Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité

C’est avec plaisir que je publie ici la Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité proposée par Nina Jambrina (doctorante au LLA-CREATIS, Toulouse 2), lors du séminaire Intermedialidades (coordonné par Euriell Gobbé-Mévellec et Emmanuelle Garnier) du 7 avril 2015. J’en profite pour vous rappeler que la conférence donnée par Silvestra Mariniello dans le cadre de l’Observatoire du CRIalt en 2013-2014 est consultable en ligne.

Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité, par Nina Jambrina.

Actuellement Directrice du Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal, Silvestra Mariniello fait partie de l’équipe des chercheurs qui ont développé et défendu l’approche intermédiale dès ses débuts. Elle a d’ailleurs été directrice du CRI dans les années 2000.

Ses travaux portent, entre autres, sur le cinéma, la médiation audiovisuelle, sa relation à l’histoire et la théorie des médias. Elle s’est tout particulièrement intéressée à l’œuvre de Pasolini et au cinéma italien. Actuellement, elle travaille sur la figure de l’exemple, notamment dans son articulation avec la philosophie de l’action.

Le concept d’Intermedialité

Dans plusieurs textes, notamment « Commencements »1 et « L’Intermedialité, un concept polymorphe »2, Silvestra Mariniello s’intéresse au concept même d’Intermedialité non pas dans l’idée de la définir une bonne fois pour toutes mais plutôt pour en questionner les composantes et les objets possibles. Elle cherche finalement à en saisir les enjeux épistémologiques dans une époque de fortes transformations médiatiques et ce que cela implique pour l’expérience, la connaissance, le sujet et le vivre ensemble.

Dans cette note de synthèse, je vous propose de suivre un déroulement simple ; composantes, objets puis enjeux épistémologiques. Non pas parce que Silvestra Mariniello cloisonnerait elle-même autant ces éléments, bien au contraire, mais parce que je ne voudrais pas trop me perdre et vous avec.

 

I/COMPOSANTES ET OBJETS

1/Quelles seraient les composantes possibles de l’Intermedialité ?

L’inter, centre l’intérêt sur les rapports, les relations entre des pratiques médiatiques. On est dans un espace-temps suspendu, celui de l’entre deux (2003, p. 48). On laisse de côté les choses, les êtres, les contenus préexistants pour penser ce qui se passe entre, ce qui advient d’inédit dans cette zone en devenir.

Le médium, (exemple ; le cinéma, l’électricité) désigne pour Silvestra Mariniello : le milieu dans lequel a lieu un événement ( 2003, p. 48 ), une rencontre, une expérience partagée. Le médium en contient toujours d’autres, il n’y a pas de medium pur, le milieu/le medium est donc toujours intermédial.

On peut faire dialoguer cette approche avec d’autres définitions. Je pense notamment à la troisième acception de média que propose Rémy Besson dans sa synthèse : un média correspond au moyen nécessaire à une mise en relation inscrite dans un milieu3. Ou encore d’Eric Méchoulan : Le médium est donc ce qui permet les échanges dans une certaine communauté à la fois comme dispositif sensible (pierre, parchemin, papier) et comme milieu dans lequel les échanges ont lieu.4

Mariniello entend donc le medium surtout comme milieu dans le sens où il va agencer simultanément des espaces, des temps, des matériaux concrets ou imaginaires, des techniques, des usagers, des usages, des citations et des transferts d’autres médias et ainsi produire un événement, un mouvement, une rencontre. Par exemple, dans un film, on trouve des lieux, des moments, des corps, des voix, des couleurs, des rêves, des anecdotes tirées de la réalité, des acteurs, des spectateurs, des cadrages, des références à d’autres films, un contexte de visionnage, etc. Tous ces éléments/matériaux, sont à prendre en compte dans leur relation au média film, et non comme éléments préexistants.

La médiation, serait donc le média à l’œuvre, en action, sa manière de traiter les matériaux, la façon dont il rend possible la rencontre entre un sujet et le monde, entre des sujets dans un mouvement qui, à chaque fois, les constitue l’un par rapport à l’autre ( 2010, p. 26). Ici c’est la plasticité, les transformations des matériaux et des sujets en fonction et en interaction avec un média qui intéressent notre auteure. Il faut penser ensemble et sans hiérarchisation la technique, l’expérience, le sujet et le monde pour voir ce qui nait de nouveau, à chaque fois.

Pour expliquer la médiation, Silvestra Mariniello reprend la métaphore du pont du philosophe Heidegger, en considérant que la médiation correspond à l’action, les effets de ce pont sur un contexte d’où va surgir un lieu qui n’existait pas avant. Peu importe, la masse, la composition, la longueur ou les plans objectifs de ce pont que l’on pourrait étudier de manière autonome. On s’attarde sur ce qui se produit autour du média pont et grâce à lui, entre les usagers, les rives, les références à d’autres ponts… L’intérêt réside dans sa capacité à connecter, relier, dynamiser, métamorphoser ce qui l’entoure. Le Cinéma par exemple serait un pont entre nos sens et le monde au-dessus du fleuve de l’expérience (sensorielle, cognitive et affective5 ). Ce qui compte c’est son lien potentiel à la vie, à la provoquer, pas ce qu’il raconte.

Le milieu intermédial c’est un lieu qui n’existait pas avant le pont, qui n’existe qu’à partir du moment où le medium entre en action et où les membres d’un groupe mis en relation l’investissent et l’habitent.

2/Qu’est-ce que l’Intermedialité peut désigner ?

L’Intermedialité c’est le moment où deviennent indiscernables la relation et le medium (2003, p. 50.). Ici le medium n’est plus le simple moyen, mais une mise en relation dynamique. L’Intermedialité n’est pas un médium et un autre, la différence des résultats des deux médias, mais l’événement de cette différence (Idem). Il ne s’agit donc surtout pas d’oublier, d’effacer les singularités de chaque média, mais de voir ce que provoque la rencontre de ces singularités. Je pense aussi ici à l’explication récurrente des chercheurs sur l’Intermedialité pour la placer dans la relation de la relation, l’entre des entres.

C’est donc une zone inédite, en devenir, en potentiel que l’Intermedialité permet de penser. Ce concept, comme le concept en général chez Deleuze et Guattari que Silvestra Mariniello reprend à plusieurs reprises6, met en place des contours, des conditions pour que cet événement, cette rencontre ait lieu. On parle pour l’Intermedialité d’une approche, un regard, une conscience qui se traduit en une méthode plus qu’une qualité naturelle qu’auraient certaines œuvres. Pour cela, comme le concept de culture ou d’histoire, l’Intermedialité est très polymorphe. Elle peut s’entendre à différents niveaux pour étudier des phénomènes très variés. Concrètement que peut-elle désigner ?

— les relations entre médias, en tenant compte des caractéristiques techniques et de la dimension de matérialité de toute production culturelle.

— les rencontres, mélanges, transferts de médias et de technologies d’où émerge et s’institutionnalise peu à peu un média particulier.

— le milieu toujours en devenir induit par l’évolution des médias, des techniques, des communautés qui l’utilisent et de leurs relations. Les révolutions technologiques, comme l’électricité jusqu’à aujourd’hui, par exemple impliquent le bouleversement des perceptions et des pensées de l’espace-temps, des relations avec les autres, et avec nous-mêmes.

C’est donc une autre place pour les médias : l’Intermedialité marque le passage d’une théorie de la société qui contient les médias — conception généralement établie de nos jours — à une théorie où société, socialités et médias se coconstruisent et se détruisent en permanence.7

— finalement le paradigme alternatif qui permet d’avoir conscience et de comprendre les conditions matérielles et techniques de transmission et d’archivage de l’expérience qui, comme nous allons le voir ensuite, s’oppose au paradigme de la représentation.

 Nous sommes parvenus à penser l’Intermedialité comme l’ensemble des conditions qui rendent possible les croisements et la concurrence des médias, l’ensemble possible de figures que les médias produisent en se croisant, la disposition potentielle d’une figure par rapport à ceux d’une autre. L’Intermedialité est la connaissance de ces conditions, de la possibilité des multiples figures, de l’éventualité que les points d’une figure renvoient ceux d’une autre (2010, p. 15).

3 /Cela implique certains champs d’application, des objets d’étude ?

— faire la généalogie des médias en partant de la matérialité de toute production culturelle et scientifique, des matériaux constitutifs (voix, son, corps, image), des supports matériels (pellicule, ruban magnétique, écran..), et des techniques/technologies impliquées.

— les phénomènes de transferts, c’est-à-dire de transports de matériaux, ou de technologie d’une culture à une autre, d’un média à un autre. Cette notion de transfert est primordiale pour l’auteure.

Le matériau et la technologie transférés se transforment dans le processus puisque leur identité et leur sens sont fonction d’une relation à un contexte (2010, p. 13 ).

— une histoire des médias basée sur cette généalogie et ces transferts.

l’effet des médias sur la pensée du temps, de l’espace et du vivre ensemble. Exemple d’internet qui change notre manière de communiquer, de travailler, d’accéder au savoir, d’archiver…

— le rôle de l’art dans la construction des relations entre les médias, les savoirs et les communautés. Ce dernier point me pose question, s’agit-il de recréer une distinction entre l’art et le reste, redonner une position privilégiée aux médias artistiques ?

 

II CONTEXTE D’EMERGENCE ET ENJEUX EPISTEMOLOGIQUE

Pourquoi l’Intermedialité apparait comme concept, que révèle-t-elle en creux ? Quelles réalités problématiques, situations insatisfaisantes, nouveaux questionnements l’ont provoquée ? Finalement, de quoi est-elle à la fois le symptôme et, espérons, une potentielle réponse ?

1/Contexte d’émergence

De manière générale, l’Intermedialité apparait dans un moment d’accélération des progrès technologiques, voire l’apparition de nouvelles technologies qui rendent évidentes la cohabitation des médias et leur croisement et la nécessité d’une nouvelle approche pour les penser.

Pour la connaissance, on parle d’un environnement qui privilégie les dynamiques, les circulations, les passages et non plus les résultats, les objets ou encore les définitions, que reste-t-il de la connaissance ? Quel statut et quel rôle ? Comment la propre recherche doit-elle repenser ses présupposés, notamment l’hyperspécialisation disciplinaire ou l’étude privilégiée des contenus textuels.

Au niveau de l’expérience, plus largement cet environnement médiatique de plus en plus difficile à ignorer dans notre quotidien transforme l’expérience subjective et collective, les modes de vivre, le rapport à la mémoire et les systèmes de valeurs.

Pour Mariniello, l’Intermedialité vient répondre à cette réalité et propose un nouveau paradigme.

2/Du mythe de la représentation à la prise en compte de la médiation : Littéracie moderne-textuelle et littéracie de la différence-intermédiale

Ce changement de paradigme commence par la remise en question du langage comme médiateur universel et unique. Si on connait aujourd’hui, et notamment depuis Michel Foucault8, la nature construite, fictive car discursive du langage, celui-ci reste souvent le moyen le plus légitime pour médiatisé le monde. La difficulté se pose quand le langage essaie d’effacer sa propre médiatisation en se plaçant comme critère de vérité et d’objectivité. Il se constitue à un niveau symbolique, idéel et abstrait en mettant à distance les choses du monde comme autant d’objets d’étude. Les autres médias plus techniques et matériels que seraient finalement ses outils dans un travail d’interprétation. Ces autres médias (théâtre, littérature, peinture) constitueraient des représentations indépendantes de ce même monde, sorte de laboratoires autonomes, autant de moyens pour illustrer, rejouer ou raconter le réel à distance.

Mariniello explique que l’apparition des techniques modernes comme le cinéma, la photographie, la radio, amène la propagation des images et les sons et leur immersion dans l’expérience des sujets. Plus tard l’avènement du numérique va lui aussi complexifier les choses notamment dans le nouveau rapport réel/imaginaire qu’il instaure. Ce régime de connaissance moderne, celui de la représentation, misant sur le discours, l’écrit et le texte s’avère incapable de rendre compte de ces phénomènes.

Cette autre présence exige, pour être comprise, qu’on sorte du langage en tant que médiateur universel, qu’on laisse le langage être envahi par les images, le discours être transformé par ce qui lui oppose une résistance ; par ce qui oblige qu’on reconnaisse la présence du figural dans le langage quand la configuration du savoir, basée sur logique (en tant que pont entre le langage et le monde), se transforme en une autre configuration9.

L’Intermedialité, bien qu’elle se rapproche de la démarche de l’Intertextualité ou de l’Interdiscursivité s’en démarque justement pour ne plus rester seulement dans le langage. Elle souhaite donner une autre place aux médias et aux techniques pour ne plus les considérer comme de simples moyens et instruments. Leurs effets font tout autant sens dans les deux acceptations du terme (nos sens/signification) qu’une narration ou une explication. Il s’agit de ne plus séparer l’ordre symbolique de l’ordre des choses, les sens et la matérialité, en schématisant, le contenu et la forme. Les dispositifs techniques et médiatiques produisent des effets, des affects nous font des choses autant si ce n’est plus que nous les utilisons, nous leur en faisons faire. Par exemple, l’amplification du son change mon expérience de la musique même si aujourd’hui je ne perçois plus cette révolution.

En s’inscrivant dans la pensée de Heidegger sur la technique moderne, Silvestra Mariniello part du principe que les dispositifs techniques modernes provoquent le réel (en tant que geste, dit, action, affect, connaissance, expérience). Le dispositif amène le réel, la nature, les sujets à se dévoiler, font advenir des choses qui n’apparaitraient pas, ne se produiraient pas seules.

La technique moderne pro-voque le « réel » à une dynamique désobjectivante. Le réel n’est plus devant nous en tant qu’objet, mais en tant que possibilité d’un dévoilement, et, en même temps, de la transformation, accumulation et nouvelle transformation de ce qui a été dévoilé (2003, p. 59).

Le regard d’un acteur pour une caméra est singulier, informé par la technique cinématographique. Il sera différent pour la scène théâtrale. Il y a donc plusieurs existences du regard de l’acteur selon l’environnement médiatique en question. On ne peut pas ignorer ces différences au contraire il faut en profiter.

Justement, la notion d’appareil qu’associe Silvestra Mariniello à celle de médiation vise à démonter toute illusion de transparence du média ou de la technique car ils donnent forcément forme à la rencontre entre les sujets et le monde. Il faut donc selon Silvestra Mariniello et nombre de chercheurs de l’Intermedialité, renoncer à effacer la présence, à minimiser les effets de ces dispositifs. Finalement, il s’agit de renoncer à vouloir capter la réalité brute, le monde tel qu’il serait, l’expérience directe qui sont toujours déjà médiatisés par les sens, les souvenirs, le contexte, l’âge, etc. Je pense à la critique formulée par Jean Marc Larrue lors d’une précédente séance du séminaire au sujet de la performance qui a en partie prétendu capter la présence pure. Il faut selon Larrue plutôt penser en termes d’effets de présence possibles grâce à des médiums et leur relation.

Ainsi beaucoup de films, photo, installation vidéo contemporains sont d’abord la mise en scène de l’existence des choses, leur matérialité, en tant qu’image, son, durée, rythme10, plutôt que la délivrance d’un sens préexistant ou l’accumulation de connaissances sur le monde. Encore une fois, l’approche intermédiale n’étudie pas ce que ces médias permettent de dire mais ce qu’ils nous font.

Comme on le mentionnait plus haut, la séparation imaginaire/réel, fiction/réalité que le régime de la représentation établissait ne tient plus. L’imaginaire (comme production d’images intérieures, intimes ou par une technique) participe tout autant du réel, apporte une plus-value, un agrandissement de la réalité. Les deux cohabitent, ils ne sont pas contradictoires. L’imaginaire offre des expériences à part entière qui viennent compléter celles perçues comme réelles et que l’on peut intégrer à notre vie. Il est possible de profiter de ces différences, entre technique, fiction, réel pour agrandir les possibles de l’existence. Dans ce sens, je peux réfléchir à la manière d’un film de construire mes souvenirs, ou plus pragmatiquement comment Skype me permet de vivre mes relations, les prolonger même si son dispositif influe dans ma manière de communiquer.

Ce qui est en question n’est plus la connaissance du monde à laquelle un sujet parviendrait par un moyen (média), lui aussi connaissable, sujet à définition, mais un autre type de connaissance, qui ne peut plus être celle du monde ( 2010, p. 23).

Au niveau épistémologique, l’Intermedialité c’est donc l’avènement d’une autre connaissance, en tous cas d’autres questions, d’autres axes de pertinence et d’intérêt.

3/Le sujet intermedial

Dans quelle mesure ce décalage épistémologique, qui vient répondre à cette réalité, comme le dit Silvestra Marinillo ouvre des horizons inconnus, participe à, ou témoigne d’une métamorphose du sujet ? 11

Dans le régime de connaissance moderne (littéracie moderne), le régime de représentation, on a vu comme le sujet met à distance les choses du monde pour mieux les étudier. Il manipule la technologie et les médias pour dire, connaitre, imiter ces choses. Cette vison place le sujet de façon toujours surplombante, responsable (il est la cause et à la responsabilité morale) de toutes actions et de la production du sens.

Dans une perspective intermédiale, le sujet prend conscience que son regard, son écoute, son action, son expérience, sa mémoire ont toujours été médiatisés et vont sûrement l’être de plus en plus. À partir de ce constat, sa place hégémonique sur les objets, les techniques, les médias n’est plus tenable. Il y a d’une certaine manière une réconciliation avec la technique à faire pour mieux comprendre les nouveaux processus de subjectivation qu’elle entraine et a entrainée aux différentes époques.

Justement Mariniello s’appuie sur le livre d’Edmond12 pour montrer que cette réconciliation est d’autant plus nécessaire alors que le sujet se voit appareillé, filmé, modélisé, reproduit, cohabitant avec des synthèses virtuelles du réel.

Le sujet ne fait plus front ni à l’objet ni à l’image, il quitte sa position focale, surplombante, épistémique. L’objet n’est plus ce qui est placé devant le sujet, ce qui lui fait obstacle. De nouveaux acteurs apparaissent : des entités hybrides, mi-image/mi-objet, mi-image/mi-sujet, mi-sujet/mi-objet, désalignés, déhiérarchisés, dérivant les uns par rapport aux autres, brouillant leur identité, s’interpénétrant, se contaminant mutuellement ( 2003, p. 56).

Ce brouillage des frontières entre sujet et objet est valable pour la communication. Il n’y a plus un modèle unique celui de la communication d’un message, d’un émetteur à son destinataire. On passe selon Couchot au régime de la commutation13 où le sens se coproduit simultanément entre plusieurs sujets dans le partage de la connaissance informé par la technologie. Ce qui est en jeu ce n’est pas une inversion symétriquement des rôles, l’objet ou la technique devenant les dominants, mais un déplacement de l’intérêt des rôles aux relations.

4/Action et émancipation du sujet

Pour questionner pertinemment le système moral ou les dispositifs de pouvoir qui sont en relation avec les médias, le sujet est amené à prendre en compte cette reconfiguration des frontières, à reconnaitre cette interaction inévitable avec la technologie, la matière, le média. Sinon, il risque de ne pas saisir la complexité des situations et voir sa marge d’action réduite.

Silvestra Mariniello prend l’exemple du 11 septembre, fait historique, des milliers de fois interprété, symbole majeur du 21e siècle mais concrètement événement retransmis, répété, monté par des techniques médiatiques. Pour la plupart des contemporains, ceux sont ces images, ces vidéos, ces montages provoqués par la technique qui ont constitué et informé l’expérience et la mémoire de l’événement. Ces dispositifs médiatiques ont fait pourtant l’objet les premiers de toutes les critiques. Manque d’objectivité, surmédiatisation, mise en scène, manipulation…

À ce sujet Mariniello nous dit : au-delà d’une simple critique d’une manipulation par les médias, encore ancrée dans une vision anthropologique et instrumentale de la technique, il faut reconnaitre que nous sommes toujours déjà dans un rapport à l’essence de la technique, mais nous pouvons développer une conscience critique dans le milieu qu’on partage avec elle ( 2003, p. 59).

Autrement dit la question n’est plus de savoir comment agir contre les médias, entendus comme de simples instruments de la manipulation, mais agir avec eux pour utiliser et potentialiser leur potentialité critique.

CONCLUSION

Finalement, il semble que pour Silvestra Mariniello, avoir une approche intermédiale d’un film, d’un art, d’un phénomène médiatique, c’est avoir accepté une certaine réalité.

Le concept d’Intermedialité est justement la prise en compte de la relativité du regard, de la précarité de la perception, de l’impossibilité de connaitre autre chose que la variation, que l’instabilité du réel toujours médiatisé et du sujet qui s’y mesure, prise en compte qui affecte la connaissance non pas de la réalité, mais du rapport entre la pensée et le monde ((Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 52)).

Pour citer cet article: Nina Jambrina,Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité”, Cinémadoc, 15 avril 2015, URL: http://cinemadoc.hypotheses.org/3097

BIBLIOGRAPHIE

Pour cette communication

Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p11-29.

Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 47-62.

Mariniello (dir.), « Cinéma et intermédialité », Cinémas, vol. 10, n° 2-3, printemps 2000.

Asselin, S. Mariniello, A. Oberhuber (dir.), L’Ère électrique/The Electric Age, Ottawa, Presses Universitaires d’Ottawa, 2011.

Méchoulan, Éric « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 9-27.

Besson, Rémy, Prolégomènes pour une définition de l’Intermedialité à l‘époque contemporaine, 2014. <hal-01012325v1>

Conférence sur le film César doit mourir de Silvestra Mariniello à l’Observatoire, co-organisé par Besson Rémy :


Conférence Intermedialité et théâtre de Jean-Marc Larrue à Toulouse II, organisé par LLA CREATIS.

Autres pistes

Mariniello, Silvestra « Médiation et responsabilité », dans Garneau, M., Lüsebrink, H.J., Moser, W., (dir.) Enjeux interculturels des médias. Altérités, Transferts et Violences, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2011, pp. 111-143

Mariniello, Silvestra, « La littéracie de la différence », dans Déotte, Jean-Louis, Froger Marion, Silvestra Mariniello, Appareils et intermédialité, Paris, L’Harmattan, automne 2007

Les enregistrements sonores sont reproduits ici avec l’autorisation de Silvestra Mariniello et du CRIalt.

  1. Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 47-62. []
  2. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p11-29. []
  3. Besson, Rémy, Prolégomènes pour une définition de l’Intermedialité à l‘époque contemporaine, 2014. <hal-01012325v1> []
  4. Éric Méchoulan, « Intermédialités : le temps des illusions perdues », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 9-27. []
  5. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p 15. []
  6. Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 49. []
  7. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p13. []
  8. Michel Foucault, Les Mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 []
  9. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 25. []
  10. Mariniello Silvestra, « L’intermédialité : un concept polymorphe », in Vieira, Célia et Rio Novo, Isabel (dir.) Intermedia. Études en intermédialité, Paris, L’Harmattan, 2010, p25. []
  11. Mariniello, Silvestra, « Commencements », Intermédialités, n° 1, 2003, p. 55 []
  12. Edmond Couchot, La technologie dans l’art. De la photographie à la réalité virtuelle, Nimes, Éditions Jacqueline Chambon, 1998. []
  13. Edmond Couchot, La technologie dans l’art, p. 152. []

2 réflexions sur « Synthèses des travaux de Silvestra Mariniello sur l’Intermedialité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.