Regard intermédial sur le devenir numérique des archives

Je me permets de partager ici les premières lignes d’un article publié dans la revue Intermédialités qui fait le point sur le travail de postdoctorat que j’ai mené à l’Université de Montréal entre janvier 2012 et mars 2014 à titre de coordinateur scientifique du projet de recherche Archiver à l’époque du numérique (Éric Méchoulan, dir.).

À travers l’étude d’un cas, le fonds de la troupe de théâtre yiddish Dora Wasserman, cet article porte sur la manière dont le numérique transforme les processus d’archivage et constitue un « contrepoint » au dossier thématique « Archiver/Archiving » paru dans Intermédialités no 18.

La multiplication de projets d’archives en ligne ouvertes à tous conduit depuis une quinzaine d’années à un changement de paradigme dans ce domaine. Si les archives constituaient, auparavant, d’abord un lieu de préservation des traces du passé, elles deviennent à présent, avant tout, un noeud de relations où des données sont échangées. La conversion des documents conservés en fichier numérique, associée à leur partage sur le web, transforme en profondeur leur mode d’accessibilité et leurs usages. Le fait que l’ensemble des données soit encodé selon un langage commun conduit à une circulation plus aisée, notamment via les réseaux sociaux (lire la suite).

Je vous invite également à découvrir l’ensemble du numéro dont la partie thématique porte sur le verbe remixer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.