Des affinités entre documentaire et poésie

En faisant quelques recherches sur la circulation du film Misère au Borinage (1934) de Storck et Ivens (sur lequel j’ai déjà donné un cours il y a quelques années), dans la très riche base de données rendue disponible par la Media History Digital Library, j’ai trouvé cet usage du terme “documentaire”.

“Ivens is what would be called a documentalist in John Grierson-Paul Rotha vocabulary. In their terminology “documentary” has evolved from an advjective into a noun, and is used as one might use the word “poetry“, as a category into which certain kinds of work fall. Flaherty”s Nanook was one of the first films to which it was applied. The current March of Time series are also documentary. The opposite of fiction films, they go straight to actuality for their material, and they may range from national movements like Grass to so infinitesimal a thing as the functionning of a grain of pollen.”

Après le billet que je viens de consacrer à la tension entre l’appellation “film documentaire” et l’attribution d’une “valeur documentaire” à une image, il me semblait intéressant de partager ici un exemple rendant compte du fait qu’avant d’être utilisé par convention le terme documentaire devait, quand il était question de cinéma, être défini à chaque nouvelle occurrence.

La source est accessible en libre accès: J. S. H., “Ivens“, National Board of Review Magazine, vol. XI, n. 5, may 1936, p. 9.

L’image de Une est la couverture du numéro du National Board of Review Magazine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.