1. La séquence qui nous intéresse ici se situe dans la seconde partie du film.

Dans un local syndical une dizaine de salariés de la SNCF regarde un film, tourné dix ans auparavant en Angleterre, The Navigators (2001). Ce dernier est souvent mentionnés par les chercheurs comme étant représentatif du point de vue des salariés en lutte contre les effets de la privatisation de leurs entreprises. S’il s’agit d’une fiction, il est la plupart du temps rappelé que le scénariste choisit par Ken Loach était un syndicaliste anglais et que les acteurs étaient eux-mêmes des cheminots ayant vécu la période sur laquelle porte le film2.

Lors du tournage de Cheminots le dispositif cinématographique mis en place est le suivant. Un vidéoprojecteur diffuse sur un écran le film en version originale sous-titrée. L’opérateur filme lui, la plupart du temps, les hommes présents dans la salle. Après la diffusion, ils sont invités à commenter le film. Ce tournage constitue la matière première de la séquence montée dans le film de 2009. Celle-ci dure un peu plus de cinq minutes (time code: 15′ à 20′ dans la vidéo ci-dessous).

Que voit-on? Qu’entend-on dans le film? D’abord on entend et on voit le film de Ken Loach en version française, c’est-à-dire que le son a été monté et que les extraits du film de 2001  n’ont pas été filmés lors du tournage avec les employés des chemins de fer. Pourquoi est-il intéressant de repérer qu’un tel montage a été opéré? Il ne s’agit pas de dire que les réalisateurs ont cherché à manipuler le spectateur en proposant un agencement d’éléments hétérogènes. Au contraire, il s’agit de remarquer que c’est une forme construite qui nous est proposé. Comme dans la grande majorité des films dits documentaires, le dispositif filmique est conçu aussi bien lors du tournage qu’au moment du montage. La présence des sous-titres à l’écran est ce qui rend perceptible le montage du son, élément qui serait sinon demeuré invisible.

Dès lors, la question n’est pas seulement que voit-on? C’est-à-dire en prenant des termes anthropologiques: qu’est-ce que la caméra a pu capter d’une interaction sociale provoquée par les réalisateurs? Mais plus, que nous donne-t-on à voir? C’est-à-dire en utilisant cette fois un vocabulaire plus proche des études sur la culture visuelle: qu’elle est la signification du dispositif proposé? Dans le cadre de cette note on s’interrogera moins sur l’intentionnalité des réalisateurs, soit sur les effets voulus que sur les réceptions et les appropriations possibles.

Il faut d’abord compter. Au début de la séquence trois plans montrent la co-présence de l’écran sur lequel le film anglais est projeté et les cheminots français. Toujours au début de la séquence quatre plans sont constitués d’autant d’inserts du film de Ken Loach. La grande majorité des plans (15/22)  représente les cheminots regardant le film. La fin de la séquence  est un montage de plans représentant des prises de parole ayant eu lieu après la projection (11 plans).

La séquence est en fait divisée en trois parties:

1/ Présentation du dispositif. Le spectateur voit qu’il s’agit d’un projection proposée aux cheminots. Il comprend de quoi il est question dans le film qui est projeté. Il voit que les cheminots regardent. Il entend l’un d’entre eux dire, “je confirme, ils nous ont filmé”.

2/ Les réactions durant la projection. Que voit-on? D’abord, les cheminots rient ensemble. Ils sont ensuite visiblement touchés par l’accident du travail subit par l’un des personnages du film de 2001 (captures d’écran ci-dessous). Puis, l’un d’entre eux dit, “c’est à nos cadres qu’il faut faire voir un film comme ça”.

3/ Les explications après la projection. Les trois ou quatre prises de paroles montées dans le film viennent expliciter les plans qui précèdent. Les cheminots expliquent que la réalité sociale représentée dans le film de 2001, correspondant à ce qu’ils vivent. Les hommes ainsi réunis concluent qu’il est nécessaire de lutter pour préserver le modèle social actuel.

Si dans la troisième partie le contenu verbal (assez didactique) prend le dessus sur l’image, dans ce dispositif cinématographique ce sont les plans intermédiaires sur les visages des cheminots qui sont particulièrement intéressants (partie 2). Si la première partie a permis d’introduire le sujet de la séquence (visionnant un film sur les cheminots anglais de la fin du vingtième siècle, les employés de la SNCF se reconnaissent en eux), les plans montés entre les extraits de The Navigators montrent qu’ils s’identifient aux personnages, participant ainsi au jeu de miroir déformant proposé par le dispositif lors du tournage.

Les visages, les rictus, les postures corporelles, les regards échangés durant les plans de la deuxième partie sont bien plus forts que les paroles prononcées après la projection. Ces réactions non verbales sont le véritable centre du dispositif cinématographique proposé. Que voit-on? On voit la tension, la nervosité, l’implication face à un film qui propose à ces hommes une vision de leur présent et de leur possible avenir professionnel. On voit aussi une certaine forme de solidarité de corps, dans les regards échangés, les paroles à peine audibles. A plusieurs reprises, les cheminots ne regardent plus l’écran, mais leurs collègues (captures d’écran ci-dessous). Le film leur parle et les révolte physiquement, c’est cela que le dispositif a réussit à transmettre. Et s’ils réagissent chacun individuellement aux images projetées, ces réactions sont partagées avec le groupe.

Le sujet commun de The Navigators et de Cheminots est la manière dont la libéralisation de la circulation des trains en Europe se fait au prix de la suppression d’un ensemble de métiers, de valeurs partagées et de compétences acquises sur le terrain. Ce dont les plans montés dans la deuxième partie de cette séquence rendent compte c’est d’une forme de résistance à ce délitement progressif.

Les captures d’écran sont issues de la version mise en ligne sur Youtube de Cheminots. La troisième image du premier montage est le résultat d’un zoom sur la seconde. La troisième image du troisième montage a été recadrée. Cette note s’inscrit dans le cadre d’une réflexion plus générale sur la notion de dispositif cinématographique menée dans le cadre d’un postdoctorat au CRI à l’Université de Montréal.

  1. Sur ce sujet lire l’article suivant: Samia Moucharik « Le film Rêve d’usine », Ethnologie française 4/2008 (Vol. 38), p. 723-735. URL: www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2008-4-page-723.htm []
  2. Cet aspect est présenté par Ken Loach lui-même immédiatement après la séquence sur laquelle porte cette note. On n’analyse pas cette prise de parole car qui nous intéresse prioritairement c’est le dispositif mis en place par Luc Joulé et Sébastien Jousse avec les cheminots français. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.