Ces images d’après l’instant décisif – Mark Cohen

Bare thin arms against aluminum siding, 1981Au sous-sol du BAL, une étrange série de photographies est accrochée aux murs suivant un bout à bout qui mime l’apparence d’une pellicule de film. Au premier coup d’oeil, chacune de ces images ressemble à un photogramme extrait des chutes d’un film de famille. Il y a là des photographies surexposées, floues et décadrées, des troncs sans visage, des jambes sans pied, des mains sans bras, des cheveux sans face, des cous sans queue ni tête et des paysages sans profondeur. L’impression d’être face à des images saisies quelques secondes après avoir terminé de filmer l’objet principal de la séquence s’impose au visiteur, comme si la caméra 16mm du vidéaste avait tourné quelques secondes de trop. On se prend alors à s’imaginer face à une série d’arrêts sur image d’après l’instant décisif.

Un second regard conduit lui à abandonner cette première impression et à se rendre compte de la très grande attention portée à la composition. Des lignes de force verticales, des regards en coin, de grands aplats noirs, des sols omniprésents, des objets du quotidien, un goût prononcé pour la frontalité et pour les corps à moitié dénudés constituent autant d’éléments qui se répètent d’un cadre à l’autre. L’impression de raté ressentie au premier regard se transforme progressivement en sentiment d’étrangeté. Des genoux, des manteaux, des slips, des t-shirts, des nombrils, des fourmis, des bras, des chaussures, des rides, des clopes, des radios, de la crasse et un flippeur, sont en fait placés au centre du champ. Le flou n’est alors plus perçu comme résultant d’une erreur technique, mais comme rendant compte de la présence du geste du photographe et des mouvements de ceux qui sont photographiés. La luminosité si particulière de ces images est, elle liée à l’usage d’un objectif de 28mm et du flash, qui permettent au photographe d’effectuer des prises de vue sur le vif au plus proche de ses sujets (cf. extrait de Contemporary Photographie in the USA, 1982 sur Youtube et capture d’écran ci-dessous).

Ces images prises  par Mark Cohen principalement durant les années 1970 représentent certainement quelque chose qui se situe entre ces deux interprétations opposées. Reconnu dès cette période comme membre du mouvement de la “Street Photographie”1 au même titre que Bruce Gilden (qui intervient dans le récent Everybody Street de C. Dunn, cf. extrait en ligne),  il était alors photographe depuis une dizaine d’années dans une boutique de la petite citée minière de Wilkes-Barre en Pennsylvanie. Il faisait les mariages, des photographies posées et, en fait, toutes les images propres et cadrées qui étaient attendues de lui. Les images exposées au BAL dont la forme est bien différente de celles-ci sont issues de déambulations dans les rues de cette ville et résultent de rencontres impromptues avec ses habitants. La volonté d’adopter un point de vue décalé est certainement – au moins en partie – liée à cette longue fréquentation de ce territoire2. Les photographies données à voir jusqu’au 8 décembre 2013 sont le résultat de cet étonnant rapport qui s’est petit à petit noué entre ce photographe et l’environnement social dans lequel il évolue toujours les jours.

Dans tous les cas, ce qui fait la richesse de cette exposition, c’est la manière dont cet ensemble de photographies résiste tout aussi bien à une lecture documentarisante et sociale, qu’à une lecture onirique et formaliste (pourtant soutenue dans le catalogue d’exposition). Il n’y a aucun misérabilisme, ni aucun engagement politique clairement identifiable dans les fragments d’objets et de corps exposés. Il n’y a pas non plus une sorte de poésie abstraite ou de lecture métaphysique qui émerge de la représentation de ces objets du quotidien. Il y a simplement l’impression qu’en choisissant de ne jamais être à la distance que l’on est susceptible d’attendre de lui, le photographe découvre une autre manière de saisir les habitants de la ville où il réside. Il est toujours trop proche, toujours en retard, toujours à côté, mais choisissant cela, il conduit, mine de rien, le visiteur de l’exposition à porter son regard hors des chemins convenus de la représentation photographique. Il déplace l’attention. Il ne s’agit pas d’isoler un détail ou de scruter l’arrière-plan de l’image, mais simplement de considérer avec lui ce qui est donné à voir. L’impression qu’on est face à des “trois fois rien” ou au résultat d’un déclenchement accidentel s’estompe progressivement. On commence alors à regarder ces doigts fripés, ces chaussettes blanches, ces omoplates dénudés, ces foulards aux couleurs bigarrées, ces boîtes d’allumettes trop petites, ces crocs de boucher, ces gants noirs et ces bulles de chewing-gum pour ce qu’ils sont: des éléments du quotidien auquel la photographie confère une forme exceptionnalité.

Exposition Dark Knees, Mark Cohen, au BAL, du 27 septembre au 8 décembre 2013. Voir aussi le très beau fonds en ligne de la George Eastman House. Le titre de la première ill. est Bare thin arms against aluminum siding (1981); la deuxième ill. est une capture d’écran; la troisième a pour titre Untitled (Bubble gum), 1975.

  1. il est exposé en 1973 par le MoMa, puis par la prestigieuse George Eastman House []
  2. Le choix de faire le point sur ces objets hétéroclites qui restent le plus souvent hors-champ peut être interprété comme le résultat d’une volonté de  créer de nouvelles représentations à partir de ce qui peut être observé quotidiennement. []

4 réflexions sur « Ces images d’après l’instant décisif – Mark Cohen »

  1. Bonjour Ulrike,
    Tu as raison, il est intéressant de préciser que l’exposition a lieu sur deux étages. Personnellement j’ai trouvé la scénographie de l’étage inférieur beaucoup plus intéressante. Les titres sous les photographies ainsi que leur graphie sont tout à fait remarquables et orientent comme tu l’écris la perception que l’on a des photographies. Pour autant, je trouve qu’en terme de contenu l’accompagnement des photographies, aussi bien dans l’espace muséal que dans le catalogue, est plus que minimaliste. Il n’est presque rien dit des conditions de productions de ces images (question technique, dimension proxémique, insertion dans le monde l’art, etc.) et sur leur circulation. Il est nécessaire de connaître le travail de Mark Cohen et la Street Photography pour apprécier ces dimensions. Cela n’enlève rien à la qualité de l’accrochage et au fait que cette expo est diablement intéressante.

  2. Bonjour,
    merci pour ce billet. L’exposition me parait en effet remarquable.
    À propos de cet “oubli” du titre. En visitant l’exposition je n’ai pas remarqué les titres sous les photos jusqu’à ce que je m’assois au centre de la pièce, après en avoir fait le tour. Cela m’a beaucoup étonnée. Je ne sais pas si c’est ma manière de regarder les photos, physiquement trop près, qui m’a fait d’abord passer à côté ou si c’est précisément l’accrochage. J’ajoute cependant que l’exposition n’a pas lieu que dans la pièce du bas, mais également dans la pièce du haut où l’accrochage n’est pas le même. En regardant à nouveau les photos avec ce nouvel élément textuel, ma perception en a évidement été modifiée, comme par exemple sur une image du cou d’un garçon où le texte met l’accent sur le collier et le bouton (je ne me souviens plus du titre précisément).

  3. Bonjour Pierre,
    Vous avez tout à fait raison concernant l’absence de titre, il s’agit une omission malheureuse. Je viens de corriger cela.

  4. Une remarque sur l’absence de précision concernant le titre de la première photographie de Cohen re-publiée dans votre billet. Sur le site du BAL, cette image est intitulée “Bare thin arms against aluminum siding, 1981”. Je trouve dommage de ne pas le préciser pour plusieurs raisons. Le titre fournit dans de très nombreux cas (et ici en particulier) une proposition de lecture de l’image offerte par l’auteur. L’association “bare thin arms / aluminium” nous donne une orientation de lecture, en suscitant un champ interprétatatif particulier vis à vis de cette image.
    Notez que le cadrage, qui pourrait paraître arbitraire à première vue, prend maintenant un sens tout à fait précis. Ce qui intéresse Cohen n’est pas l’expression du visage ni même le geste que le garçon est en train d’accomplir, mais de mettre en parallèle deux surfaces, peau/aluminium. Cette précision n’est pas inutile quand on considère que le jeu sur la dé-hiérarchisation visuelle dans le traitement des sujets est une caractéristique de la photographie américaine des années 70 (dans d’autres images de Cohen : les bras plutôt que les mains, ou la barbe plutôt que le visage…).
    Ensuite, par association d’idées, on peut très bien enchaîner à partir de cette mise sous tension sur l’idée peau/métal et pourquoi pas arriver jusqu’à Crash de Cronenberg ! Pour résumer, l’absence du titre néglige d’abord une proposition de lecture faite par quelqu’un, et ensuite contribue fortement à bloquer les “enchaînements cognitifs” possibles.

    Bon, un peu navré que ce commentaire tombe sur votre billet, on pourrait faire le même genre de remarque concernant des centaines d’autres cas. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.