La circulation de la parole et l’image projetée

Jaffa : la mécanique de l’orange est un film de d’Eyal Sivan1. En France, ce réalisateur est plus connu pour Un Spécialiste (1999) qui a pour sujet le procès Eichman et Route 181 (2004) qui porte sur la mémoire de la Nakba, qui ont tous deux étaient l’objet de vives polémiques dans l’espace public2. Ce film datant de 2009 repose lui tout entier sur l’hypothèse selon laquelle l’évolution des images associées, entre les années 1920 et le début des années 2000, aux oranges de Jaffa permet de mieux comprendre les transformations sociales, économiques et politiques de la région de Jaffa et de Tel-Aviv. Par cette étude de cas le réalisateur critique ce qu’il désigne comme étant une appropriation du nom de la ville arabe de Jaffa par une « iconographie sioniste ». L’objectif d’Eyal Sivan est de démontrer comment durant cette période un ensemble de représentations médiatiques (photographies, affiches, films, actualités filmées, chansons) ont conduit à effacer la façon dont les orangeraies se sont développées avant 1948. Comme l’écrit Vincent Ostria dans Les Inrockuptibles, « la vraie thèse du film, plus modéré que Route 181, est que, malgré des accidents de parcours importants (révoltes arabes contre les Juifs), la coexistence entre les deux communautés était dans l’ensemble plus harmonieuse avant la création d’Israël. »

Dans le cadre de ce billet, il ne s’agira pas de discuter du bien fondé ou des raccourcis à la base de la thèse du film. Ce qui m’intéresse ce sont les dispositifs filmiques mis en place par Eyal Sivan afin de développer son propos. De manière classique, le film est composé d’images d’archives ( des plans portant sur des tableaux et des photographies et des séquences issues de films) couplées avec des chansons. Il s’agit du matériel documentaire sur lequel le film repose. A cela s’ajoute, toujours de manière assez classique, des entretiens avec des acteurs de l’histoire (exploitants agricoles palestiniens et israéliens) et avec des chercheurs (principalement des historiens et des historiens de l’art). Dans le premier cas, les tournages ont, le plus souvent, été menés à l’extérieur aux abords d’orangeraies. Dans le second cas, les entretiens ont été conduits au domicile ou au bureau des chercheurs. Certains protagonistes manipulent des photographies, mais dans la plupart des cas les documents sont projetés sur un mur de la pièce dans laquelle les échanges se déroulent (cf. captures d’écran ci-dessous).

C’est ce dispositif filmique qui me semble particulièrement pertinent. Dans une récente note consacrée au film Cheminots, j’ai étudié la manière dont la projection d’un film à des acteurs de l’histoire pouvait donner lieu à des interactions non-verbales particulièrement intéressantes. Dans le cas de Jaffa : la mécanique de l’orange l’objectif poursuivit par la projection n’est pas le même. Il s’agit moins de capter les réactions et les émotions des chercheurs à la suite de la diffusion de ces images que de leur permettre de parler à partir de celles-ci. Ce dispositif permet au spectateur du film de voir les images en même temps que celui qui s’exprime. Il y a ainsi co-présence de l’archive (préalablement numérisée) et du protagoniste. Ce dispositif difficilement imaginable, il y a encore quelques années pour des raisons techniques dans le cas des films (bruit, recul nécessaire et dimensions des projecteurs) est ici utilisé avec à propos. Les images projetées ne constituent pas un support-gadget vite oublié. Elles se trouvent placées au centre de l’entretien.

Comme le réalisateur a montré les mêmes images à certains des chercheurs ce dispositif filmique est également utile au montage. Ainsi, à trois reprises dans le film, un chercheur s’exprime à partir d’une image et après une coupe et/ou un insert un autre chercheur parle à partir de la même image. Cela permet d’effectuer des transitions fluides entre les différents entretiens, de rythmer le film, ainsi que de voir que les protagonistes analysent le même corpus d’images (cf. captures d’écran ci-dessous)3. Au-delà du propos politique du film parfois trop appuyé, ce choix formel, c’est-à-dire la manière dont le réalisateur a organisé la circulation de la parole des chercheurs autour des images est sans nul doute la dimension la plus riche de ce film.

L’ensemble des illustrations ci-dessus sont des captures d’écran du film tel qu’il a été mis en ligne sur Youtube (lien ci-dessus). Elles ont été recadrées.

  1. Cette note a été réalisée à partir de la version de 52 minutes diffusée sur France 5 et accessible en ligne []
  2. J’ai eu l’occasion d’analyser la seconde de ces polémiques dans le cadre de ma thèse. []
  3. Cela a pour effet rhétorique de naturaliser le corpus. Les images ainsi répétées acquièrent la force d’une évidence alors que les points de vue divergeant des chercheurs s’opposent ou se complètent. []

Une réflexion sur « La circulation de la parole et l’image projetée »

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.