Anthropologie visuelle et études historiennes du visuel

Les recherches relevant de l’anthropologie visuelle et les études portant sur la culture visuelle sont souvent perçues comme appartenant au même domaine. Le cours en ligne, Anthropologie visuelle et techniques du corps – Le corps au travail, de Silvia Paggi, Annie Comolli, Claudine de France et Pierre-Léonce Jordan (Université de Nice Sophia Antipolis, 2012), diffusé sur le site Université Ouverte des humanités, permet de mieux saisir la complémentarité et les différences entre ces deux domaines.

Comme l’indique son titre, l’objectif principal de ce cours introductif très complet est de comprendre les gestes et les postures du corps au travail, selon une approche inspirée des techniques du corps (telles que définies par M. Mauss, 1934). Les chercheurs impliqués dans ce projet ont donc porté une attention toute particulière aux interactions non-verbales ainsi qu’à la façon dont l’appartenance à une société donnée détermine les gestes que l’on fait ; leur choix méthodologique les a conduit à s’intéresser aux gestes du quotidien (plus qu’aux rituels). La démonstration développée sur le site repose à la fois sur la mise en ligne d’un texte chapitré et sur le partage d’une série d’environ quatre-vingt courts extraits issus de films anthropologiques (datant la fin du XIXe siècle au début du XXIe).  Après une introduction méthodologique détaillée (A)1, le cours se divise en quatre chapitres : l’analyse des techniques (B1), les gestes et postures (B2), le corps dans l’espace et le temps (B3) et la coopération entre les corps au travail (B4). Une partie méthodologique portant sur l’approche filmique (C), une bibliographie et une filmographie (Divers), viennent compléter le tout (cf. capture d’écran ci-dessous).

D’un point de vue formel, les chapitres sont rendus accessibles par des onglets et la partie centrale du site se subdivise en deux blocs d’importance égale : un texte (la démonstration en noir, des citations clefs en bleu, des références en note) et une visionneuse (dans laquelle les extraits de films sont diffusés). Cette coprésence du texte et des images dans le même espace est l’un des principaux intérêts formels de l’interface. Il est aussi possible d’accéder directement aux séquences filmées par un menu déroulant situé dans la partie inférieure du site (cf. capture d’écran ci-dessus). Une fois la vignette sélectionnée, la séquence filmée et le texte correspondant s’affichent simultanément. Ce choix formel rend compte d’une volonté de favoriser un va-et-vient entre image et écrit qui est tout à fait remarquable.

Pour autant, si les extraits et le texte occupent un même espace, la démonstration est, elle, menée principalement par l’écrit. La description du cours reprend d’ailleurs cette idée: “Organisé en trois grandes parties, le texte est accompagné d’extraits de films ethnographiques de chercheurs français travaillant dans le sillage de Jean Rouch”. En fait, les extraits de films constituent des supports, qui viennent exemplifier, montrer des gestes ou encore palier à une description écrite manquante. Ils constituent des outils essentiels, car c’est sur leur consultation que les chercheurs se basent pour expliquer l’importance des gestes des travailleurs, mais ils ne sont pas toujours nécessaires pour comprendre le propos. Ainsi, il est, la plupart du temps, possible de lire le cours sans consulter les extraits. De plus, aucune information n’est apportée sur les conditions de production des films et sur le choix des séquences (les légendes étant le plus souvent minimalistes2 ). Ce qui ressort de la consultation de ce cours, c’est l’impression que les auteurs ont cherché à neutraliser la dimension médiatique des images qu’ils présentent. Le fait que les explications sur la manière dont les anthropologues utilisent le visuel soit reléguée dans une partie annexe (C, par ailleurs très complète) est révélateur de cela. Le film est utilisé, par eux, comme étant le meilleur moyen de mettre en contact l’apprenant avec la réalité sur laquelle l’enseignement porte. Dans cette perspective, la diffusion d’un extrait ne nécessite par forcément de contextualisation (quand a-t-il été réalisé ? par qui ? pourquoi ? dans quelles conditions ? le son est-il synchrone ? qui l’a monté ? comment ? pourquoi ? etc.).

Cela rend compte d’une différence méthodologique entre anthropologie visuelle et études historiennes du visuel. En fait, dans ce cours, les images sont utilisées car elles constituent le moyen le plus adapté pour conserver et transmettre quelque chose de l’état d’une société (ici, les gestes au travail). Pour l’historien travaillant sur/avec le visuel, le film (ou la séquence filmée) est avant tout un objet à étudier. Il est une production datée, une forme culturellement construite considérée comme s’inscrivant dans un espace social plus large. Dans les deux cas, les articulations possibles entre images dites d’enregistrement et espace social sont placées au centre. Dans les deux cas, les images peuvent avoir été produites ou non par les chercheurs. Mais leur usage n’est lui pas le même.

Afin d’expliquer cette distinction, quelques propositions pour un usage historien de ce type de cours en ligne peuvent être faites. Une fois un thème choisi, le principe directeur pourrait être de toujours considérer les images diffusées à la fois pour ce qu’elles donnent à voir et à entendre, et comme des objets à part entière. Il s’agirait ainsi de ne pas les utiliser avant tout comme des supports d’une démonstration menée par l’écrit, mais de les intégrer comme étant des éléments constitutifs de la démonstration. Ainsi, le cours ne devrait pas pouvoir être suivi par l’usager sans qu’il consulte les extraits filmés. De plus, un ensemble de métadonnées portant sur les conditions de production du film, le choix de la séquence et la place de cet extrait dans le film original devraient systématiquement être joints aux images. Enfin, dans une optique réflexive, des documents d’archive aussi bien que des entretiens réalisés a posteriori, pourrait venir documenter ces formes visuelles. Ainsi, films et textes seraient véritablement dans un rapport de complémentarité.

Pour conclure, il est possible de constater que si ce cours portant sur Le corps au travail propose une anthropologie par l’image, c’est la conjonction d’une histoire par le visuel et d’une histoire du visuel3, qui fait tout l’intérêt des études portant sur la culture visuelle.

  1. A1. définition des termes, A2. histoire du visuel, A3-4. historiographie des rôles du corps dans les interactions sociales []
  2. A l’exception des films réalisés par l’une des auteurs du cours, Silvia Paggi. []
  3. si ce n’est une histoire avec le visuel []

7 réflexions sur « Anthropologie visuelle et études historiennes du visuel »

  1. Bonjour Thierry, je suis d’accord avec toi, le cours rend très bien compte de la méthode qu’ils ont développé et c’est pourquoi je l’ai pris comme objet d’étude. De plus, la forme est soignée et le contenu complet, un vrai cours d’auto-formation (gratuit!) comme on aimerait en voir plus souvent.
    Pour ce qui est de la remise en contexte, je suis d’accord avec toi, j’ai lu leurs articles datant des années 80 (sans être un spécialiste du sujet), mais comme je l’ai rappelé dans un autre récent billet, le temps de la légitimation est maintenant révolu (disons que les bases méthodologiques de l’usage des images ont été posées et reconnues aussi bien en histoire qu’en anthropologie). Le cours a été mis en ligne en 2012 (conçu en 2010) et c’est pourquoi je m’étonne un peu dans l’avant-dernier paragraphe du fait qu’ils n’aient pas intégré une dimension plus réflexive. Pour autant, je crois respecter les différences méthodologiques entre les deux approches et avoir rendu compte du fait que leur démarche (si elle n’est pas la mienne) est tout aussi intéressante.

  2. Bonjour Rémy.
    Ton analyse de la différence entre la démarche anthropologique et l’étude historienne de la culture visuelle me semble pertinente, mais dans l’avant-dernier paragraphe tu sembles reprocher à Silvia Paggi, Annie Comolli, Claudine de France et Pierre-Léonce Jordan que leur cours soit de l’anthropologie et pas une étude historienne de la culture visuelle. :-)
    C’est de l’anthropologie, et la caméra est pour eux un outil qui les a aidé à élaborer leur réflexion. Le film est un moyen, pas l’objet de leur réflexion. Le cours me semble parfaitement restituer ce que fut leur démarche, et à ce titre tout à fait légitime en l’état.
    Par ailleurs, si tu veux l’analyser en tant qu’objet culturel avec le point de vue de l’historien du visuel, il faut le replacer dans le contexte historique des années 80. L’image fixe comme l’image mobile étaient alors éminemment suspectes aux yeux de l’université. Le chercheur n’est pas un pur esprit. Il compose avec une idéologie dominante qui l’influence également nécessairement. Je pouvais faire ma thèse, en raison de son sujet, chez Jean Rouch où chez Henri Mendras (économie et sociologie rurale). Xavier de France, qui m’a pourtant bien aidé lors de sa rédaction, m’a conseillé de la faire chez Henri Mendras si je voulais être pris au sérieux en tant que sociologue.
    Cette approche purement utilitaire et fonctionnelle de l’image animée, c’était aussi une façon de donner une légitimité à un outil qui n’en avait aucune à l’époque au sein de l’institution.

  3. Merci Rémy pour cet exemple très pertinent. J’adhère totalement à ta conclusion et à ce que je reprendrai comme une injonction: “toujours considérer les images diffusées à la fois pour ce qu’elles donnent à voir et à entendre, et comme des objets à part entière”.

  4. Merci Fatima de ton commentaire, je tiens à rappeler que l’anthropologie visuelle recouvre tout un ensemble de pratiques (tout comme l’histoire du visuel) qui sont parfois différentes de celles présentées dans ce cours. D’autres comparaisons pourraient être menées. Dans tous les cas cette interface était très intéressante à étudier!

  5. Merci Rémy de rappeler très clairement les différences de ces deux champs, dont les méthodes sont souvent confondues!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.