Introduction à une sociologie du cinéma

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un compte rendu de l’ouvrage de Pierre Sorlin, Introduction à une sociologie du cinéma publié dans la revue en ligne Lectures, car il porte sur un thème qui ne devraient pas manquer d’intéresser les lecteurs de ce carnet. Sur ce sujet, je me permets de vous rappeler la note publiée sur ce même carnet: Questions à la sociologie des publics du cinéma, qui portait sur l’ouvrage d’Émanuel Éthis, Sociologie du cinéma et de ses publics (2005, rééd. 2009).

Telle que définie par Pierre Sorlin, la sociologie du cinéma se compose de trois champs d’études complémentaires, qui correspondent à peu de choses près aux trois parties de cet ouvrage. Premièrement, il s’agit d’analyser les modes de production dans l’industrie cinématographique. Cette sociologie des métiers du cinéma (producteur, acteur, scénariste, technicien, etc.) revient à poser qu’une conception uniquement centrée sur le rôle du réalisateur manque quelque chose de la complexité du cinéma. Pour Sorlin, en plus d’être l’œuvre d’art d’un auteur le film est issu d’un milieu « privilégié pour étudier la diversité des oppositions latentes ou manifestes et les effets réciproques que les individus produisent les uns sur les autres dans un domaine où l’argent a le dernier mot et où sont mises à l’épreuve des aptitudes différentes, incommensurables, qu’elles soient intellectuelles, techniques ou purement manuelles » (p. 90). Le sociologue étudie ainsi les conflits de travail, les conséquences du corporatisme sur les manières de faire des films, ou encore la place des rapports de force entre différents métiers. Deuxièmement, Sorlin pose que la manière dont les films sont reçus dans une société donnée est à prendre en compte (lire la suite).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.