La plasticité du témoignage – séminaire A. Becker

Ci-dessous vous pouvez consulter la présentation, La plasticité du témoignage, proposée lors de la séance du 28 novembre 2013 du séminaire : d’une guerre mondiale l’autre, atrocités, cruautés, violences et leurs représentations, organisé à Paris Ouest par Annette Becker.

Malgré la publication de ses mémoires en 1984, le témoignage d’Inge Deutschkron n’est connu, en France, qu’à travers les quatre minutes de son intervention dans Shoah. Il est figé autour de l’idée d’un double refus d’appartenance à l’Allemagne d’hier (1933-45) et d’aujourd’hui (le présent du film, soit 1985). Le travail présenté lors de cette communication a pour vocation de déplier cela en proposant une vision plus complexe du témoignage d’Inge Deutschkron. Faisant cela, il s’agit ainsi de restituer les variations, les aspérités et la richesse de la perception du passé de cet acteur de l’histoire (à la différence du réalisateur qui, dans ce cas, condense le propos et l’intègre à son intrigue). Une telle démonstration nécessite d’analyser la séquence du film Shoah durant laquelle elle intervient, d’étudier les archives correspondant à celles-ci (afin d’en comprendre le montage), de mener une approche comparative en rapprochant ce film d’autres productions culturelles et, enfin, d’insister sur l’historicité de chacun des témoignages accordés par cette même personne. Cela conduit à dégager trois niveaux principaux de plasticité du témoignage: une malléabilité du support témoignage filmé, une adaptabilité du témoignage à l’intrigue du film et une variabilité de la manière de raconter sa propre expérience (en fonction du temps et du contexte, et non pas seulement en fonction des conditions de l’entretien).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.