La Grande Guerre au cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu publié sur la revue en ligne Lectures, portant sur le livre de Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma, car il aborde certaines questions régulièrement débattues ici sur les rapports entre histoire et cinéma en général et au sujet de la Première Guerre notamment (lire La Grande guerre au petit écran entre autres).

Dans La Grande Guerre au cinéma, Josepha Laroche, professeure à la Sorbonne, spécialiste des relations internationales, adopte une approche sociopolitique afin d’étudier un corpus de vingt films portant sur la Première Guerre mondiale. Membre fondateur du Centre d’études et de recherches transnationalistes (CERT), l’auteure a choisi de porter une vision pacifiste sur des films qui sont eux-mêmes considérés comme dénonçant les horreurs de la guerre. Elle les a classés en deux catégories : ceux qui rendent compte d’un processus de déshumanisation des soldats, vécu sur le mode du drame (Kubrick, Losey, Trumbo, Tavernier) ou de la comédie (Chaplin, Keaton, Monicelli, Annaud), et ceux qui adoptent immédiatement un ton désillusionné en représentant l’absurdité des violences de guerre (Gance, Lubitsch, Pabst, Poirier, Vidor…). L’hypothèse formulée dès l’introduction est que ces représentations constituent autant d’entrées pertinentes dans le but d’expliquer les enjeux de ce conflit. Plus précisément, l’idée centrale est que « la création de personnages imaginaires » permet parfois de personnifier des idées qui resteraient sinon difficiles à saisir pour le spectateur (lire la suite).


Une réflexion sur « La Grande Guerre au cinéma »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.