La place du lecteur – Roger Chartier

Dans un billet présentant les  enjeux liés à l’ouverture de ce blog, je m’étais lancé dans la vaine quête d’un acteur “narrateur léger et habile” dont la compétence serait de piéger le(s) pouvoir(s) et de déconstruire le pouvoir des images; d’agir sur la représentation du pouvoir et le pouvoir de la représentation. La question avait été posée du côté de l’énonciateur du récit : est-ce le réalisateur de la forme visuelle – le producteur du récit ? Louis Marin lui-même – l’exégète ? ou encore l’auteur de  ces billets – qui propose une sorte de méta-récit ?

Comme un appendice à ce premier billet, il me semble possible de déplacer le lieu à partir duquel on peut poser cette question. Cette fois l’historien convoqué est Roger Chartier, dans un texte publié en 1994 dans les Annales en hommage à Louis Marin :

“Comme chez Michel Foucault pour qui analyser les appareils disciplinaires n’est pas pour autant conclure que la société est forcément disciplinée, chez Marin, démonter les machines textuelles qui construisent le lecteur-destinataire comme effets du message émis n’oblige pas à supposer que les lecteurs réels se conforment en toutes parts au “lecteur-simulacre” du discours. Les artifices peuvent être des plus habiles, et les “coups” très adroits, comme, par exemple, ceux joués par Pellisson dans son Projet de l’histoire de Louis XIV qui visent à faire qu’un récit d’histoire soit lu par son lecteur comme un discours de louange (…). Cette ingéniosité productrice d’effets, toujours pensés comme nécessaires, n’est pourtant jamais sûre du lecteur que son manque de savoir ou mauvais vouloir peut rendre fort difficile à persuader. C’est cette possible liberté, jamais désignée mais toujours redoutée, qui justifie les machinations discursives de Pellisson comme le démontage minutieux de leur ressort. “

Roger Chartier, “Pouvoirs et limites de la représentation, Sur l’oeuvre de Louis Marin”, Annales HSS, mars-avril 1994, n°2, pp. 407-418

Simple hypothèse, histoire de la lecture, étude de la réception, de la circulation et si finalement c’était le “lecteur” qui était ce narrateur léger et habile seul capable de subvertir les sens des récits? et si c’était dans le temps non articulé d’une impression qui rime toujours avec une construction que se jouait très subjectivement une déconstruction intime et permanente du pouvoir et des pouvoirs des énoncés?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.