De quoi l’image est-elle l’indice ? – documents de cours

Cette note reprend les documents et films utilisés pour le cours Histoire et cinéma (Université de Montréal) du 6 février 2012. Le sujet du cours est De quoi l’image est-elle l’indice? Les trois axes principaux du cours sont les suivants:

– Du film comme métaphore de l’histoire à l’image comme source pour l’historien
– Introduction à une approche critique des sources audiovisuelles
– Définition de l’illusion référentielle et de l’impression de la transparence du médium

Les films sur lesquels le cours repose sont les suivants :

En quête d’Emak Bakia (Oskar Alegria, 2012) et No Pasaran, Album souvenir (Henri-François Imbert, 2003). Je tiens à la disposition des étudiants une copie DVD de ces films dont des extraits seront diffusés pendant le cours.
Ce que mes yeux ont vu
(Laurent de Bartillat, 2007). Le compte rendu du cours et les extraits sont en ligne.
Blow up (Michelangelo Antonioni, 1966) celui-ci est disponible en ligne. Il est également en VHS à la Médiatique de l’Université de Montréal. Les diapositives utilisées en cours sont en ligne.

Les documents sur lesquels s’appuie le cours sont les suivants (ils peuvent être consultés en ligne):

Entretien avec Jacques Revel, « Un exercice de désorientation : Blow Up », dans Antoine de Baecque et Christian Delage (dir.), De l’histoire au cinéma, Paris et Bruxelles, Complexe, 1998, réédition 2008, p. 99-110.

Henri-François Imbert « No pasaràn, Album souvenir. », Multitudes, 2/2004, no 16, p. 1- 210.

Vous pouvez également consulter:

Ilsen About et Clément Chéroux, « L’Histoire par la photographie », in Etudes photographiques, n°10, Novembre 2001, p. 8-33.

Rémy Besson, «Le film comme métaphore – Jacques Revel », Culture Visuelle, 15 juin 2010. Il s’agit d’un compte rendu de l’article susmentionné de Jacques Revel.

Georges Didi-Huberman, « Appendice 1: Quand l’humilité regarde l’humilié », dans Remontages du temps subi, L’œil de l’histoire, 2, Paris, Les Éditions de Minuit, 2010, p. 197-215.

Muriel Berthou Crestey, « De la transparence à la « disparence » : le paradigme photographique contemporain», Revue Appareil, n° 7, 2011.

Michael Riffaterre, « L’illusion référentielle », in Roland Barthes et al., Littérature et réalité, Seuil, Paris, 1982 [1ère éd. de l’article, 1978]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.