Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film

Le jeudi 12 mars 2015, je vais intervenir dans le cadre d’une journée d’étude Livres, lecteurs et usages des citations littéraires dans le film organisée par le LLA-CREATIS à la Maison de la recherche (salle D30) de l’Université Toulouse 2. Ma communication aura pour sujet Du texte théâtral comme référence appropriée au livre comme objet contondant : un regard intermédial sur L’Esquive (A. Kechiche, 2003). Il s’agira de s’éloigner progressivement d’une approche intertextuelle (comment un texte est rejoué dans un autre, ici Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux dans le film de Kechiche), pour aller vers une approche intermédiale sensible à la question de la matérialité du livre. Une scène en particulier sera analysée. Il s’agit de l’apparition des forces de l’ordre dans le quartier et de l’usage qu’ils font du livre (et non plus du texte) de Marivaux. D’un point de vue méthodologique, l’objectif est de comprendre en quoi l’intermédialité se distingue des manières de faire plus classiques et de réfléchir à la manière dont elle permet de renouveler/ déplacer le point de vue du chercheur en études cinématographiques ou littéraires.

Capture d'écran 2015-03-10 10.09.56

Présentation de la journée:

Les liens entre littérature et cinéma ont fait l’objet de nombreuses études : le passage de la littérature au cinéma a été envisagé surtout par le biais de l’adaptation, et le passage du cinéma vers la littérature par le biais de l’influence de l’écriture cinématographique sur l’écriture littéraire – dynamique de la narration, regard cinématographique perceptible dans les descriptions – ou par le biais de l’intégration de certains types de personnages, de scènes, d’ambiances typiquement cinématographiques. On trouve pourtant peu de travaux portant sur le livre et les lecteurs dans les films, alors que la lecture littéraire est source d’inspiration avouée pour plusieurs cinéastes. Alors même que le cinéma et la littérature entretenaient d’étroites relations, la présence, au 20ème siècle, d’un médium textuel et fixe a souvent été considérée comme désuète au regard d’un médium de l’image-mouvement, dominant. Cependant, le livre est présent dans de nombreux films, à différents niveaux. Il peut figurer sous la forme de références intradiégétiques, avec parfois un « effet citation » intertextuel, sous la forme de l’intégration dans le décor, dans la fiction – entre autres, détermination des personnages, dynamique d’une scène, construction d’un ensemble plastique, fonction métafilmique de commentaire de la fiction. Il peut aussi être un modèle structurant pour le film – par exemple sensible dans le découpage en chapitres, la présentation du film comme une histoire racontée le narrateur en voix-off. L’objet livre suscite aussi une réflexion sur l’imaginaire véhiculé par le livre, imaginaire reflété par le film, mais aussi sur le regard que le cinéma porte sur lui-même, sur son propre imaginaire, par le biais du livre convoqué. Du côté des études littéraires, on peut se demander ce que la présence de livres et de lecteurs au cinéma exprime sur le livre et la lecture. Du côté des études en cinéma, il y a lieu de s’interroger sur l’effet de cette présence dans le film et sur ce qu’elle indique concernant le rapport entre spectateur et lecteur.

Je tiens ici à remercier Marc Lavastrou qui m’a proposé d’intervenir dans le cadre de cette journée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.