Mémoire collective, subjectivité et engagement

Je vous propose ci-dessous les premières lignes d’un compte rendu qui vient tout juste d’être publié dans la revue en ligne Lectures :

Afin d’appréhender la notion de mémoire collective, la demi-douzaine de jeunes chercheurs dont les articles sont réunis dans le numéro 11 de la revue Émulations adoptent une méthode relevant du domaine de la socio-anthropologie des pratiques d’engagement. Présentant chacun des études de terrain qui s’inscrivent dans l’espace géographique Américain (du Canada au Brésil, en passant par les États-Unis, le Mexique, la Colombie et le Chili), ils abordent ainsi les actions menées aussi bien par des militants syndicaux, des représentants de minorités ou encore des intellectuels. Comme l’expliquent les coordinateurs du dossier, Deniz Günce Demirhisa, Ilan Lew et Marina Repezza, « le point de convergence de ces propositions est de prendre le partie du Sujet et de la démarche ethnographique qui est le plus apte [selon eux] à le saisir en puissance et en action » (p. 11). Si les objets analysés sont résolument hétérogènes, c’est cette clef de lecture méthodologique qui donne à ce recueil toute sa cohérence. Cela conduit à voir plusieurs lignes de force se dégager au fil de la lecture. (lire la suite).

Référence:

Rémy Besson, « Deniz Günce Demirhisa, Ilan Lew et Marina Repezza (dir.), « Mémoire collective, subjectivité et engagement », Émulations, n° 11 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 10 janvier 2014. URL : http://lectures.revues.org/13197


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.