Archéologie et circulation du film Les Ordre de Michel Brault

Dans une précédente note, les recherches documentaires des étudiants en licence suivant le cours Histoire et cinéma de l’Université de Montréal ont été présentées de manière générale. Vous pouvez également lire le travail de Dominic Croteau-Deshaies sur la circulation du film Le temps des bouffons de Pierre Falardeau. Le texte ci-dessous correspond au papier particulièrement intéressant réalisé par Julie-Anne Bergeron sur l’archéologie et la circulation du film Les Ordres de Michel Brault.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=RyKThpv_YpU[/youtube]

La Crise d’Octobre 1970 fut sans contredit l’un des plus grands événements marquants de l’histoire sociale et politique du Québec. Tous ont en mémoire les images fortes qu’ont provoqué certains actes du Front de Libération du Québec (FLQ), et surtout l’enlèvement et la séquestration du ministre Pierre Laporte (et son meurtre éventuel) et de James Richard Cross. Cependant, ceux qui n’ont pas vécu la Crise n’ont probablement aucune idée des arrestations de masse effectuées pendant cette période, et du souvenir amer que laisse cet événement dans la tête des détenus. Les ordres (1974), de Michel Brault explore justement cette facette souvent oubliée de la Crise, en mettant en scène cinq personnages fictifs arrêtés de façon arbitraire et en s’intéressant à leur traitement derrière les barreaux. J’ai choisi ce film principalement pour son importance dans le cinéma québécois, et aussi parce qu’il traite d’un événement qui a profondément affecté la province. Ma recherche documentaire s’oriente autour de deux pôles, d’une part l’étude de l’archéologie du film, et d’une autre, l’étude de sa circulation dans la culture. D’un côté, je voulais comprendre ce qui a motivé Brault à faire ce film, ainsi que la manière dont il s’y est pris pour le réaliser. De plus, je souhaitais cerner son évolution dans la culture, sa réception au départ, mais aussi ce qui est resté du film des années après sa sortie. Comme la Crise d’Octobre propose une imagerie forte qui anime encore les plus jeunes générations, je me demandais si Les ordres avait joué un rôle dans la constitution de cet imaginaire. Je voulais tenter de voir si le film était devenu une référence culturelle partagée, à la manière de certaines émissions de télévision marquantes.

Pour débuter mon travail, je me suis d’abord rendue à la Bibliothèque et aux Archives nationales du Québec, dans l’espoir d’y trouver plus de renseignements sur le contexte de production du film, ainsi que sur sa réception critique (dans les médias généralistes comme spécialisés), jusqu’à un an après sa sortie. À ma grande surprise, j’y ai trouvé une multitude de sources. La BAnQ a cumulé un impressionnant dossier sur la Crise d’Octobre, alors il fut facile de se mettre en contexte. J’y ai notamment trouvé un dossier compilé par le gouvernement du Québec1 où j’ai pu éplucher des centaines d’articles de médias généralistes relatant les problèmes de financement et de censure rencontrés par Brault, ainsi que les étapes de la production, la sortie du film, et la réception critique de nombreux journaux (québécois, canadiens et européens). Sans contredit, ce fut l’une de mes plus belles trouvailles, puisque ce dossier contient de généreuses sources sur tout le contexte de production du film ainsi que les débuts de sa circulation. J’ai ainsi pu connaître l’origine du projet, ses modifications, les problèmes de Brault à faire subventionner son film, ainsi que la distribution complète (acteurs et équipe technique). Dans un communiqué de presse2 inclus dans ce dossier, j’y ai aussi appris que tout le matériel enregistré pour le film avait été donné aux Archives du Québec. En continuant mes recherches à la BAnQ, j’ai aussi trouvé un autre dossier sur le film3, mais celui contenant les fiches techniques ainsi que le découpage du film, en plus de quelques critiques déjà lues dans le précédant dossier.  J’y ai enfin trouvé un troisième ouvrage important, le guide d’accompagnement pour l’étude du film4 écrit par Serge Cardinal, qui témoigne de l’institutionnalisation des Ordres, tant au niveau des études cinématographiques que dans les sciences sociales.

Je me suis ensuite déplacée à la Cinémathèque québécoise, où j’y ai encore une fois trouvé des sources en très grand nombre. Plusieurs copies de projection, une bande-annonce, la transcription des dialogues, plusieurs versions du scénario, le document de tournage annoté, le rapport de continuité, le document de mixage, l’horaire de tournage, le document de pré-production, le découpage technique, ainsi que des affiches et un carton de promotion sont tous des éléments qui se trouvent à la Cinémathèque. Évidemment, tous ces documents sont d’un grand intérêt pour l’étude de l’archéologie du film. Différents dossiers de presse et articles ou critiques publiés dans des revues spécialisées étoffent quant à eux mon étude de la circulation du film. J’y ai aussi trouvé quelques monographies et publications de revues spécialisées qui dataient des vingt dernières années, ce qui m’indique que Les ordres a fait (et fait encore) l’objet de nombreuses recherches et semble bien institutionnalisé.

À ce moment de ma recherche, j’avais l’impression d’avoir trouvé l’essentiel de mes sources portant sur l’étude de l’archéologie, puisque j’avais fait le tour de nombreux documents concernant cet aspect dans les deux institutions les plus importantes en ce qui concerne les archives du cinéma et de la mémoire québécoise5. Je me suis ensuite rendue à la bibliothèque de l’Université de Montréal, dans le but d’éplucher les différentes bases de données, à la recherche d’articles dans des revues spécialisées ou de monographies témoignant de l’institutionnalisation des Ordres.  Je n’y ai pas découvert beaucoup de documents, mais assez pour saisir l’importance du film dans les cercles universitaires et cinéphiles. J’ai aussi trouvé plusieurs articles de médias généralistes témoignant de l’évolution du film dans la sphère médiatique au cours des dernières années, notamment lorsqu’il est question de la Crise d’Octobre ou bien de la sortie de d’autres œuvres touchant à cet événement. Si parfois le film n’est seulement que cité, il est souvent résumé brièvement et on rappelle régulièrement son importance dans le cinéma québécois. Chaque document trouvé dans les bases de données de l’université touche un aspect différent du film, et même s’il n’est pas toujours en premier plan dans les textes, les cercles universitaires et cinéphiles s’avèrent toutefois à lui donner une place de choix dans la cinématographie québécoise et canadienne6.

Enfin, j’ai cherché, en ligne, dans les différentes archives des principaux médias québécois (RadioCanada, Le Devoir et La Presse) pour voir si Les ordres avait fait l’objet d’une attention médiatique des années après sortie, et aussi tenter de déterminer dans quel contexte. Ainsi, j’ai trouvé plusieurs articles faisant allusion de près ou de loin au film de Brault. Sa sortie en vidéocassette en 1996, et en DVD en 2006 fut l’occasion de remettre le film à l’avant plan dans les pages culturelles de ces différents médias. Différents anniversaires, comme le 50ème des Raquetteurs (un autre film de Brault), ou bien des hommages faits à Brault (Festival du film de Toronto, Festival du film de Montréal, Hot Docs, Jutras) ou à certains acteurs (Jean Lapointe aux Jutras) fut aussi l’occasion non seulement de parler du film, mais aussi de le projeter dans différents contextes. J’ai trouvé pour ces occasions divers articles, mais aussi deux émissions de radio7 de la Première Chaîne de Radio-Canada, dans lesquelles il est fait référence à la carrière de Brault et aux Ordres. J’ai aussi trouvé, par le biais d’un article du Devoir, un film réalisé autour de l’œuvre de Brault, Le cheval de troie de l’esthétique,8 qui est un objet intéressant pour étudier la circulation des Ordres. Depuis 2011, le film refait aussi surface de temps à autre dans les pages culturelles, notamment lorsqu’il y a des palmarès sur le film qui représente le plus le Québec, les films qui méritent d’être classés comme chefs-d’œuvre du septième art, ou encore sur le film qui représente le plus Montréal. D’ailleurs, ce dernier palmarès fut l’objet d’une exposition au Musée Pointe à Callières de Montréal en 2012. J’ai découvert l’existence de cette exposition dans les pages culturelles de La Presse. Il est aussi question des Ordres lorsque l’on parle de films qui ont des récits à saveur historique et politique, comme ce fut le cas lors de la dernière cérémonie des Oscars dans les pages du même quotidien.9

Le film, à ce que j’ai pu observer dans les différents articles recueillis, semble revenir assez régulièrement dans les actualités culturelles et cinématographiques des dernières années, et des projections sont encore organisées, que ce soit dans des festivals ou dans des événements organisés par différentes municipalités. Bien que j’ai trouvé plusieurs articles, je regrette de ne pas avoir pu consulter plus d’émissions de radio ou de télévision faisant mention de Brault et des Ordres. Il aurait pu, en effet, être intéressant de voir, au-delà de sa simple mention dans les journaux ou des brefs résumés qu’en font les chroniqueurs culturels, de quelle manière il est aujourd’hui perçu par les différents intervenants du milieu culturel. Les gens ont-ils des choses à dire sur ce film aujourd’hui ? Des critiques ou des reproches à lui faire ? Je regrette aussi de ne pas avoir trouvé d’informations sur ce que le public pense de son film, et si la culture populaire l’a adopté. En général, on pourrait penser que le film est bien reçu de la critique et du milieu cinéphile, qui reconnaît ses qualités artistiques et sociales, mais il ne semble pas être devenu une référence populaire, avec des scènes cultes ou des dialogues qui ont marqué l’imaginaire. Avec la récente crise du « Printemps érable », on aurait pu s’attendre à ce que Les ordres soit ramené à l’avant-plan, ou du moins évoqué, mais il semble que non. Bien que plusieurs allusions à la Crise d’Octobre ont été faites lors de la crise étudiante du printemps dernier, on ne semble pas associé le film de Brault aux révoltes populaires.

En général, pour l’étude de l’archéologie du film, on retrouve un très grand nombre de sources dans des institutions d’archives comme la Cinémathèque québécoise, où l’on retrouve en particulier des documents relatant de la production du film, ainsi que la Bibliothèque et aux Archives nationales du Québec, où d’imposants dossiers ont été compilé sur le film. Pour l’étude de la circulation du film, la tâche s’est avérée un peu plus compliquée. D’abord, on parle beaucoup des Ordres dans des cercles cinéphiles et universitaires, mais on semble y faire peu mention en dehors de ces cadres. Ainsi, bien que les médias généralistes aient écrit de nombreux articles à ce sujet dans les dernières années, on en parle surtout dans le cadre de festivals, de lancement ou d’anniversaires. Je n’ai rien trouvé qui rende compte d’une appropriation du film dans la culture populaire ou qui fasse état d’une référence partagée, et le film semble restreint au seul cercle des études cinématographiques et culturelles.

Liste des sources citées au format PDF.

  1. « Les ordres de Michel Brault », Montréal : Centre de documentation cinématographique, Gouvernement du Québec, Ministère des communications, Direction générale du cinéma et de l’audiovisuel 1979. []
  2. du 21 août 1973 []
  3. Les Ordres : Dossier de presse, Montréal : Collège Montmorency, 1975, 97 p. []
  4. Cardinal, Serge. « Les ordres de Michel Brault : Cahier d’accompagnement pour l’étude du film », Québec : Ministère de l’éducation, 1999, 53p. []
  5. J’aurais sans doute pu jeter un coup d’œil du côté de l’ONF pour tenter d’avoir plus de renseignements sur les recherches et les entrevues menées par Brault avant l’écriture de son scénario, mais je ne l’ai pas fait. J’aurais aussi peut-être pu obtenir plus de renseignements quant au financement du film. Ma recherche aurait sans doute pu bénéficier de cette étape supplémentaire. En général, je me suis satisfaite des éléments apportés dans divers articles et communiqués de presse, ainsi que dans les fiches techniques et les découpages. []
  6. J’aurais pu étoffer davantage ma recherche sur la circulation du film dans les institutions universitaires et cinéphiles en fouillant dans les bibliothèques des autres universités et dans leurs bases de données. []
  7. « Hommage à Michel Brault », dans la chronique culturelle de l’émission Désautels à la radio de la Première Chaîne de Radio-Canada, 22 septembre 2005, Marie-Christine Trottier (chroniqueuse) et « Une rencontre avec Michel Brault », émission de radio de la Première Chaîne de Radio-Canada, 13 février 2008, Patrick Masbourian (animateur). []
  8. Noël, Gilles. 2006. Le cheval de troie de l’esthétique. Canada []
  9. Roy, Mario. « Le passé à l’écran », 22 février 2013, http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/mario-roy/201302/21/01-4624110-le-passe-a-lecran.php []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.