Outils pour la recherche – licence cinéma

S’il est depuis maintenant plusieurs années demandé aux étudiants de maîtriser les subtilités des logiciels de bureautique (sommaire automatique, feuille de style, saut de section, etc.), la “boîte à outils” qu’ils se doivent de posséder ne peut plus se limiter à cela. Cette note reprend quelques-unes des indications données à un groupe d’étudiants de licence cinéma à Paris 8. Les logiciels libres ont été favorisés quand cela était possible. De plus, des exemples de logiciels ou d’interfaces sont donnés. Cette liste n’a cependant rien d’exhaustif et chacun des exemples choisis ne constitue qu’une indication subjective1.

Il est attendu qu’un étudiant en cinéma soit capable de faire une capture d’écran (équivalent numérique du photogramme) à partir d’un DVD (ou de toute séquence filmée partagée en format numérique). Le logiciel VLC permet de faire cela très simplement (vidéo — capture d’écran). L’étudiant peut ensuite changer le format, la résolution et retoucher l’image obtenue avec un logiciel tel que TheGimp (version libre et gratuite du célèbre Photoshop). Il n’a ensuite plus qu’à l’intégrer à son écrit (produit avec un logiciel de traitement de texte), à sa présentation, à son billet de blog ou à sa propre vidéo.

Il est aussi nécessaire qu’il puisse télécharger les images animées qui se trouvent en ligne sur des sites d’hébergement tels que Youtube, Dailymotion, Vimeo (ou sur tout autre site de streaming). Il s’agit alors d’installer le plug-in Downloadhelper directement sur son navigateur (utiliser Firefox). Celui-ci permet de télécharger une vidéo en différents formats (flv ou mpeg, par exemple). Il doit ensuite être capable de les convertir dans le format qu’il souhaite. S’il doit se renseigner sur les offres de vidéo à la demande (VOD), l’étudiant est aujourd’hui amené à s’intéresser aux sites de partage de fichiers en ligne (P2P), s’il veut travailler sérieusement. Il doit alors connaître l’existence et le fonctionnement des sites partageant de torrents (en faisant usage d’un logiciel du type Utorrent).

Le fait d’être capable de transférer le contenu d’un DVD sur son ordinateur (ou sur son cloud) est un plus. Le logiciel HandBrake permet cela. Pour analyser les contenus audiovisuels ainsi collectés, l’étudiant est aujourd’hui invité à faire usage d’un logiciel d’annotation du type Ligne de temps. Il est aussi attendu de l’étudiant qu’il sache sélectionner et découper des extraits précis de ces vidéos (ou films). Plusieurs logiciels libres permettent cela (comme Krut), mais le plus complet est sans doute SnapzProX, couplé à Quicktime Pro (comme l’explique André Gunthert) ou à iMovie. Ce dernier logiciel permet de faire des bouts-à-bouts, si ce n’est de véritables montages, qui sont utiles pour préparer des présentations.

Une fois ces informations collectées, il est utile de pouvoir les stocker. Si un stockage sur le disque dur de l’ordinateur ou sur un disque dur externe est souhaitable, il est utile de connaître l’existence du Cloud computing et d’interfaces du type Dropbox (“service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne”, comme le rappelle Wikipédia). Une autre possibilité, si l’étudiant souhaite partager ses données, est de faire usage de Flickr ou de Picasa (pour ses images), de Soundcloud (pour ses sons), d’Issuu (pour ses PDF), de Slideshare (pour ses présentations) ou encore de Vimeo (pour ses vidéos).

Afin de créer des présentations, à partir de ces données collectées, l’étudiant est invité à se servir de logiciels tels que le module de présentation d’Open Office (équivalent libre et gratuit de PowerPoint). Il peut également faire usage des interfaces en ligne de son choix. Il est ici possible de citer à titre d’exemple  Mindmeister ou encore Prezi. Enfin, les interfaces de recherche par l’image doivent être connus de lui (Google images et Tineye), tout comme la possibilité d’afficher les données Exif associées à une image (Exif viewer).

Au-delà de la collecte et de la mise en forme d’une image et d’une vidéo, l’étudiant doit aussi connaître les logiciels lui permettant de mener un travail de veille en ligne (et d’optimisation de son parcours en ligne). Evernote qui lui permet “de capturer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web” est aujourd’hui le plus performant de ces logiciels (source wiki). Ainsi, il doit être familier de la gestion des flux RSS. Mendeley et Zotero sont également utiles pour sauvegarder des références avec une mise aux normes automatique. Scoop.it ou Pearltrees, par exemple, permettent eux, de partager avec d’autres ce travail de veille.

A cela s’ajoute une pratique des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr…), du blogging (et donc notamment de WordPress) et une connaissance du code (HTML et CSS au minimum). Enfin, l’étudiant, dès le début de son cursus, doit également être capable de trouver les meilleurs tutoriels en ligne (afin de se former lui-même) et connaître l’existence des MooC.

Cette vingtaine d’interfaces ou de logiciels (presque tous gratuits) sont aujourd’hui à la base de la pratique de la recherche documentaire et de la mise en forme des travaux des étudiants en cinéma dès le niveau de la licence. Leur non-maîtrise est, en soi, problématique.

Cette note est une reprise synthétique d’une séance du cours de méthodologie “outils pour la recherche” – licence 1 (Paris 8).

Illustration ci-dessus reprise sur le site Brainless Tales.

  1. De plus les logiciels de bibliographie ne sont pas présentés de manière développée car cela a fait l’objet d’un autre cours. []

3 réflexions sur « Outils pour la recherche – licence cinéma »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.