De l’image source à la culture visuelle

Pour un historien travaillant sur un objet qui ne relève pas directement de la culture visuelle, une séquence filmée ou une série de photographies constituent-elles des sources légitimes ? Le fait que lesdites séquences ou séries d’images aient été mises en scène, puis montées dans un film ou agencées dans la maquette d’un journal, constitue-t-il un aspect que l’historien peut étudier ? Depuis longtemps, une réponse positive a été apportée à ces deux questions liminaires… (lire la suite sur le carnet de recherche Devenir historien-ne).


4 réflexions sur « De l’image source à la culture visuelle »

  1. Oui, tu as raison, la question se situe bien au niveau du partage du sensible (pour reprendre les termes de Rancière). Cela revient à se demander ce que les historiens sont prêts à considérer comme relevant de leur domaine (non pas d’un point de vue théorique, là, tout le monde est d’accord pour dire que “tout est source”, mais d’un point de vue pratique). Je ne suis pas aussi pessimiste que toi (notamment à cause de de l’allocation obtenue en 2008), car je rencontre régulièrement des historiens prêts à dialoguer. Émilien Ruiz qui travaille à partir de sources totalement différentes (histoire plus quantitativiste) que les miennes et qui m’a demandé d’écrire cette note en est un parfait exemple. Lors de son séminaire nous avions eu une très belle discussion sur l’utilité d’une approche réflexive quelque soit le type de documents étudiés (série statistique aussi bien que photographies). Il y a souvent de l’incompréhension, j’en conviens, mais parfois de belles rencontres. C’est sur ces marges que nous pouvons avoir une prise. Pour autant, je comprends bien ce que tu expliques en termes d’enjeux institutionnels. Je fais certainement le choix plus ou moins consciemment de rester un peu naïf!

  2. “Légitimité”, “dignité” sont des termes qui indiquent bien à quel niveau se situe ce débat: celui de la discussion d’une sensibilité culturelle, plutôt que d’un réel problème de méthode. On peut donc en faire une lecture strictement sociologique. A la suite de Ferro, plusieurs historiens spécialistes de l’image se sont épuisés à vouloir montrer à leurs collègues plus légitimes que ces sources étaient casher (la tactique éprouvée consistant à sélectionner leurs études sur un terrain privilégié par l’histoire événementielle, à savoir la guerre). Cette tentative s’est de mon point de vue soldée par un échec complet. Le cinéma n’est pas devenu une matière de l’histoire, mais reste l’affaire des spécialistes. Et les contemporanéistes ne s’intéressent pas plus aujourd’hui qu’hier aux sources alternatives, qui demeurent l’apanage de l’histoire culturelle. Pour autant qu’on puisse le mesurer aux effets de hiérarchie subtils de la distribution des programmes de l’agrégation, des bureaux du France ou des sommaires des Annales (spectaculaire tentative de redressement du dernier numéro, qui découvre in extremis la question du genre…), celle-ci n’a pas beaucoup gagné en légitimité dans la période récente. J’ai envie de dire: et alors? Pour ma part, j’ai cessé de croire qu’il fallait l’adoubement d’une élite d’autant plus immobile qu’elle est inquiète de ses prérogatives pour se sentir autorisé à travailler sur ces territoires. Leur intérêt propre me suffit.

  3. Je suis intimement convaincu que toutes les sources sont légitimes (ce qui est écrit dans tous les bons manuels d’histoire culturelle). Raul Hilberg aimait expliquer, que ce n’est pas le type de source qui compte, mais ce qu’on en fait. Il prenait alors l’exemple d’un dossier administratif d’un service de pompiers qui devait intervenir régulièrement dans un ghetto. Au départ il ne voyait pas l’intérêt de ces données qui lui ont par la suite permis (croisées avec d’autres sources), de mieux comprendre les activités de la résistance juive face à l’oppression nazie. Mais je ne me défile pas. Pour citer un exemple, de source qui n’était pas considérées comme légitime durant une bonne partie du XXe siècle (en France), je pense aux témoignages des acteurs de l’histoire, ce qui fit écrire à Henry Rousso (en 1988 dans vingtième siècle), après la sortie du film Shoah, « Ce fut aussi pour certains l’occasion de réaliser que les sources de l’histoire du temps présent ne se limitent pas aux sacro-saintes archives de papier pelure, mais peuvent prendre les formes les plus diverses, comme ici le témoignage filmé. » La question de l’usage de ce type de source par les historiens n’était alors pas encore complètement réglée. Dans la suite de la note De l’image source à la culture visuelle, j’essaye de dire que les images dites d’enregistrement sont depuis plusieurs années maintenant acceptées par les historiens comme étant des sources dignes d’intérêt (ce qui n’a pas toujours été le cas) et que de nouvelles questions sont posées par ceux qui s’y intéressent. Il m’est parfois arrivé de devoir répondre à la question “mais cette image est mise en scène, alors peut-elle encore être considérée comme une source?” La réponse est oui, la question est plus… que fait-on à partir du moment où on a identifié une telle mise en scène, comment travaille-t-on avec/ à partir de cette image… je crois qu’on sera d’accord sur ce point. Je pense que si on part de cette seconde définition, tu as aussi des exemples de sources qui ne sont pas considérées comme légitimes actuellement ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.