Tsili d’Amos Gitaï

Vous trouverez ci-dessous les premières lignes d’une critique du dernier film d’Amos Gitaï, Tsili, que j’ai publié sur Nonfiction sous le titre: “Tsili d’Amos Gitaï, une forme au-delà du cinéma ?” Cela fait suite au cycle organisé l’année autour du regard intermédial que nous avions porté avec quelques camarades sur la pratique de cet auteur. Cette actualité constitue pour moi l’occasion de vous annoncer qu’un ciné-débat est organisé aux Cinoches à Ris-Orangis autour de ce film le mardi 24 août à 20h. Avant cela, à 18h, j’aurai le plaisir de présenter Plus tard tu comprendras (Gitaï, 2008). Nous reviendrons à cette occasion sur les questions abordés dans cette critique.

Tsili, le dernier film d’Amos Gitaï est une adaptation d’un ouvrage éponyme d’Aharon Appelfeld (1982). Dans ce dernier l’auteur revient sur la manière dont il a survécu à la Shoah, cachée dans les bois de Czernowicz (à la frontière entre l’Ukraine et la Roumanie). Il a inventé pour cela une figure féminine, Tsili, qui prend sa place dans cette fiction, qui a parfois des aires de conte. Cette manière de faire lui a permis de mettre à distance l’expérience qu’il avait vécue et d’assumer une forme littéraire autre que celle du témoignage littéral ou des mémoires. Gitaï cherche dans la structure même du film et dans les dispositifs adoptés des idées en cinéma afin de s’approprier l’histoire écrite par Appelfeld. Si le film a généralement été mal accueilli par la critique, c’est, en partie, à cause du lien qu’il entretient avec cette narration première (lire la suite).

L’image mise en Une est une capture d’écran issue du film.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.