Tourisme mémoriel

Je me permets de partager avec vous un compte rendu publié dans la revue en ligne Lectures du livre de Delphine Bechtel et de Luba Jurgenson (dir.), Le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale (2013). Si celui-ci ne porte par directement sur la culture visuelle, il me semble tout de même participer à l’élaboration de nos recherches, car les textes qui le compose  interrogent la manière dont un certain nombre de processus et productions culturelles associés à la notion de Tourisme mémoriel transforment notre perception du passé, modifient l’état de la société (au présent) et nous engagent pour l’avenir.

Publié dans une collection intitulée, « Usages de la mémoire » (Éditions PETRA), l’ouvrage collectif dirigé par Delphine Bechtel et Luba Jurgenson se compose d’une douzaine de contributions s’articulant autour du thème du Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale. La notion de tourisme mémoriel est ici strictement définie comme concernant des séjours sur « des lieux avec lesquels on entretient un rapport biographique personnel (sic) fort, ces lieux sont aussi ceux d’une souffrance, d’une perte, ou d’une oppression passée vécue personnellement ou par des membres du groupe auquel on appartient » (p. 13)1. Les tensions entre mémoire individuelle et culturelle des lieux traumatiques sont donc partout présentes dans les textes qui composent ce livre. Cela conduit à ce que des pratiques singulières et des rituels (ancestraux ou inventés pour l’occasion), des cérémonies officielles et des commémorations improvisées, des pèlerinages religieux et séculiers, soient appréhendés. L’axe choisi consiste à faire porter chaque étude de cas sur des « lieux de mémoire » géographiquement situés : cimetière, mémorial, lieu de culte, musée, zone rurale, parc ethnographique (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *