Le pont de Bâle ou comment redocumentariser Shoah

Lors de précédentes notes (ici ou ), j’ai insisté sur le fait qu’une recherche documentaire sur une source visuelle ne pouvait se limiter à l’observation du contenu de l’image. Pour autant de nombreuses informations peuvent être trouvées en consultant l’image. Dans le cadre, d’une récente séance de l’Observatoire (mis en place entre le Lhivic-EHESS et le Crialt-Université de Montréal), Patrick Peccatte, a insisté sur la manière dont une attention particulière portée aux détails de l’arrière-plan d’une photographie du débarquement en Normandie avait permis de la localiser. Cette manière de faire est exemplaire de ce qui est appelé la redocumentarisation. Je souhaite ici développer un exemple similaire dans le domaine du cinéma.

Dans Shoah (1985), qui est un film intégralement composé d’un montage d’entretiens avec des acteurs de l’histoire1 et de plans sur des lieux importants du génocide des Juifs d’Europe (Auschwitz, Varsovie, Berlin, etc.), plusieurs séquences sont issues d’un tournage conduit par Claude Lanzmann avec Richard Glazar, un survivant juif du Sonderkommando du camp d’extermination Treblinka. Les plans ont été tournés par l’équipe du film à une terrasse, alors qu’au second plan passe une rivière (captures d’écran ci-dessous). Dans le film, il est précisé que la séquence a été tournée à Bâle, en Suisse.

Dans un ouvrage assez connu légèrement antérieur au tournage de Shoah2, Richard Glazar est cité à plusieurs reprises. Il est précisé qu’il vit à Bâle et que l’auteure s’est rendue à son domicile. Il est dès lors possible de faire l’hypothèse (certes fragile) que l’entretien a été tourné chez lui. A la même période, Richard Glazar a participé à d’autres entretiens filmés. Dans un film également sorti en 1985, Mut der Verzweiflung de Peter Neusner, il est interviewé à son domicile. Il n’y a pas de rivière, ni de pont. Il est donc possible de faire l’hypothèse (guère plus forte), que l’entretien n’a pas été tourné chez lui.

Les archivistes du Musée de l’Holocauste à Washington travaillant à la conservation et à la valorisation des archives du film n’apportent pas plus de précision. L’entretien a été tourné à Bâle. Dans les rushs du film, deux autres lieux de tournage sont, par contre, visibles. En effet, une séquence a été tournée dans ce qui ressemble à une chambre d’hôtel. Enfin, une autre séquence a été tournée au même endroit que le film de Peter Neusner3.

La question du lieu du plan monté dans Shoah reste entière. Des indices se trouvent dans l’image. L’architecture du pont visible au second plan est remarquable. Le fait qu’un tram passe sur celui-ci peut aussi être noté. Le sens dans lequel coule le Rhin constitue également une information; la forme de la rambarde de la terrasse aussi. Il s’agit d’autant d’éléments visuels qui invitent à un voyage en Suisse et à se plonger dans l’histoire des ponts de Bâle, à moins qu’une autre démarche, bien plus simple ait été négligée.

Cette démarche, elle consiste à faire une recherche sur Googlemap avec le mot clef “bâle”. Une carte de la ville s’affiche alors en quelques dixièmes de seconde. Il y a cinq ponts qui enjambent le Rhin. Quatre sont modernes, un plus ancien sur lequel passe une ligne de tram. Il s’agit du Mittlere Brücke. Il est possible de voir que l’architecture de celui-ci correspond à celui visible dans Shoah. Quelques hôtels et restaurants susceptibles d’avoir une terrasse donnant sur le pont peuvent être identifiés en un coup d’œil. Le sens de l’eau permet de réduire le choix à deux: le restaurant Der vierte König et le Grand Hôtel, Les Trois Rois. Les photographies intégrées à Googlemap permettent de faire l’hypothèse qu’il s’agit du second lieu. Une rapide recherche sur le site Internet de l’hôtel permet de retrouver la terrasse du tournage.

La localisation de ce lieu est en soi une information intéressante. Elle vaut surtout par les questions qu’elle permet de soulever et par  les progrès qu’elle conduit à faire dans l’enquête. Elle permet de faire l’hypothèse que la seconde séquence – tournée dans une chambre – a pu être réalisée dans le même hôtel. Elle conduit à constater que l’entretien a été poursuivi dans un autre lieu (le domicile de Richard Glazar). Elle mène à se demander pourquoi le tournage s’est déroulé dans deux lieux distincts? Pourquoi a-t-il été choisi de placer la caméra sur cette terrasse et pas à un autre endroit? Des réponses à ces questions ne peuvent être trouvées qu’en dehors d’une recherche sur le contenu visuel des plans. Il faut consulter les archives du film et (se) poser de nouvelles questions.

A travers cet exemple, ce sur quoi il s’agit d’insister, c’est la complémentarité entre ces deux dimensions de l’enquête; l’une ne va pas sans l’autre. Enfin, il s’agit de souligner qu’une recherche avance lentement par ces petites découvertes qui, prises isolément, semblent bien souvent insignifiantes.

Cette note a été rédigée pour le cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal.

  1. ainsi qu’un historien et un procureur. []
  2. Gitta Sereny, Au Fond des ténèbres, Famot, Genève, 1977 (1ère éd. 1974), 441 p. []
  3. des extraits de cet entretien ont aussi été montés dans Shoah []

3 réflexions sur « Le pont de Bâle ou comment redocumentariser Shoah »

  1. J’ai moi aussi entendu Brisseau à la fin de son entretien s’en prendre de manière excessivement agressive… à Shoah et à son réalisateur, accusé de “faux”. Accusation qui fleure le nauséabond bien connu… On sait que certains témoignages ont été tournés dans des “décors” aptes à diminuer la charge émotionnelle contenue dans l’histoire des interviewés. Par exemple l’homme qui raconte son travail dans le Sonderkommando en coupant les cheveux de quelqu’un. Est-ce de l’ordre du mensonge, comme le suggère ce metteur en scène de fiction? Je pense aussi au roman Etre sans destin d’Imre Kertesz, qui soutient qu’il a écrit de la fiction, justement… Mais c’est un autre débat : la réalité vécue n’est-elle pas une fois écrite ou filmée ou revisitée par la mémoire une fiction?

  2. Bonjour PCH, merci de ce commentaire. Le rapprochement avec Blow up se tient tout à fait. Il s’agit du second film que j’ai présenté aux étudiants (après Hunger) et nous allons maintenant travailler sur Shoah. Il y a donc bien des liens (au moins sur la méthode adoptée). Pour ce qui est des informations que j’ai sur les entretiens de ce film; il est clair qu’il y a beaucoup de mise en scène, dans la mesure où dans le cas des entretiens sollicités (principalement avec les Juifs persécutés) des dispositifs filmiques ont été élaborés. Ils résultent de négociations entre le témoin et l’équipe du film. Il y a aussi eu (souvent) des entretiens préalables non filmés. Le réalisateur avait une connaissance précise de la biographie de son interlocuteur avant le début du tournage. Il savait (en partie) quelles questions il allait poser (il posait d’ailleurs souvent les mêmes questions à différents interlocuteurs). Il avait des thèmes récurrents, qu’il désigne souvent comme des “obsessions”. Toutes ces dimensions n’ont rien exceptionnelles dans le cas de la réalisation d’un film documentaire. Il ne s’agit pas pour autant de parler de scénarisation. A ma connaissance, aucun entretien du film ne correspond à cette dernière catégorie.

  3. Merci pour cet article, très intéressant sur les contextes dans lesquels sont réalisés les films. J’ai pensé à “Blow up”… Mais enfin, ça n’a pas grand chose à voir, mais cependant j’ai entendu un réalisateur français, Jean-Claude Brisseau, qui dans une émission de radio (je pense, entre 19 et 20 heures, jeudi dernier) disait que certains entretiens dans “Shoah” avaient été scénarisés, écrits, et ensuite dits énoncés par les participants au film. Il y a pas mal de choses de ce type qui circulent sur ce film (le rapport du documentaire à la fiction, probablement, féconde ces diverses prises de position) (on s’en fiche, c’est vrai aussi, un peu). En savez-vous quelque chose ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.