Le Cultural Institute de Google ou la présentation du héros

Lors de récents billets publiés sur Cinémadoc, plusieurs sites documentaires de la Cinémathèque française et un cours d’auto-formation diffusé sur le site de l’Université Ouverte des Humanités ont été étudiés. Il s’agissait à chaque fois de s’interroger sur la manière d’articuler des données textuelles et (audio)visuelles dans une forme interactive en ligne. Cette note porte, elle, sur le projet Cultural Institute de Google ou plus justement sur l’une des productions proposées par celui-ci. Il s’agit de l’exposition virtuelle coordonnée par Dorota Szkodzińska (Polish History Museum) : Jan Karski, héros de l’humanité (pour une présentation d’autres sites polonais, cf. Culture.pl). A travers ce cas, c’est tout à la fois l’usage des sources visuelles et le choix d’une présentation chronologique, qui sont interrogés.

Comme son titre l’indique, ce site portant sur le résistant polonais Jan Karski (1914-2000), le présente de manière hagiographique. Le double choix narratif des concepteurs de cette interface consiste principalement à rendre compte des actions qu’il a menées pour sauver des Juifs et à insister sur l’inaction des nations alliées. La figure de Jan Karski est ainsi utilisée afin d’expliquer le rôle positif de la résistance polonaise et les actions menées par les Polonais catholiques pour aider les Polonais juifs durant la Seconde Guerre mondiale (sans pour autant gommer entièrement l’antisémitisme de certaines couches de la population). Après une courte introduction, la biographie de cet homme devenu célèbre est présentée en suivant un axe strictement chronologique. D’un point de vue formel, l’usager du site est invité à se déplacer de gauche à droite sur une sorte de frise (cf. illustration ci-dessous). Ce parcours se divise en trois grandes parties de longueurs différentes : 1914-1939 de la naissance à la guerre (10% de la frise), 1939-1945 le temps de la résistance (60%), 1945-2012 l’après-guerre (30%).

Pour être tout à fait précis, l’exposition se compose de 100 blocs distincts, 46 textes et 54 documents numérisés. Les parties écrites étant plutôt courtes1, la place des archives est donc tout à fait centrale2. Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que plus de 85% de ces documents sont des images. Plus de la moitié d’entre eux sont des photographies (29), environ 20% sont des images fixes renvoyant à des séquences filmées (103 ), le reste se divisant entre une carte postale, deux diplômes, deux extraits de rapports, deux affiches, deux cartes, un schéma, un extrait de décret, un extrait de lettre, une couverture d’ouvrage et la couverte d’une autre publication. A l’exception des extraits filmés (ce qui est difficilement justifiable), chacun de ces documents est titré, légendé, accompagné d’une description, ainsi que d’informations portant sur son auteur, la date et le lieu de sa conception, et sur les droits afférents à sa diffusion. Les documents peuvent être agrandis à deux reprises, ce qui permet une consultation dans une qualité tout à fait satisfaisante. De plus, une option permet de partager ces données sur son compte Facebook et sur Twitter. D’un point de vue technique seul, l’absence du verso des images, d’une possibilité de commenter et d’une option permettant le téléchargement des documents, sont regrettables.

Ce qui pose donc question, c’est moins la façon dont chacun des documents est présenté, que la manière dont ils sont agencés au sein de la maquette. L’interrogation principale porte, en fait, sur l’enjeu d’un tel projet. Celui-ci est explicitement présenté sur le site d’un partenaire du Polish History Museum et du projet : Jan Karski Humanity’s Hero (le titre est assez explicite, le contenu encore plus). Dans l’exposition virtuelle, les blocs de textes soutiennent cet axe, Jan Karski étant, le plus souvent, décrit en termes laudateurs. Il obtient son diplôme haut la main, il est l’un des plus brillants, l’un des plus patriotes, il a une mémoire extraordinaire, il fit preuve de beaucoup d’ingéniosité, etc.  Dès lors, ce qui peut être interrogé, c’est la manière dont les documents sont mis au service de cet objectif. Ce discours est, en effet, soutenu par une iconographie composée à 50% de portraits (9 photographies, 11 captures d’images), ainsi que de cinq photographies de famille et de quatre images représentant d’autres personnages célèbres (Roosevelt, Walesa et Obama). Le fond de l’écran est, lui, toujours occupé par un portrait du héros (cf. illustration ci-dessus). Ainsi, les images utilisées ne viennent pas toujours apporter des informations venant compléter ou contredire les textes; elles ont surtout une fonction de répétition. Elles donnent à voir, de manière flatteuse pour lui, le héros à tous les âges (cf. quelques captures d’écrans réagencées, ci-dessous). En fait la présence de ce corpus de documents ne conduit pas à de nouvelles interrogations ou à une compréhension plus fine des enjeux, car ils sont soumis à un impératif qui leur est extérieur.

La présentation chronologique vient renforcer cette impression d’être face à un héros, en lui donnant la force d’une évidence. Les années s’écoulent et le héros est toujours là (visible dans les multiples portraits). Le défilement des blocs de textes et des documents de gauche à droite donne l’impression d’une douce téléologie, d’un écoulement du temps naturel. Une autre approche de la figure du héros Jan Karski aurait été possible ; celle-ci plus critique. Elle aurait consisté à s’interroger sur ce qu’est un héros, à se demander comment naît une figure héroïque. Dans un récent appel à communication, il est rappelé que depuis bien longtemps, « les groupes humains ont créé des héros pour y projeter leurs idéaux et valeurs, justifier leur existence et interroger leur structure éthique. Depuis le demi-dieu antique jusqu’au héros urbain postmoderne, les configurations historiques et culturelles du héros sont multiples et variées. » Qu’est-ce donc qu’un héros dans le cas qui nous intéresse ? On peut partir du principe qu’il s’agit d’une personne reconnue comme étant porteuse de valeurs positives  pour les membres d’une société ou d’un groupe de personnes à un moment donné. Ainsi, au lieu de participer à la construction de la figure du héros (comme le fait ce projet soutenu par le Cultural Institut), il aurait été possible d’en avoir une approche problématisée.

Cela aurait conduit à se demander quand, pour qui et où Jan Karski est-il considéré comme un héros ? Il est possible d’apporter un certain nombre de réponses à ces questions. Le résistant polonais a été considéré comme un personnage public important aux États-Unis entre 1944 et 1945. Il a fait de multiples conférences et son ouvrage a été un succès, puis, par la suite, il a été oublié. Il est redevenu un personnage public au début des années 1980, d’abord aux Etats-Unis (1981-), puis en Israël (1982-), en France (1985 et surtout 2011-) et enfin en Pologne (après 1989). Une telle approche conduirait à sensiblement complexifier la chronologie proposée, à comprendre que ce devenir héros a suivi plusieurs temporalités distinctes (en fonction d’espaces différents). Elle aurait aussi permis de mettre en valeur la période 1945-1981 durant laquelle Jan Karski n’était pas considéré comme un héros. Il y a là des questions passionnantes, qui sont complètement gommées par la présentation hagiographique sur un axe linéaire unique.

Il serait aussi possible de s’interroger sur le rôle actif que Jan Karski, lui-même, a joué dans son propre devenir héros (par exemple, on peut s’intéresser à la manière dont il a résisté à la pression médiatique avant d’accepter son nouveau statut). La façon dont il est présenté comme un héros de l’entraide entre juifs et catholique pourrait aussi être interrogée (comment cette figure du catholique juif Karski s’est-elle construite ? A quelle période ? Pourquoi ?). Enfin, cela aurait permis d’utiliser l’entretien avec le réalisateur Claude Lanzmann (1978, intégré partiellement dans Shoah, 1985), celui avec son biographe Thomas E. Wood (1996, accessible sur Youtube), la photographie d’une plaque commémorative et d’une citation d’un entretien accordé à un journal en 1995, non pas pour documenter la période de la guerre (1939-1945), mais pour comprendre le devenir héros de Jan Karski (1978-2012). Dans ce cadre, d’autres documents auraient d’ailleurs pu être utilisés (l’ouvrage de Yannick Haenel, le dernier film de Claude Lanzmann, la récente pièce de théâtre portant sur Karski, les unes de journaux français en 2011, pour ne citer que quelques exemples).

Toutes ces dimensions qui ne sont pas abordées dans cette exposition virtuelle posent, en fait, une seule et même question : que fait l’historien quand il présente la vie d’un personnage public considéré comme étant un héros ? Est-il contraint de suivre un axe chronologique le conduisant à présenter un certain nombre de moments décisifs ou peut-il participer à faire comprendre comment la présentation de la vie des grands personnages historiques est le résultat d’une construction mémorielle (cf. notamment Lucette Valensi) ? En somme, participe-t-il à la constitution d’une figure, d’un modèle à imiter (Historia magistra vitae est) ou sa fonction est-elle avant tout critique et doit-il participer à expliquer comment une telle figure s’est construite ? Vous aurez compris, que la seconde option a ma préférence, mais il s’agit de constater que l’écriture de l’histoire se situe presque toujours entre les deux.

Et les archives dans tout cela, m’objecterez-vous ? Elles sont des supports, dont on voit bien dans ce cas qu’elles peuvent être utilisées dans un but comme dans l’autre. La présence de certaines métadonnées (date, lieu, etc.), accompagnant les documents dans cette exposition virtuelle, ne vient en rien contredire le propos défendu, la construction d’une figure héroïque. Par contre, un ensemble d’informations plus qualitatives sur les conditions de production de celles-ci (sur la prise de vue des photographies, par exemple) et sur leur diffusion (la manière dont elles ont ou non été publiées, pour reprendre l’exemple des photographies) peut être mis au service d’une approche plus réflexive de l’histoire. L’exposition des documents d’archives, comme étant le résultat de processus techniques et culturels, constitue une entrée possible afin d’appréhender la figure du héros comme résultat d’un ensemble complexe d’opérations étendu dans le temps et dans l’espace.

  1. Il s’agit de 37 textes écrits par l’équipe de l’exposition, 8 citations de Karski (datant de 1978 à 1995) et de trois autres citations. []
  2. Seules les deux cartes, plus récentes, mentionnées ci-après ne relèvent pas de cette catégorie. []
  3. plus une capture d’écran ne renvoyant à aucun film []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.