Ours d’or et circulation quotidienne de l’information

Depuis sa sortie en salle en avril 1985, Shoah, le film de Claude Lanzmann, a été présent de manière régulière dans l’espace public médiatisé français. Il a été l’objet d’une réception très favorable, aussi bien dans la presse généraliste qu’à la télévision (1985 et 1987). Il est ensuite progressivement devenu une référence dans le domaine des sciences sociales et dans la presse spécialisée (1987-). Objet de rétrospectives et de nombreuses fois primé, il a été diffusé à plusieurs reprises à la télévision et au sein de l’Éducation nationale. Il a enfin été l’objet de nombreuses citations lors de polémiques sur la représentation du génocide des Juifs (1994-2001).

La remise d’un Ours d’or d’honneur à Claude Lanzmann a donné lieu à de nouvelles publications en lien avec le film. Dans le cadre de cette note, cette remise de prix est considérée comme un exemple permettant de comprendre comment un film reste une référence dans l’espace public en dehors de toute polémique1. Cet exemple est étudié ici car il n’a rien d’exceptionnel, cette remise d’un prix n’ayant pas particulièrement fait événement. Il s’agit ainsi de porter attention au fonctionnement quotidien des médias. Pour cela, une collecte des sources (ordonnées de manière chronologique) est présentée, avant d’étudier les différents termes utilisés pour qualifier Shoah.

L’information a été connue fin novembre 2012. Elle a alors été diffusée dans différents médias dont notamment, CinéObs (1)2, le site de la chaîne Canal+ (2), des sites spécialisés Allociné (3*) et Cinéfil (4) notamment. Dans ces quatre cas, le contenu rédactionnel est quasi-identique et provient de l’agence Relaxnews. Un très court texte est aussi publié sur le site de Paris Match (5), alors que sur Next-Libération (6) et France 24 (7) c’est la dépêche AFP qui est reprise. La page de France 24 est ensuite reprise sur PressAfrik. Dans tous les cas, la source est un communiqué, de Dieter Kosslick, le directeur du festival de Berlin. Le site CinéEuropa (8), repris notamment par Pure Ciné (*), le blog Young Mag (9) et Écran noir (10) ajoutent un peu de contenu à l’information de départ. Ce dernier site indique que Claude Lanzmann termine un nouveau documentaire3

Entre décembre 2012 et janvier 2013 cette information est peu reprise. Elle est cependant mentionnée dans un article de l’hebdomadaire Marianne, dont le titre est “2013, l’année Lanzmann” (11)4. En janvier, l’information est diffusée dans Le Parisien.fr (12) et sur le site Mémoires juives (13). Fin janvier, un entretien est réalisé par une équipe d’Arte avec Claude Lanzmann. Des extraits de celui-ci sont diffusés dans l’émission Métropolis du 9 février 2013 (14), puis sont repris dans le journal du soir du 14 février5. Dans le dossier en ligne que la chaîne consacre à la Berlinale, une page porte sur la remise de ce prix à Claude Lanzmann (15*).

Le 14 février, deux dépêches AFP sont diffusées (un article de 300 mots environs et un entretien de 700 mots). Le Point (16), Le Parisien (17), Comme au cinéma (18) et Orange reprennent l’article de l’AFP (qui ne fait pas référence à Shoah). L’information principale est la réalisation d’un nouveau film par Claude Lanzmann. L’entretien est repris par Direct Matin (19), Le Point (20) et le site de France TV (21*). Il porte intégralement sur Shoah. Enfin Next-Libération (22) reprend l’entretien, cette page étant elle-même reprise par Yahoo! Actualités, sur le site du Crif (*) et sur celui de la Cicad. Une brève apparaît aussi sur la Une du site Notre cinéma (23)6. Le Figaro Madame mentionne aussi l’information sans lui consacrer un article (24)7. Le plus souvent, quand une photographie est utilisée, il s’agit de l’une de celles de l’AFP (cf. ci-dessous).

Le 17 février, un certain nombre d’articles faisant le point sur le palmarès et le bilan de la Berlinale, mentionnent l’Ours d’or décerné à Claude Lanzmann. Il est possible de citer, Le Monde, Next-Libération ou encore TF1 et Le Figaro. PurePeople, consacrant un article à la question, “Berlin 2013: Les Français ont-ils marqué la 63e Berlinale ?“, met le réalisateur de Shoah en Une. Une photographie est aussi reprise sur Écran noir. La mention du prix est cependant absente de la plupart des articles sur le palmarès du festival et il n’est pas souvent fait référence à Shoah.

Par ailleurs, l’information est diffusée sur le site de la Fondation pour la Mémoire de Shoah (25) et sur la page Facebook de cette institution. Ce post est partagé 147 fois et il donne lieu à d’autres partages. Sur le site, il est précisé que Shoah a été numérisé avec le soutien de la Fondation. Cette information est aussi présentée sur le site Écran noir qui insiste sur le soutien du CNC (septembre 2012).

Cette collecte non-exhaustive de documents fait d’abord apparaître une grande pauvreté éditoriale. Quel que soit le support, sites des chaînes de télévision, fournisseurs d’accès, moteurs de recherche, presse généraliste, sites spécialisés grand public ou plus ciblé ou encore associations et fondations, peu d’informations sont ajoutées. Les contenus diffusés sont la plupart du temps de simples reprises des dépêches d’agence (AFP, Relaxnews, ATS). Un des seuls apports de la mise en ligne semble l’ajout d’une bande-annonce du film Shoah (sources marquées d’une * ci-dessus).

Une telle collecte permet d’identifier comment la présentation d’une information (la remise d’un prix) est reliée à d’autres informations (la numérisation de Shoah et surtout la réalisation d’un nouveau film). Il y a coprésence dans les articles de ces données, alors même que la conception d’un nouveau film et la numérisation sont publiques depuis plusieurs mois (novembre 2011 pour le film Marianne et septembre 2012 pour la numérisation). Les nombreux articles sur la Berlinale conduisent ainsi à la diffusion d’autres informations.

Une telle étude permet aussi d’identifier un parcours de l’information (cf. schéma ci-dessus) et, surtout, d’insister sur la notion de répétition. A quelques exceptions près8, la totalité des articles sur la remise du prix font référence au film Shoah. Ils répètent le lien entre le nom du réalisateur et le titre du film. Une des seules informations qui relève d’un travail éditorial se situe au niveau du choix du terme qualifiant le film.

Le film est cité dans 22 des 25 sources retenues (la référence est absente des références: 16, 17 et 18). Dans les trois reprises de l’entretien de l’AFP (19, 20 et 21) et dans la courte note de Paris Match (5), il n’est pas qualifié autrement que par son titre. Dans un tiers des cas, il est désigné comme un documentaire (1, 2, 4, 6, 7, 10, 12, 14, 21). Sur le site d’Allociné – qui est une reprise de la dépêche AFP – cette mention a été changée pour “chef d’œuvre” (3).  Sur le site d’Arte, Shoah est désigné comme un “film référence” (14) et une “œuvre phare” (15). Le terme d’œuvre se retrouve aussi dans Marianne (11) et sur le site Mémoire juive (13). Des termes particulièrement laudateurs sont utilisés; sur le site Notre cinéma, film “géantissime” (23) et sur celui de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, “film magistral” (25). Dans Le Figaro Madame, il est désigné comme un “documentaire essentiel” (24) et dans CinéEuropa comme un “documentaire célèbre” (8). Le terme plus critique de “film fleuve” issu d’une dépêche AFP est repris plusieurs fois (6, 7 et 9). Il est aussi présent dans un article du Parisien (12).

Ce petit relevé permet de se rendre compte que la qualification du film comme documentaire (11 références) est plus répandue que celle d’œuvre (4 références), bien que des qualificatifs laudateurs soient plus souvent associés au film (5), que des termes critiques (4). Une analyse plus poussée permettrait de replacer l’usage de ces termes dans la longue durée (28 ans) des discours sur le film. A titre d’exemple, l’expression critique “film fleuve” a été utilisée dès avril 1985 par des commentateurs qui ne souhaitaient pas faire usage de termes laudateurs. Il est possible de citer le journal du soir de France 3 du 28 avril 1985, Le Canard enchaîné (2 mai 1985) ou encore L’Evénement du jeudi (2 mai 1985). Le terme a aussi été utilisé plus tardivement par des chercheurs comme Julie Maeck9.  Pour autant, en 1985, les qualificatifs qui s’étaient imposés relevaient plus du champ lexical de l’oeuvre d’art: « oeuvre monumentale », « oeuvre de non-fiction », « film monumental », un « monument », un « film-monument » ou encore un « requiem ». Le terme “documentaire” qui était très peu utilisé entre 1985 (sortie en salle) et 1987 (diffusion à la télévision), ne s’est imposé que plus tard (progressivement après 1994, quand le film a été opposé aux fictions).

Cette  remise d’un prix à Claude Lanzmann n’est qu’un exemple parmi d’autres de la présence sans cesse renouvelée du film Shoah dans l’espace public médiatisé français depuis sa sortie en salle. Il n’est compréhensible que réinscrit dans une durée plus longue. Ces quelques articles sont intéressants, car ils font aussi le lien avec la prochaine fois dont il sera question du film. En effet, la sortie d’un nouveau film de Claude Lanzmann donnera lieu à de nouvelles publications et de nouvelles déclarations du réalisateur. Il se peut que le film soit présent dans la sélection d’un des principaux festivals de l’année (23), peut-être à Cannes. Aude Lancelin, directrice adjointe de la rédaction de Marianne, avance une possible polémique cannoise l’opposant “au sulfureux Lars Von Trier, connu pour des positions très excentriques sur la question hitlérienne (sic)”(11). Une nouvelle recherche documentaire sera alors à mener.

Pour une analyse plus développée je vous renvoie à « Shoah, documentaire, œuvre d’art et fiction du réel », dans Alain Kleinberger et Philippe Mesnard (dir.), La Shoah: théâtre et cinéma aux limites de la représentation, Paris, Éditions Kimé, 2013, p. 337-355.

Cette note a été rédigée dans le cadre du cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal.

——-

Ajout (20 février 2013). Il faut attendre le 19 février, pour que le site du Crif mettent en ligne un billet renvoyant à l’intégrale de la cérémonie, disponible sur le site de la Berlinale. Ce billet n’a pas été – à notre connaissance – repris et plus largement diffusé.

  1. Les articles mis en ligne seront pris en compte. Cette étude devra par la suite intégrer une étude des publications papiers et des mentions dans les journaux et autres émissions télévisées []
  2. lire aussi BibliObs en partenariat avec Books []
  3. L’information est aussi diffusée en Suisse francophone, à la suite d’une dépêche de l’Agence télégraphique suisse (ici et notamment). []
  4. ainsi que sur un site Arménien qui reprend l’information de novembre []
  5. Il s’agit d’un montage différent, voir en ligne []
  6. site consulté le 15 février 2013: Claude Lanzmann, Ours d’or d’honneur à la Berlinale. Le 14 février 2013, la Berlinale remet au cinéaste Claude Lanzmann un Ours d’or d’honneur pour l’ensemble de son œuvre. Une œuvre projetée dans son intégralité pour l’occasion dans les salles du festival pour celui que l’on peut considérer aujourd’hui comme l’un des plus grands cinéastes du monde dont le géantissime SHOAH hanta nos mémoires pour toujours. []
  7. L’information est aussi reprise en Suisse et en Belgique francophones ainsi qu’au Québec. []
  8. notamment la dernière dépêche AFP, ainsi que Mouviz ou encore de La Croix []
  9. dans Montrer la Shoah à la télévision de 1960 à nos jours, Nouveau Monde éditions, Paris, 2009, p. 12 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.