Retour sur: Que faire des archives sonores?

L’atelier Que faire des archives sonores ? a réuni, pendant environ deux heures, une vingtaine de personnes – chercheurs, artistes, professionnels des archives et des musées, responsables associatifs et représentants d’institutions culturelles – autour de problématiques introduites par Véronique Ginouvès (MMSH Aix). Les échanges ont ainsi porté à la fois sur les enjeux de la numérisation des archives au début du vingt-et-unième siècle, sur le rôle du chercheur dans ce processus et sur les modes d’exposition possibles de ces sources singulières1. Un accent particulier a été mis sur la complémentarité entre une prise en compte de contraintes juridiques fortes quand il est question d’entretiens enregistrés et une nécessaire réflexion éthique. Par exemple, si les bonnes autorisations ont été signées rien n’empêche la mise en ligne d’entretiens réalisés durant une période antérieure à la démocratisation du web. Cependant, cela ne va pas sans poser de questions, car le témoin ne pouvait pas imaginer l’existence d’une telle diffusion de ses propos dans l’espace public.

Ces réflexions renvoient, à la nécessité de renseigner le plus finement possible les conditions de production des entretiens en identifiant clairement qui parle, à qui, en fonction de quels enjeux et dans quels buts. En somme, comment valoriser ces sources éminemment qualitatives sans en trahir les propriétés originelles ? Présentant le projet Archiver à l’époque du numérique (CRIalt, Université de Montréal), j’ai alors insisté sur la nécessité de réinscrire les sources sonores dans des structures informationnelles complexes2, c’est-à-dire comme se trouvant, le plus souvent, mises en relation sur Internet avec des documents écrits, visuels ou encore audiovisuels. Cela conduit à un décloisonnement des types de sources, qui rime dans le cas des sources sonores avec une forme de désenclavement. Véronique Ginouvès a alors présenté les plateformes Isidore3 et Calames4, à titre de cas d’écoles d’une forme de convergence des supports avec le numérique5. En effet, si les archives en ligne sont encore souvent liées à un type de source en particulier, ces interfaces permettent de les mettre en relation. Ainsi, en un coup d’œil, il est désormais possible, en fonction d’une requête donnée, de trouver des sons, des images, des textes et des films (évidemment accompagnées de métadonnées écrites). Enfin, le rôle des carnets de recherche et autres publications en ligne6, dans la valorisation des fonds d’archives7 ou des manières de travailler avec les archives8, a été souligné.

Par la suite, la discussion a permis à chacun des participants d’exprimer son point de vue. Émilie Da Lage (MCF à l’Université Lille 3) a, par exemple, souligné qu’en s’exposant en ligne, le rôle des archives change. Elles ne sont plus tant des représentations du passé, que des éléments participant à la vie des communautés concernées par celles-ci. Par la suite, plusieurs participants sont revenus sur la nécessité de distinguer clairement les archives involontaires, des archives sollicitées. La question de l’intentionnalité a ainsi été soulignée. La coprésence en ligne – parfois sur un même page web – de sources renvoyant à des temporalités différentes a aussi été évoquée. Le principe d’une nécessaire documentation de la dimension créative (et subjective) des gestes de chacune des personnes impliquées dans la conservation et la valorisation des archives sonores a été rappelée. Des manières de systématiser ce type de démarche ont été évoquées, certains participants tenant à rappeler que des résistances fortes persistent, notamment dans certaines institutions.

François Gasnault (conservateur du Patrimoine et chercheur, IIAC) a, quant à lui, insisté sur la difficulté d’analyser des archives sonores dont le mode d’enregistrement n’a pas été documenté. Il a alors pris comme exemple des entretiens menés au sein d’associations intéressées par les musiques traditionnelles au cours des années 1970. Les membres de dernières n’avaient, selon lui, pas correctement documenté leur travail. Sans ces informations, les sources sonores demeurent alors muettes pour le chercheur, car celui-ci ne peut pas (ou très difficilement) les interpréter. Ce point a particulièrement été discuté. Non sans humour, Xavier de la Selle, directeur du Rize, l’établissement qui accueillait cet atelier, a résumé le tout en une formule : comment collecter les collecteurs ? On pourrait ajouter : comment faire cela quand rien n’a été prévu lors de la collecte initiale ? Ces interrogations ont conduit les participants à aborder des problématiques relatives à la redocumentarisation et à l’indexation sociale. Le cas de collectes menées actuellement dans le domaine de la musique traditionnelle en Colombie a permis d’insister sur le fait que ce processus de documentation des sources est essentiel notamment car les individus qui mènent des entretiens sonores n’ont pas tous les mêmes méthodes, ni même ne partagent les mêmes objectifs. Enfin, l’atelier s’est conclu sur le constat que cette volonté de normalisation des données associées aux enregistrements, correspond parfois à une quête veine de l’exhaustivité (voire de l’objectivité). Au contraire, Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) a insisté sur la nécessité de penser les archives aussi à partir de l’absence de traces et du trou de mémoire, la culture se construisant toujours sur la base de l’oubli d’une partie du réel passé.

Cette note a été rédigée pour un dossier réalisé par le CMTRA. Une première version a été présentée en conclusion de la journée La fabrique des patrimoines musicaux (21 novembre 2014). Je tiens ici à remercier Yaël Epstein et Talia Bachir Loopuyt pour leur invitation, ainsi que Véronique Ginouvès.

Image de Une,  Bagolina, CC Flickr, titrée Heritage Archives of Tanzania, Training course, TBC, septembe 4th 2014 (légèrement recadrée).

  1. Cette question de l’exposition devait initialement être abordée dans un atelier autonome intitulé Exposer/publier. Ce point a principalement été abordé par le biais d’une réflexion liée à l’usage de sources sonores, quand celui qui en est le médiateur n’en a pas été le producteur. Le risque d’erreurs factuelles, ainsi que la nécessaire adaptation du contenu verbal et de la forme au parcours muséographique ont été soulignés. Enfin, la richesse des usages artistiques des archives a également été identifiée lors de cet atelier. []
  2. Sur ce point lire : Patrick Peccatte, « Note sur la structure informationnelle de l’information », Culture Visuelle, 3 février 2012, en ligne, URL : http://culturevisuelle.org/dejavu/1100 []
  3. Isidore est une plateforme qui moissonne et hiérarchise les métadonnées associées aux contenus diffusés en ligne liés aux sciences humaines et sociales. URL : www.rechercheisidore.fr/ []
  4. Le Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur (Calames) présente les fonds conservés dans les Universités et centres de recherche français. URL : www.calames.abes.fr/ []
  5. En plus de la notion de convergence, il serait également possible de parler de fluidification. Sur ce point, je renvoie à André Gunthert, « La culture du partage ou la revanche des foules », Culture Visuelle, 4 mai 2013, en ligne, URL : http://culturevisuelle.org/icones/2731 []
  6. Les ouvrages Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? (Jean-François Bert) et L’historien, l’archiviste et le magnétophone (Florence Descamps) tous deux en libre accès sur OpenEdition Books ont été mentionnés. []
  7. Véronique Ginouvès a présenté Les carnets de la Phonothèque qu’elle anime : http://phonotheque.hypotheses.org/ []
  8. J’ai présenté à titre d’exemple les contenus produits sur Cinémadoc : http://cinemadoc.hypotheses.org/ []

2 réflexions sur « Retour sur: Que faire des archives sonores? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.