Les récits visuels de soi.

Je partage ici les premières lignes de la présentation d’un ouvrage collectif dirigé par Magali Uhl (Pr. à l’UQàM). Celui-ci porte le beau titre de Les récits visuels de soi. Mises en récit artistiques et nouvelles scénographies de l’intime.  J’ai eu l’occasion d’y participer avec un article portant sur trois témoignages filmés d’une des protagonistes de Shoah. L’article a pour titre, La plasticité du témoignage : le cas Inge Deutschkron. Cet article est le résultat d’un travail engagé il y a plusieurs années (notamment présenté ici). Il vient montrer, par l’exemple, comment un témoignage varie autant en fonction de la mémoire de l’acteur de l’histoire, que du moment historiographique dans lequel il est pris et de la mise en récit dont il est l’objet.

Les récits visuels de soi. Mises en récit artistiques et nouvelles scénographies de l’intime
Capture d'écran 2015-10-21 10.16.29Comment aujourd’hui, à l’ère des pratiques photographiques et filmiques amateurs, de la mobilité et de l’importance croissante du numérique, s’écrit visuellement l’intimité ? Selon quels procédés, découpages, montages opèrent les artistes actuels pour tracer les contours du soi contemporain et quels types de narration en proposent-ils ? Qu’elle soit la conséquence d’un échec amoureux ou d’une quête familiale, d’un apprentissage de la différence ou du ressenti de la perte, des stigmates de l’exil ou de l’épreuve de l’Histoire, l’écriture visuelle de soi, n’est pas qu’une question adressée au sujet et à son idiosyncrasie, elle entretient aussi des liens ténus avec la mémoire et l’expérience collectives (lire la suite).

La plasticité du témoignage : le cas Inge Deutschkron
À l’articulation entre l’étude d’une histoire singulière et l’analyse de la fixation de la mémoire collective d’un événement traumatique tel que le génocide des Juifs, le cas présenté dans cet article permet d’aborder la notion de plasticité du témoignage filmé. Il s’agit ainsi, à partir de trois films réalisés entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, de s’intéresser à la façon dont la perception des victimes juives a évolué dans l’espace public, principalement francophone, au cours des trente dernières années. Pour ce faire, dans une sorte de jeu d’échelle incessant , quatre niveaux d’analyse distincts sont tour à tour adoptés. Ainsi, un examen des conditions de production des témoignages filmés est relancé par une attention à leur intégration à des films, puis, par une étude des changements propres à la mémoire de l’acteur, et enfin, par un questionnement sur leur réception dans la société. Cette manière de faire conduit ainsi à dépasser les approches historiennes traditionnelles, qui, en survalorisant trop la prise en compte des éléments factuels des témoignages, oublient parfois de considérer les enjeux de la narrativité dans le cinéma documentaire. L’étude de cas présentée ici s’attelle à cette tâche, à travers l’analyse croisée de trois prises de parole d’une femme juive ayant survécu au génocide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.