La circulation du film : Le temps des bouffons de Pierre Falardeau

Dans une précédente note, les recherches documentaires des étudiants en licence suivant le cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal ont été présentées de manière générale. Le texte ci-dessous est le travail particulièrement intéressant réalisé par Dominic Croteau-Deshaies sur la circulation du film Le temps des bouffons de Pierre Falardeau.

[dailymotion]https://www.dailymotion.com/video/xu1vr3_le-temps-des-bouffons-par-pierre-falardeau-et-julien-poulin-commentaires-sur-le-film_news#.UUy7g1e8B8E[/dailymotion]

Le film abordé dans le présent travail est Le temps des bouffons réalisé par Pierre Falardeau en 1985. Ce film s’applique à montrer une fête impliquant la bourgeoisie anglaise de Montréal lors d’un rassemblement privé du Beaver Club. La narrativité des images suit le déroulement des événements de cette soirée. Le réalisateur reprend au début du documentaire des images du film de Jean Rouch Les maîtres fous. Pierre Falardeau trace ainsi dès le départ un parallèle entre la situation du Québec et la réalité coloniale. De plus, les images qui nous sont montrées sont accompagnées par le commentaire acerbe du réalisateur. Ce qui a motivé ma décision de choisir ce film, c’est que Le temps des bouffons a été distribué « clandestinement » par le réalisateur pour court-circuiter la censure. Il a, dit-il, fait une centaine de copies sur lesquelles il avait écrit « Ce film appartient à tout le monde, il doit circuler, comme une bouteille à la mer. Volez-le, copiez-le, distribuez-le! », si bien qu’il s’est créé une sorte de mythe autour du film étant donné que beaucoup de gens en parlaient, mais peu y avaient accès. L’objet de ce travail est – tout en explicitant ma propre démarche – d’établir une liste si possible exhaustive des éléments susceptibles de retracer sa circulation entre 1985 et aujourd’hui.

Naissance clandestine

Pour démarrer ma recherche, je me suis tourné vers une entrevue que le réalisateur a donnée à Mireille Lafrance1 et dans laquelle il était directement questionné sur le contexte de la réalisation et de la production en général. Dans cette entrevue, les réactions de l’entourage proche du réalisateur aux premiers visionnements du film sont présentées. Pierre Falardeau justifie également ses choix de réalisation. Il discute aussi de certaines entrevues qu’il a réalisées lors de la sortie du film. Il s’agit de celles avec Christianne Charette, d’une entrevue avec une journaliste de Radio-Canada qu’il a donnée à Hull et d’un article de Franco Nuovo paru dans le Journal de Montréal. Ce dernier texte est particulièrement intéressant puisqu’aux dires du réalisateur, c’est cette chronique qui a initié la circulation du film dans l’espace public. Donc, avec cette source on peut réellement mesurer l’écart temporel entre la distribution « sous le radar » et son apparition dans le discours public. Dans l’entrevue de Mireille Lafrance, le réalisateur affirme même une forme de surprise face à la vitesse avec laquelle le film s’est propagé. Ce qui est intéressant avec cette entrevue, c’est que nous pouvons considérer la réception anticipée par l’auteur et la réception première dans les médias.

Une hypothèse peut être formulée, à savoir, est-ce que l’aspect vulgaire des propos, qui a provoqué de vives réactions au début de la diffusion, résonne toujours en premier plan dans les réactions ou est-ce que cet aspect s’est atténué avec le temps? C’est en remarquant une diffusion du commentaire, soit du texte sous forme écrite (sans les images), qu’une telle proposition d’analyse m’est venue. Ces sources, qui diffusent seulement le texte, sont pour la plupart retrouvées sur les blogues et sur des forums de discussions orientés vers la lutte pour la libération du Québec. À cet effet, on peut affirmer que le film prend une place particulière dans certains groupes qui en font une utilisation précise d’un point de vue politique. Étant donné que la participation à ces sites est réservée à de petits groupe de personnes relativement isolées, nous serions tentés de limiter la portée d’une telle plate-forme de diffusion. Toutefois, j’ ai trouvé un grand nombre de reprises de ces textes, et, de ce fait,  faudrait-il peut-être considérer davantage leur importance. Plus encore, concernant l’écart entre la diffusion du commentaire et du film, il est intéressant de remarquer que c’est le texte sans les images qui a été publié aux éditions «Les Intouchables» en 2000.

Par la suite, ayant pris connaissance d’informations concernant les noms des personnes qui avaient gravité autour de sa production, j’ai tenté de retrouver les gens qui auraient été en possession directe d’une copie vendue par le réalisateur lui-même. Je souhaitais leur demander de quelles manières ils l’avaient reçue et peut-être retracer le chemin parcouru par quelques-unes de ces cassettes. J’ai cherché sur des sites de reventes et j’ai lu sur des forums que les copies VHS produites étaient très rares, mais je n’ai pas pu trouver quelqu’un en possession des copies «originales»2. Cela aurait pu être intéressant afin de comprendre les réactions de certaines personnes influentes dans sa diffusion.

Ce film est considéré comme une attaque directe envers des individus liés à un même groupe politique. Pour cette raison, je me suis tourné sur sa réception parmi ceux attaqués: ont-ils commenté le film publiquement? A-t-il été évoqué directement dans la chambre des communes? Des réactions médiatisées des membres du parti libéral fédéral ont-elles été conservées? Pour répondre à ces questions, j’ai choisi de chercher à partir des gens attaqués dans le film (Francis Fox, Marc Lalonde, Bernard Lamarre, Jeanne Sauvé, Roger D. Landry et Maurice Sauvé). En y pensant bien, j’ai réalisé que pour ces personnalités publiques et politiques, la meilleure chose à faire avait été de ne pas réagir et ainsi de ne pas offrir de publicité au film. C’est probablement une des raisons pour lesquelles je n’ai rien trouvé de ce côté-ci, ni même de critiques contre le film provenant d’eux. Dans tous les cas, il semble que dans la sphère politique même, on ne dénote pas de réception particulière, ni même d’allusion. En 2004, le vidéographe édite un coffret DVD dans lequel le film apparaît, cela signe l’arrêt définitif de la circulation clandestine du film. Il serait pertinent de connaître les ventes officielles de ce dernier pour pouvoir en mesurer la portée ou l’intérêt 20 ans après sa production.

Réception dans les milieux académiques

Du côté des institutions académiques, on fait allusion au film dans plusieurs disciplines. J’ai recherché ces références à partir de moteurs de recherches plus spécialisés tels qu’Érudit ou ProQuest. Les résultats proposés ont d’abord évidemment porté sur des publications en études cinématographiques, mais aussi dans le domaine de l’histoire. L’article d’Éric Bédard est particulièrement intéressant car il confronte directement la pensée historique de deux cinéastes québécois, Pierre  Falardeau et Denys Arcand, avec celle d’un historien, Maurice Séguin. Par ailleurs, le mémoire de Mathieu Marsolais « Autour de Pierre Falardeau: Found footage et réemploi d’images dans le cinéma politique » (2011) semble mettre l’accent sur le réemploi d’image dans le cinéma politique. Le temps des bouffons est ici utilisé comme un exemple pour sa réappropriation du film de Jean Rouch Les maîtres fous. Il y a donc plusieurs types d’appropriations.

Par la suite, afin de trouver des sources plus spécialisées concernant le film, je me suis tourné vers les prix, puisque ceux-ci conduisent souvent à des publications dans les revues spécialisées. Le film a effectivement gagné trois prix dont celui du Mikeldi d’or en 1994 au Festival International du Documentaire et du court métrage de Bilbao, en 1994 pour le meilleur court métrage canadien au Sudbury Cinéfest et en 1995 un prix de recherche au Festival de Clermont-Ferrand. Hors du milieu académique, une production récente fait une référence directe au film. Elle a été trouvée sur le site du réalisateur. Cette production s’intitule Le temps des bouffons 2.0 (2009).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=1XdXqjWkLgI[/youtube]

Elle est à mon avis très intéressante, puisqu’elle reprend directement un événement semblable à celui du film de 1985, un souper mondain de l’élite canadienne, dans le domaine de Sagard. On peut sentir une volonté des réalisateurs de montrer qu’après 20 années, la réalité n’a pas changé et donc que le film Le temps des bouffons est toujours aussi valide. En  réactualisant les propos du film, l’original est ainsi susceptible d’atteindre plus directement une nouvelle génération.

Je suis ensuite revenu à mon hypothèse de départ, celle du rôle de la vulgarité dans la première réception du film. Je me suis donc intéressé à cet aspect: est-ce qu’il était cité en référence lorsqu’on traitait de la vulgarité dans le cinéma québécois. Je n’ai pas vraiment trouvé de référence. Par ailleurs, j’ai soupçonné une possible recrudescence de sa diffusion lors du référendum de 1995 et j’ai donc orienté mes recherches à partir de cette date importante du mouvement souverainiste afin d’éclairer son utilisation politique. De nouveau, je n’ai rien trouvé de signifiant à ce propos. Toutefois, cet axe m’a permis de soulever une autre question: est-ce que ce film a pu convaincre des gens ou bien a-t-il surtout servi à galvaniser des personnes déjà convaincues? Enfin, est-ce qu’il y a des exemples de réception de la part de personnes ignorantes des positions politiques du cinéaste et étrangères au débat politique entre le Canada et le Québec? Cela est particulièrement repérable dans le texte de Magnus Nedov Pyotr « Vive le québec libre! Die Unabhängigkeitsbewegung » publié dans Québec und ihre (2010), non pas qu’il ignore les positions politique du réalisateur, mais davantage du fait qu’il témoigne d’une réception extérieure à la culture de production du film et aux enjeux politiques de celle-ci.

Cette étude m’a aussi permis de savoir que pendant une certaine période de sa vie l’auteur n’a pas pu réaliser de films faute de subvention, mais qu’il est tout de même resté actif dans la sphère publique, notamment par le moyen d’article de journaux ou d’entrevues. C’est ce dernier médium qui m’est apparu le plus pertinent pour étudier la diffusion, car les intervieweurs font parfois appel à une œuvre marquante pour introduire l’interviewé. Partant de ce constat, j’ai cherché à savoir si des entrevues faisaient directement allusion au film. J’ai trouvé une entrevue radio avec Christianne Charette en 2009 où il est question de sa vulgarité. Cette source permet de comprendre ce sur quoi portent les entrevues à propos du film 25 ans après le début de sa diffusion.

La résonnance du film à la mort du cinéaste

À la mort du cinéaste, en 2009, plusieurs hommages et rétrospectives lui ont été rendus, c’est pourquoi je me suis proposé de chercher si dans ces rétrospectives il était question du film ou bien s’il était considéré comme étant négligeable dans toute sa production. Dans les médias généralistes, on en a peu parlé, à mon avis à cause de la virulence des propos véhiculés dans le film; néanmoins une lettre de l’auteur Pierre Vadeboncoeur au journal Le Devoir y fait allusion de façon particulière. En fait c’est surtout dans les plates-formes des médias sociaux ou des forums en ligne que la mention a été la plus courante3.

Au terme de cette recherche, on s’aperçoit que progressivement l’écho de ce court film s’est éclaté en plusieurs types de réceptions (vulgarité des propos, politique, procédé méthodologique). N’ayant pas connu de lancement officiel, cela a peut-être été plus lent pour produire différents discours. Une analyse plus approfondie permettrait peut-être de resituer à quel moment on a insisté davantage sur une de ces réceptions et surtout par quels acteurs et pourquoi. À la lumière des sources rassemblées dans cette recherche, on peut avancer que les propos pamphlétaires et incisifs du réalisateur ont constitué un fait marquant dans sa réception et ce tout au long de l’histoire de sa diffusion.

Liste commentée des sources citées au format pdf.

  1. LA FRANCE, Mireille. «Pierre Falardeau persiste et filme!» Édition Hexagone, Coll. Entretiens, 1999, chap. VI []
  2. c’est-à-dire ceux produites avant 1993 []
  3. [en ligne] URL: http://www.vigile.net/Que-nous-reste-t-il-du-Temps-des. consulté le 22 mars 2013 et [en ligne] URL:  http://lesindignesduquebec.wordpress.com/tag/le-temps-des-bouffons/. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.