Net Art et culture Hacker

Je partage ici les premières lignes d’un compte rendu publié dans la revue en ligne Lectures, qui j’espère vous intéressera, notamment car il met en jeu les rapports parfois complexes entre art et technologie. Si lors d’un récent billet, je questionnais ce que la mise en ligne fait aux archives, il s’agit ici de se demander ce que le net fait à l’art.

Dans L’œuvre virale, le sociologue Jean-Paul Fourmentraux cherche à comprendre en quoi, depuis une vingtaine d’années, l’Internet a transformé les pratiques de certains artistes. Dans ce but, il s’intéresse principalement à des formes artistiques multimédias créées directement pour un partage en ligne. Le Net art – qui est tout à la fois un groupe d’artistes (1995-1998) et un mouvement plus général – est donc placé au centre de cet ouvrage, qui donne, dans sa dernière partie, la parole à quatre artistes contemporains : Samuel Bianchini, Grégory Chatonsky, Antoine Schmitt et Douglas-Edric Stanley (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.