Un imaginaire institutionnel

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre d’Anne Bénichou, Un imaginaire institutionnel. Musées, collections et archives d’artistes. L’approche des rapports entre créateur et institution me semble particulièrement pertinente.

L’ouvrage d’Anne Bénichou, Un Imaginaire institutionnel, porte sur une catégorie d’œuvres d’art contemporain qui ont pour particularité de prendre la forme d’expositions. Ainsi, à travers une série d’études de cas, ce sont plus des agencements d’objets préexistants ou produits par d’autres que des formes créées par un artiste qui sont analysés dans ce livre. L’historienne de l’art, professeur à l’Université du Québec à Montréal, explique que « l’artiste n’est pas tant un producteur d’objets, qu’un manipulateur de signes ; un glissement s’est opéré de la représentation à la présentation » (p. 27). Pour analyser ce déplacement, elle travaille sur la manière dont, depuis les années 1970, un ensemble de créateurs qui n’entretiennent pas forcément des liens les uns avec les autres ont repensé les rapports entre les institutions muséales et les œuvres d’art. Les trois artistes au cœur de l’ouvrage sont Glenn Lewis, reconnu pour sa pratique dans le domaine de l’art par correspondance (chap. 2), Christian Boltanski, dont l’auteure présente des œuvres en forme d’inventaires (chap. 3) et Antoni Muntadas, dont les vidéos interrogent le monde de l’art (chap. 4). (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.