Romanzo Criminale ou l’explosion de l’objet

Portant sur un groupe de criminels italiens s’étant structuré dans les années 1970, Romanzo Criminale a d’abord été un livre (2002), puis un film (2005) et enfin une série télévisée à succès (2008-2010). Lors de son intervention du 28 septembre 2012 à l’Université Concordia (Montréal), Romanzo Criminale. Transmedia and Beyond, Marta Boni a présenté les principaux résultats de son travail de thèse (2008-2011) et les hypothèses qu’elle va tester pendant son postdoctorat (2012-). Lors de la discussion suivant son exposé la chercheure a expliqué la manière dont son objet s’est littéralement transformé entre le début et la fin de son doctorat. Au-delà des résultats de l’étude de cas au centre de ce travail (qui sont présentés par l’auteure dans un article consultable en ligne), c’est précisément cette évolution méthodologique qui est intéressante.

Au début de son travail, Marta Boni pensait adopter une méthode intertextuelle, c’est-à-dire qu’étudiant trois formes, trois « textes » (la livre, le film et la série), elle souhaitait analyser un certain nombre d’éléments invariants, de transformations et d’adaptations en fonction du média et du contexte socio-politique et culturel. Pour préparer ce travail, elle a recherché à identifier des textes déjà publiés à ce sujet et c’est alors qu’elle s’est rendue compte du nombre et de la richesse des appropriations de ces formes (et en particulier de la série télévisée sur internet). Le « texte » qu’elle étudiait a alors changé. L’objet de sa cherche ne pouvait dès lors plus (pour elle) se limiter aux seules trois formes initiales. Elle a alors ressenti le besoin d’intégrer les appropriations (vidéos, photographies, textes, etc.) des usagers à son étude et ce non pas comme des objets en plus (qui viennent renseigner le chercheur sur le corpus initial), mais bien comme des objets à part entière. Elle a ainsi été amenée à concevoir une nomenclature des différents lieux de ces usages sociaux de la référence à la série (des forums aux sites de fans, en passant par les blogs et par les groupes, les quiz et les pages Facebook) et une typologie des différentes appropriations (allant de l’hommage à la parodie, en passant par le pastiche et la forgerie).

En fait, la chercheure a pris conscience d’une certaine fragmentation et d’une forme d’élasticité de la signification de la série télévisée (et dans une moindre mesure du film) variant en fonction d’appropriations diverses évoluant dans le temps et en fonction du contexte de diffusion. L’évolution de son travail est ainsi le résultat d’un déplacement d’une approche ontologique de ces trois formes vers une approche phénoménologique1 qui est particulièrement représentative d’une manière de repenser l’histoire du cinéma (et ici d’une série télévisée) en l’intégrant à une histoire de la culture visuelle.

La première illustration est une capture d’écran d’une page youtube sur laquelle une vidéo (vue 4 fois) parodiant la série Romanzo Criminale est diffusée. La seconde illustration est une capture d’écran d’une partie d’une diapositive issue du Power Point de Marta Boni (je la remercie d’accepter de partager ce montage).

  1. des discours sur ces formes et plus encore des appropriations de ces formes []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.