Archéologie et circulations – documents de cours

Cette note reprend les documents et films utilisés pour le cours Histoire et cinéma (Université de Montréal) du 27 février 2012. L’objectif de cette séance est de revisiter les thèmes abordés lors des semaines précédentes en prenant comme cas d’étude le film Misère au borinage. Les trois axes principaux du cours sont les suivants:

– Le rapport entre le temps de l’événement et le temps du film
Le rôle de la mise en scène dans la conception de l’intrigue
– La façon dont un film devient une référence partagée

Films mobilisés durant le cours :
Misère au borinage
(Henri Storck et Joris Ivens, 1934)
Les Enfants du Borinage
lettre à Henri Stork (Patrick Jean, 1999) (accessible en ligne)

Textes mobilisés durant le cours :
Axel Tixhon, « Misère au borinage ou le mythe d’une Wallonie en crise », dans Anne Roekens et Axel Tixhon (dir.), Cinéma et crise(s) économique(s), Esquisses d’une cinématographie wallone, Namur,  Presses Universitaires de Namur – Yellow Now, 2011, p. 29-50 (disponible à la bibliothèque de l’Université de Montréal).
Michèle Lagny, « Documentaire et temps présent: le futur en mémoire », dans Jean-Pierre Bertin-Maghit et Geneviève Sellier, La fiction éclatée, tome 1, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 73-83 (partiellement en ligne)

Vous pouvez également consulter:

Rémy Besson, « Misère au borinage: de l’origine du scénario au récit des origines du documentaire belge », Culture Visuelle, 5 décembre 2012.
_, « La culture visuelle comme objet pour l’historien », Culture Visuelle, 27 février 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.