Écrire sur le cinéma: vaste sujet

Lors de la première séance du cours de méthodologie du cinéma (Paris 8), j’ai demandé – entre autres choses – aux étudiants en licence 1  qui se trouvaient face à moi d’écrire sur la première partie d’Un Prophète (Jacques Audiard, 2009, en ligne). Nous avons ainsi regardé ensemble les vingt-huit premières minutes de ce film. Je leur ai ensuite demandé d’écrire quelques lignes, sans autre consigne, ni mise en contexte (l’exercice n’est pas noté et ils ne sont pas obligés de signer la feuille qu’ils me remettent). Exercice difficile, puisqu’ils viennent alors à peine de découvrir le film et qu’ils ne disposent que de quelques minutes. Ce que je souhaite identifier par là, c’est ce que signifie pour eux écrire sur ou à partir d’un film.

Si je n’ai pas donné de consigne, j’ai, par contre, choisi avec soin l’extrait qu’ils ont regardé. Il s’agit d’une séquence cohérente qui débute avec l’entrée en prison d’un jeune détenu (incarné par Tahar Rahim) et qui se conclut par un meurtre commis par ce même individu. Il s’agit d’une sorte de récit initiatique perverti1. Ce début de film se prête particulièrement bien à différents types d’interprétations: politique (sur l’univers carcéral), esthétique (sur le traitement proposé par le réalisateur), en fonction du genre cinématographique (film de prison), en fonction de la place occupée par personnage principal, etc. Il est particulièrement polysémique.

Les étudiants ont proposés trois types de textes distincts:

des résumés de l’intrigue (plus ou moins développés), rendant compte d’une volonté de saisir le sens du film du point de vue du réalisateur. L’évolution du caractère du personnage principal est alors placé au centre de l’argumentation, sans qu’il soit vraiment question de la forme prise par le film, ni de sa signification dans l’espace public. Plusieurs étudiants ont remarqué qu’aucune information n’est donnée sur le passé du personnage principal. Certains ont proposé des hypothèses afin de résoudre cette absence d’information, d’autres l’ont étudiée en tant que telle. Dans tous les cas, le film est considéré comme un texte (c’est-à-dire que la dimension visuelle n’est pas prise en compte). L’objectif le plus souvent poursuivi est d’identifier les principaux thèmes du film. Il s’agit de la violence physique et psychologique, de la peur, des relations entre les détenus, de la solitude, du désespoir, de la corruption, du meurtre ou encore du communautarisme.

des analyses formelles prenant une forme et un ton souvent proche de la critique, proposent de s’interroger sur l’éclairage, les décors, la distance entre la caméra et le personnage, le fait que la caméra est portée à l’épaule, etc. Il est alors question de « dispositif » et « d’immersion ». La place du spectateur est également interrogée par plusieurs étudiants. Dans ces analyses, des liens sont, à plusieurs reprises, faits avec d’autres films (Le Trou de Jacques Becker; Love and Bruises de Lou Ye; Orange mécanique de Stanley Kubrick; Taxi Driver de Martin Scorsese) ou des séries télévisées (Oz, par exemple). Il n’est par contre pas ou peu question des thèmes développés dans le film (articulation entre forme et contenu) et de l’articulation entre ces thèmes et  l’espace public (articulation entre film et société).

des interprétations socio-politiques, basées sur le présupposé que le réalisateur a voulu présenter le monde de la prison de manière documentaire. Dans ce cas, certains étudiants notent explicitement en introduction, « le point de départ de ce texte est un extrait du film… ». L’argumentation porte alors moins sur le film, que sur l’univers carcéral ou de manière plus générale sur le rapport à l’institution. L’idée directrice commune à ces textes est que « Jacques Audiard a bien étudié un milieu et nous retransmet parfaitement les prisons françaises aujourd’hui »2.

Il ressort de l’analyse de ce corpus de textes produits à partir du visionnement du début d’Un prophète un étonnant manque d’hybridation entre ces trois types d’analyses. Les étudiants ont soit recherché à rendre compte du point de vue du réalisateur, soit de la forme prise par la film, soit de la signification politique du film; ils n’ont que très rarement faits des liens entre ces différentes dimensions. Écrire sur le cinéma, c’est pour résumer (de manière certes un peu schématique), soit l’un – la dimension esthétique -, soit l’autre – le rôle socio-politique du film. L’un des enjeux de ce cours est de revenir sur ce cloisonnement pour essayer de le remettre en cause. Enfin, il est  à remarquer qu’à une ou deux exceptions près, le point de vue de l’auteur du texte n’est pas formulé de manière explicite3.

  1. Thème qui ne sera pas identifié par les étudiants []
  2. Enfin, certains textes moins nombreux reposent sur des jugements de valeur non explicités du type, « j’aime les films décrivant… » ou « j’aime beaucoup la scène où le méchant explique… ». []
  3. Aucun plan n’est proposé, ni aucune hypothèse ou début de problématique. Cela est certainement – en partie – lié à l’absence de consigne et au temps limité. []

2 réflexions sur « Écrire sur le cinéma: vaste sujet »

  1. Bonjour PCH! Merci de ton commentaire. Ils m’ont également précisé la raison de leur présence en licence de cinéma, ainsi que de manière détaillée leurs pratiques culturelles (mais je garde cela pour moi, car étant donné le nombre d’étudiants je ne pense pas pouvoir ressortir quelque chose de représentatif).
    Pour ce qui est du choix de cet extrait, je crois en avoir dit quelques mots ci-dessus; il s’agit d’un passage qui se prête bien à plusieurs types d’interprétations. La forme est très travaillée (bien que non démonstrative). L’intrigue est prenante. Le sujet entre en correspondance avec des questions d’actualité et des problématiques sociétales plus générales. Ces dimensions – présentes d’une manière ou d’une autre dans tous les films – sont ici assez clairement identifiables, ce qui se prêtait bien à l’exercice proposé (enfin je crois ;) ).

  2. les résumés de l’intrigue : ils (ou elles) seront scénaristes;
    les interprétations socio-politiques : elles (ou ils) seront réalisatrices (teurs) (pas facile dans ce sens là)
    les analyses formelles : ils (ou elles) seront critiques.
    Pour une prochaine fois, peut-être leur (épicène) faire préciser la raison (le but, la représentation du métier, l’espoir etc…) pour laquelle il se trouve que tu leur enseignes le cinéma.
    Et peut-être, leur parler de « réception » dans la consigne.
    Ne pas oublier de croiser avec les genres (faire préciser, au minimum, si possible, le prénom pour disposer dudit genre).
    Et puis on aimerait, de ce côté-ci de ton travail, savoir ce qui a prévalu au choix de ce film.
    Amicalement (dieu merci-comme disait ma grand mère – je l’aime toujours- je ne suis pas professeur… :°)))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.