Éléments pour une étude de la diffusion d’un film

Dans une récente note j’ai proposé quelques éléments et questions pour une étude de l’archéologie des images animées. Le temps étudié était celui de la conception du film, des premières idées au tournage, puis de ce dernier au montage. L’objet du présent billet est de s’intéresser à la période suivante, soit au temps de la diffusion du film dans l’espace public.

La perspective adoptée n’est pas celle d’une sociologie des publics. Comprendre les réactions des spectateurs n’est pas le but visé par cette approche. L’objectif n’est pas non plus de déterminer si le film a été un succès en termes de fréquentation ou d’audience. La question de la valeur esthétique du film n’est pas centrale. L’accent est plus porté sur les discours sur/ à partir/ en lien avec le film. Il s’agit de comprendre la circulation des propos et des objets liés au film dans un espace public médiatisé donné. L’étude porte idéalement sur le temps qui va de la première diffusion du film jusqu’à aujourd’hui. La période considérée n’est donc pas celle de la réception lors de la sortie en salle (quelques jours), mais de la longue diffusion (plusieurs années). Les objets étudiés sont aussi bien des articles de journaux, des émissions télévisées ou diffusées à la radio, des produits dérivés, des vidéos parodiques, des articles de chercheurs, des expositions, que des déclarations de personnalités politiques. Le but visé n’est pas tant d’étudier la circulation de la forme film, que de comprendre quelle a été son influence sur l’espace public considéré. En somme, dans quelle mesure a-t-il transformé la perception d’une question, d’un thème, d’une période? La méthode utilisée est donc celle de l’histoire culturelle et/ou d’une histoire de la mémoire consciente de l’importance de la culture visuelle.

Communication (1). Étudier les mois qui précédent la diffusion du film constitue une étape essentielle. Est-il possible de savoir comment la communication a été préparée (plan de communication, communiqué de presse, achat d’espaces publicitaires…)? Est-il possible de connaître les moyens alloués à la promotion du film? Des projections presse et des avant-premières ont-elles été organisées? Le film a-t-il été diffusé dans des festivals? A-t-il reçu des prix? Des informations sur la fin du tournage ou du montage ont-elles circulé avant la diffusion? Des extraits ont-ils « fuité » en ligne? Les membres de l’équipe ont-ils accordé des entretiens? Un lien entre la communication et les dépêches diffusées par les agences de presse au sujet du film peut-il être établi?

Sortie en salle: les média généralistes (2). La sortie du film en salle a-t-elle donné lieu à des articles dans la presse généraliste? Si oui, ces articles ont-ils été diffusés dans la presse locale, régionale ou nationale? Dans des quotidiens, des hebdomadaire, des mensuels? S’agissait-il principalement de critiques du film ou d’entretiens? Un membre de l’équipe – réalisateur, acteur, producteur – a-t-il été particulièrement mis de l’avant? Quelle iconographie a été choisie? Quel espace a été consacré au film (brève, article, Une…)? Dans quelle section du journal a-t-il été question du film (pages cinéma, pages actualité…)? La réception a-t-elle été positive, négative, contrastée, indifférente? Un débat de société a-t-il eu lieu à la suite de la diffusion du film? Le même type de questions peut être posé pour la télévision, la radio et pour les médias en ligne. Afin de répondre à ces questions, il est important d’essayer de retrouver une revue de presse et de consulter les archives audiovisuelles (quand elles existent). Ils arrivent que des archives privées puissent pallier aux manques des institutions dans ce domaine.

Sortie en salle: les média spécialisés (3). Les questions du point 2 peuvent également être soulevées. Il s’agit d’identifier si le film a fait l’objet d’une réception différente dans les média spécialisés. Les revues culturelles, les critiques cinéphiles ont-ils eu une autre perception du film? Les thèmes abordés sont-ils les mêmes? De plus, si le film porte sur un sujet particulier, il peut être intéressant de consulter ce type de média spécialisés (journaux sur la guerre pour un film sur un conflit par exemple). Il peut être important d’identifier des acteurs sociaux clefs (critiques, journalistes, chercheurs…) ayant pris position lors de la sortie du film, car il se peut qu’ils interviennent à d’autres moments (points 7 à 12).

Conception de produits dérivés (4). Quels types de produits dérivés ont-ils été produits (affiches, cartes, jeux…)? Ont-ils fait l’objet d’une large diffusion? Ont-ils été eux-mêmes l’objet de réactions médiatiques (presse, télévision, web, radio)? La présence de ces produits dérivés a-t-elle eu une influence sur la réception du film? Si oui, comment celle-ci peut-être mesurée?

Diffusions sur un plus long terme (5). Le lancement du DVD (ou d’une VHS) et la première diffusion du film à la télévision constituent l’occasion de nouvelles circulations d’information dans l’espace public médiatisé. La ressortie du film en salle, l’organisation de rétrospectives, de nouveaux passages à la télévision sont aussi des moments où il est question du film. Certaines de ces diffusions ont-elles constitué des événements? Ont-elles été organisées pour correspondre à une actualité? Le film a-t-il été l’objet d’une couverture médiatique plus importante ou moins importante que lors de sa sortie en salle? Les mêmes thèmes ont-ils été discutés? de nouveaux thèmes sont-ils apparus? Quel a été le rôle de l’équipe du film?

Appropriations par les spectateurs (6). Est-il possible d’identifier des réactions médiatisées de la part de spectateurs? Ces informations peuvent se trouver dans les courriers des lecteurs des journaux. Il peut aussi s’agir de discussions sur des forums en ligne, sur des sites spécialisés ou encore des billets de blogs. Des productions culturelles en ligne (montage d’images du film, vidéo…) ont-elles été réalisées? S’agissait-il de parodies, d’hommages ou d’autres types d’appropriation?

Intégration à l’histoire du cinéma (7). Une fois le temps de la réception passé (point 1 à 4), le film a-t-il été l’objet d’articles, de livres, d’émissions culturelles? A-t-il, au contraire, été oublié? A-t-il été intégré aux dictionnaires et aux ouvrages portant sur l’histoire du cinéma? A-t-il été considéré comme fondateur d’un genre ou, au contraire, perçu comme étant relativement banal? Cette perception a-t-elle évolué dans le temps? Est-il possible d’identifier pourquoi?

Références dans d’autres productions culturelles (8). Des références au film en général, à des dialogues ou à une scène particulière peuvent-elles être notées? Celles-ci ont-elles eu lieu principalement dans d’autres films ou dans des séries, des bandes dessinées, des livres? S’agissait-il de parodies, d’hommages ou d’autres types d’appropriation? Une évolution dans le temps peut-elle être identifiée?

Appropriation dans les sciences sociales (9). Le film a-t-il été l’objet de rencontres, d’articles, de thèses de la part de chercheurs en sciences sociales? Si oui, ces travaux ont-ils été publiés? Ont-ils été l’objet de controverses? Le film est-il considéré comme consensuel ou comme posant un certain nombre de problèmes (esthétiques, éthiques, politiques, culturelles…)? Dans quelles disciplines (sociologie, philosophie, histoire, sciences politiques…) le film a-t-il été l’objet d’appropriations? Différents thèmes abordés peuvent-ils être identifiés? En fonction de quels critères ces thèmes varient-ils?

Usages socio-politiques du film (10). Le film a-t-il été utilisé pour promouvoir un territoire? A-t-il été l’objet d’appropriations par des associations ou des groupes particuliers? A-t-il été l’objet de discours par des personnalités politiques? Quel a été le rôle de l’équipe du film (réalisateur, acteurs, producteur) dans ces appropriations?

Processus d’institutionnalisation (11). Le film a-t-il été diffusé auprès de publics dits captifs (écoles, universités, éducation populaire…)? A-t-il été l’objet d’expositions dans des musées ou des galeries d’art? Sans être l’objet d’une exposition, a-t-il été diffusé dans ce type de lieu? Ces diffusions ont-elles été l’objet de publications?

Mobilisation lors de débats dans l’espace public (12). En dehors du temps de la réception (points 1 à 4), le film est-il devenu une référence partagée? Est-ce qu’il est fait référence au titre du film, à des dialogues, à une scène en particulier, lors de débats qui portent sur d’autres sujets? Ces sujets sont-ils principalement culturels (sortie d’un autre film par exemple) ou des débats de société? Dans quels buts ces références sont-elles faites?

Cette série de questions a été rédigée pour le cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal.


5 réflexions sur « Éléments pour une étude de la diffusion d’un film »

  1. Merci de votre réponse, je vais me pencher sur votre précédent billet.
    Je vais également être attentif à vos travaux académiques car votre méthode m’intéresse beaucoup : je la trouve claire et organisée.

  2. Je pense entre autres à Misère en Borinage (sur lequel j’ai écrit un billet il y a quelque temps) et de manière générale à de nombreux films dits d’art et d’essai sur lesquels de nombreuses plublications ont été faites, mais qui ont été peu vu.
    Le rapprochement avec la notion de dispositif est tout a fait intéressante, je crois effectivement qu’il y a un lien avec le concept tel présenté par Foucault (je suis un peu moins en accord avec l’interprétation de Agamben sur ce point). Pour mémoire, je reprends ses termes, un dispositif est « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit, aussi bien que du non-dit, voilà les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments. » Pour approfondir ce point je vous renvoie aux textes publiés dans Ciné-dispositif (dont j’ai fait un compte rendu sur ce carnet de recherche: http://culturevisuelle.org/cinemadoc/2012/09/26/dispositif/).

  3. Je suis d’accord avec cette observation sur cette importance du temps dans la diffusion d’un film, mais pouvez-vous me dire quel film vous avez en tête lorsque vous dites : « Il y a des films qui n’on pas beaucoup circulé, que pas grand monde n’a vu, qui jouent un rôle essentiel dans l’espace public médiatisé. »

    Je serais tenté d’approcher votre démarche de l' »apparatus theory », dans le sens contemporain qui prend en compte le « dispositif » de Foucault et Agamben, c’est-à-dire un appareil cinématographique qui s’attache à l’appareil psychique qui lui-même est déjà connecté à l’appareil sociale (qu’il s’agisse des médias, des institutions ou même de l’espace public)… est-ce que cela vous paraît correct ?

  4. Bonjour Red John et merci de votre message. Cette manière de présenter les choses provient de mon travail de thèse. Cette volonté est cependant bien plus largement partagée et s’inscrit dans le temps (une cinquantaine d’année). Sur la question de la réception ce qui me frustre souvent c’est que les chercheurs se limitent au temps de la première réception (diffusion en salle et/ou à la télévision). Pour comprendre l’impact/ le rôle d’un film, une plus grande profondeur est souvent nécessaire. Il s’agit de questionner les usages sociaux et culturels. En se concentrant uniquement sur la réception de la part des spectateurs et/ou sur la circulation du film, on manque souvent le rôle des discours sur/ à partir des films (ces discours touchant aussi bien les spectateurs que les autres membres d’une société donnée). Il y a des films qui n’on pas beaucoup circulé, que pas grand monde n’a vu, qui jouent un rôle essentiel dans l’espace public médiatisé.

  5. Bravo pour cet article, je trouve cela très bien présenté. D’où provient cette volonté d’isoler l’étude de la diffusion d’un film de la sociologie des publics par exemple, ou de l’analyse esthétique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *