Les sites documentaires de la Cinémathèque ou l’archive valorisée.

Le site de la Cinémathèque française héberge, en plus d’un espace consacré à des expositions virtuelles, une page regroupant dix sites documentaires. Cette appellation correspond à un ensemble d’interfaces créées afin de valoriser certains fonds d’archives de l’institution. Ces sites ont pour objectif de « mettre en évidence les richesses et les points forts des collections, et éventuellement de proposer des ressources externes ».  Les quatre premiers ont été conçus il a déjà plusieurs années par la Bibliothèque du film (BIFI), alors que deux des trois plus récents ont été réalisés en partenariat avec l’ANR Cinémarchives (dont on a déjà présenté le très intéressant carnet de recherche). Ces sites portent principalement sur des réalisateurs: Julien Duvivier, S. M. EisensteinEdmond GrévilleSacha GuitryF. W. Murnau et Jean Renoir, mais aussi sur un décorateur, Serge Pimenoff et enfin sur des organisations: le Festival de Cannes, le Crédit National et la société Triangle. Cet ensemble de sites permet de s’interroger sur la manière l’institution cherche à valoriser sur internet les archives qu’elle conserve. En somme, quels choix éditoriaux ont été faits pour concevoir ces sites documentaires?

Le graphisme de la plupart de ces sites a été effectué par la même équipe (VRDCI) et semble avoir répondu à un même cahier des charges. Ainsi, pour les réalisateurs, une présentation du site, une biographie, une filmographie, une bibliographie et un ensemble de ressources, dont la présentation du fond de la Cinémathèque, sont donnés à consulter. Ceux conçu en partenariat avec l’ANR Cinémarchives vont au-delà de ce premier niveau en présentant les types de documents conservés dans chacun des fonds (documents administratifs, scripts, maquettes, croquis, carnets et photographies). Ces informations sont reliées, le plus souvent, avec les fiches documentaires mises en ligne sur le site Ciné-ressources. Dans la plupart des cas une place centrale est occupée par le texte, les images (photographies, affiches, photogrammes, lettres et autres documents textuels) servant d’illustration à celui-ci.

La forme et le contenu de ces textes posent question. S’ils sont rédigés dans un style clair, retenant l’attention du lecteur, ils sont souvent longs1 ce qui mène à s’interroger sur les usagers réels de ces sites. On peut se demander: à quelles attentes ces interfaces documentaires répondent-elles? Si c’est aux chercheurs, aux étudiants ou aux cinéphiles (érudits parmi les érudits), qu’ils s’adressent les textes proposés seront toujours trop courts (les normes suivies ne sont, à juste titre, pas celles d’un article scientifique)2. Si ces sites s’adressent aux curieux, ces textes sont trop longs et les sites pas assez interactifs. En effet, aucune de ces interfaces ne proposent un espace de commentaire pour les internautes. Il s’agit d’une transmission d’information unilatérale de la part de l’institution vers les usagers. De plus, aucun site n’offre de contenu sonore et un seul site propose des contenus vidéo (extrait de film et capsule vidéo réalisée pour l’occasion).

Une fois ces critiques générales formulées, il est possible de s’intéresser aux points forts de ces sites. Tout d’abord et c’est certainement leur but principal, ils donnent accès à des données qui, en l’absence de valorisation, demeurent difficile à connaître. Les bibliographies et les filmographies, les liens vers les inventaires des fonds de la Cinémathèque, sont facilement accessibles (téléchargeables et imprimables en un clic). A titre d’exemple, la base de données des films soutenus par le Crédit national a un moteur de recherche, permettant un questionnement par catégories (année, réalisateur, titre et producteur). De plus, si le texte est central, plusieurs sites valorisent de manière intéressante les documents. Il ne s’agit pas de collections numérisées dans leur ensemble, mais, à chaque fois, de quelques documents issus des collections. Ainsi, le site du Festival de Cannes, propose par le biais d’un menu déroulant un accès par années (ill. de gauche ci-dessous). Sur le site du Crédit national une quinzaine d’analyses de documents sont proposées. L’usager peut confronter l’analyse et une version numérique (d’une partie) du document (ill. de droite ci-dessous).

De plus, dans certains cas les illustrations sont consultables directement dans le corps du texte3. Elles peuvent (ou non) être ouvertes dans des fenêtres indépendantes (ill. ci-dessous).

Le choix de faire figurer sur la page d’accueil du site consacré à Sacha Guitry, un bandeau déroulant composé de reproductions de certaines affiches des films, constitue une manière intéressante de rendre visible ces documents. Le fait que ce bandeau soit relié à la page présentant la filmographie du réalisateur rend la consultation du site plus dynamique  (ill. ci-dessous).

Par contre, seul le site du Festival de Cannes propose des descriptions des documents, les autres se contentant, le plus souvent, des seules mentions légales4 (ill. ci-dessous). Dans tous les cas la résolution proposée est le plus souvent très faible rendant le plaisir esthétique moindre et tout travail scientifique pratiquement impossible (pour cela le chercheur est invité à contacter la Cinémathèque afin de consulter le fonds). Enfin, le téléchargement des images n’est pas non plus favorisé.

Pour conclure, on souhaite présenter la véritable bonne surprise de ces interfaces, soit la vidéo de 12 minutes réalisée par Guisy Pisano (professeure de cinéma à Paris Est)5. Cette capsule conçue pour le site portant sur les archives de Serge Pimenoff, propose des extraits d’entretiens avec les décorateurs de cinéma, Jacques Bufnoir, Jean-Jacques Caziot et François de Lamothe, ainsi que des plans sur des documents issus de l’archive6 (ill. 1 et 3 ci-dessous), la cohérence du tout étant assurée par une voix-off.

Les protagonistes s’expriment tout autant au sujet des archives elles-mêmes, qu’ils manipulent parfois (ill. 2 ci-dessus), qu’à celui de leurs manières de faire respectives. Les décorateurs expliquent en quoi les pratiques de Pimenoff ont nourries leur propre travail et en quoi certaines façons de faire sont aujourd’hui dépassées (l’axe choisi est celui des continuités et ruptures dans cette pratique professionnelle). Menée dans une perspective d’histoire culturelle du cinéma cette vidéo conduit ainsi à mieux comprendre l’usage passé des documents consultables dans l’archive. Le montage du film produit une rencontre entre la temporalité des documents (rédigés il y a plusieurs dizaines d’années) et celle des paroles actuelles des décorateurs conduisant ainsi à une meilleure compréhension du fonds.

Pour résumer, si certaines de ces interfaces sont très datées7, présentant une sorte de contenu documentaire minimum, d’autres proposent des formes de valorisation des archives du cinéma très intéressantes. Au-delà de l’inventaire, de la filmographie et de la biographie, la numérisation des documents, le tournage d’entretiens, la réalisation d’un bandeau déroulant, l’intégration de l’image dans le texte, sont autant de petites formes qui enrichissant la compréhension d’un fonds d’archives permettent de le valoriser. En suivant cette perspective, on se rend compte que les choix éditoriaux présentés ci-dessus constituent les premiers balbutiements d’un genre de site qui est amené à se développer dans l’avenir.

Les illustrations utilisées dans le cadre de cette note sont des captures d’écran des sites susmentionnés.

  1. et parfois trop courts. Consulter les premiers sites, dont notamment celui sur Jean Renoir. A titre d’exemple la page sur le(s) prix est pour le moins lacunaire (vs. imdb). []
  2. Si l’objectif poursuivi est de créer des vocations, d’inviter de nouveaux chercheurs et étudiants à se pencher sur les fonds de la Cinémathèque, on peut légitimement s’interroger sur l’adéquation entre les moyens engagés et le but recherché. []
  3. Il arrive que le moyen technique soit utilisé pour présenter dans le corps du texte la définition d’un sigle (exemple) []
  4. Il arrive que ces mentions soient absentes, consulter, par exemple, l’image en Une du site Murnau []
  5. On regrette seulement l’absence d’information sur les conditions de réalisation de cette vidéo et la qualité parfois douteuse du mixage. []
  6. Certains documents proviennent d’autres fonds d’archives. []
  7. On pense ici surtout aux quatre plus anciennes []

Une réflexion sur « Les sites documentaires de la Cinémathèque ou l’archive valorisée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.